« Entretenons la flamme de l’espoir pour nos brûlés » : Une réalité grave au Sénégal


« Entretenons la flamme de l’espoir pour nos brûlés » : Une réalité grave au Sénégal
« Des histoires graves » 
  
Etudiante en droit, Basia, 19 ans, se remémore la scène de sa brûlure. Dix ans après, le souvenir est vif et sa précision des faits est étonnante. Alors que son père avait mis de l’huile sur le feu, il a dû s’absenter un instant. Attirée par la fumée, Bacha, à 9 ans fait face aux flammes. Elle cherche à enlever la casserole de la cuisinière tout en pensant au fait qu’elle ne peut la déposer sur le côté. Les flammes s’agrandissent, la casserole bascule et l’huile bouillante se déverse sur ses mains et ses bras. La fillette est brûlée au 2ième degré. Basia raconte qu’elle était comme dans un faux rêve, entre réalité et flou. Elle se rappelle de la violence du stress avec comme une sensation d’extrêmes entre le chaud et le froid. En état de choc, elle n’entend plus sa voix mais elle sait qu’elle crie. Elle gardera longtemps un sentiment de faute en croyant qu’elle avait été punie. 
  
Elle est évacuée en Afrique du sud. Elle y subit une première greffe avec de la peau synthétique de cochon. C’est un échec, la peau de Bacha rejette la greffe. Bacha subira deux interventions chirurgicales supplémentaires avec cette fois une greffe de la peau de sa cuisse. Son hospitalisation durera un mois et demi mais la cicatrisation prendra près de deux ans. Elle s’en est bien sortie. 
  
A l’époque des grandes coupures en 2009, Agnès se réveille à 2h du matin lorsque le ronronnement du groupe électrogène s’éteint. Elle se lève à moitié endormie pour recharger d’essence la machine. La lampe à pétrole est au pied du groupe. Les vapeurs d’essence du bidon se dirigent vers la lampe à pétrole enflammant brutalement le bidon. Agnès lâche la bouteille dont le contenu se répand en feu sur ses bras et ses jambes. Elle a pris feu. Elle tente d’éteindre en vain les flammes en tapant avec ses mains sur ses jambes et en criant « au secours, je brûle ». La peau des mains s’en va. Un sentiment d’irréalité et d’immense peur la traverse. Elle tombe enfin par terre, se roule et s’éteint. Agnès se relève péniblement et crie aux enfants de sortir : les fauteuils de la cour et le linge sur la corde sont en flammes. Après un passage rapide chez la voisine pendant lequel son petit garçon de 10 ans l’asperge d’eau sans qu’elle ne cesse de dire « continue, continue, ne t’arrête pas », un voisin la conduit dans la clinique à proximité. Déjà, elle ne peut plus marcher. Des lambeaux de peau noire parcourent ses jambes mettant à nu, une autre peau étrangement très blanche. « Nous ne pouvons pas vous soigner, nous ne sommes pas équipés » lui dit-on en la plaçant dans une ambulance. Dans l’ambulance, il n’y a rien, juste un brancard sur lequel elle repose en gémissant alors que son petit garçon l’évente avec un carton ramassé par terre, chaque cahot est douloureux. Dès qu’il s’arrête épuiser, elle crie.  La conscience de la peau qui cuit est forte et la peur aussi. Dans une 2ième clinique privée, le médecin de garde écoute par téléphone les descriptions de l’infirmier de garde et refuse aussi de l’accueillir, sans même l’avoir vue. A 3h du matin, aux urgences de l’hôpital, on ne la fait pas descendre et on lui administre un calmant. « Madame, calmez-vous ! » lui dit-on quand elle crie qu’elle a mal. « On ne peut rien pour vous, nous ne soignons pas les brûlés, allez ailleurs ! ». Une 4ième clinique privée ne l’acceptera pas non plus alors que la douleur cuit toujours sa peau. C’est grâce à Mariame, une amie appelée au milieu de la nuit, pendant ce trajet interminable de douleurs et de cris qu’elle sera finalement reçue à la clinique visitée auparavant. Il aura fallu que Mariame, indignée, menace de porter plainte pour non-assistance à personne en danger pour qu’elle soit enfin prise en charge. 
  
La sensation de cuisson de la peau se poursuit pendant près d’un mois et surtout après les réveils suite à l’anesthésie générale quand les pansements doivent être refaits. A chaque fois, elle recuit, comme au premier jour. Au bout d’un mois Agnès, sort de la clinique sur des béquilles. Après avoir réappris à marcher, elle reprendra le travail 6 mois après en boitant ou en posant sa jambe sur une chaise. La peau des zones brulées est restée, inflammatoire, rouge, pendant 6 ans. Depuis 10 ans, chaque jour, le karité assouplit sa peau qui ne cesse de se rétracter. Le souvenir lui amène toujours des larmes aux yeux. Elle s’en est bien sortie. 
  
Qui n’a pas lu cette lettre émouvante d’un père Mamadou Diop à sa fille qui raconte le long calvaire de la petite Seynabou, 4ans ? Admise en salle commune auprès d’autres malades, c’est 9 jours après son admission que le médecin découvre l’étendue réelle de ses lésions.  Le diagnostic de Seynabou avait été sous-estimé et ses brûlures étaient bien plus graves qu’annoncées. Pendant 1 mois, le père tapera à toutes les portes des autorités pour obtenir son évacuation et les autorisations diverses.  Pendant ce temps, l’infection court dans le corps de la petite Seynabou.  Peut-être que les précautions d’asepsie n’étaient pas prises, peut-être que les pansements étaient mal faits. Seynabou est décédée à la veille de son départ pour la France. Elle ne s’en est pas sortie. 

Qui n’a pas entendu l’histoire de ces enfants qui tombent sur les fourneaux malgaches ?  Qui n’a pas été bouleversé par ces maris brûlés ? Qui n’a pas une histoire de brûlure d’un proche à raconter, toujours plus atroce que la précédente ? Qui a oublié l’incendie meurtrier du Dakaa de Médina Gounass (2017) ? Que sont devenues ces victimes ?
  
Une situation inacceptable
  
  
Ces drames nous rappellent douloureusement que les décès ont souvent lieu au cours du transport. Les prises en charge se font dans des centres de santé de fortune dans lesquels les conditions d’asepsie sévères pour un brûlé ne sont jamais remplies. C’est de la proximité des autres malades dans les salles communes, que les brûlés meurent rapidement à cause des infections. Les soins doivent normalement se faire sous anesthésie générale dans un bloc opératoire. Le soin pour les brûlés nécessite des équipements spécialisés et des conditions d’hygiène très précises.  Nous ne possédons pas cela au Sénégal. Seulement 3 lits sont dédiés aux brulés à l’hôpital principal. Trois lits pour 14 millions d’habitants ! Ceux-ci ne sont pas toujours disponibles. Malades refusés, négligences médicales, hospitalisations dans des conditions désastreuses : jusqu’à quand ? Combien de décès suite aux brûlures ? 2000 par an au Sénégal ! 
 
De l’espoir, enfin.
  
  
Comment éviter cette hécatombe ? M. Diop le père de Seynabou écrivait : « Nous espérons que ce système changera pour que plus jamais aucun enfant n’ait à souffrir et que le gouvernement va enfin construire une infrastructure digne de ce nom pour les enfants brûlés ». Les cas d’Agnès et de Seynabou illustrent la gravité du problème au Sénégal : il n’y a pas de structure hospitalière pour accueillir des brûlés.  Et pourtant la solution est accessible et peut-être bientôt disponible. 
  
  
  
En effet un projet de Centre de traitement des Brûlés (CTB) a été élaboré en partenariat avec l’Hôpital de Fann et le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale. Il est conduit par l’Association des Lion’s Club du Sénégal et est inscrit au PSE.  Il sera construit sur un terrain de 5400m2 à l’Hôpital de Fann. Toutes les études ont été préfinancées par des partenaires afin de permettre l’inscription d’une partie du financement au budget de l’Etat du Sénégal. L’autre partie sera apportée par la Fondation des Lions clubs et leurs partenaires. Plusieurs bailleurs se sont déjà manifestés pour soutenir l’Etat, une fois le projet inscrit à son budget. 
Le Centre de Traitement des Brûlés de Dakar est un réel espoir pour une vraie prise en charge de la brûlure. Le CTB sera un pôle de référence pour le Sénégal et la sous-région. 
Stéphanie RICOU 
Professeure de SVT 
Cellule de communication du CTB 


Mercredi 24 Juillet 2019 - 09:22





Actualité en Afrique : environnement, énergies renouvelables, climat










Google+


Partager ce site




11/04/2017 08:33

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement
Abdallah Boureima est le nouveau président de la commission de l'UEMOA. Le Nigérien a été désigné, ce matin, en Côte d'Ivoire, par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA, réunis en session extraordinaire.
 
Mais selon une note de la Présidence, c’est le Président de la République Macky Sall qui « dans un esprit de solidarité et de fraternité et dans le souci de permettre la poursuite du bon fonctionnement de l’Union » qui a répondu favorablement à la sollicitation de ses pairs pour l’attribution jusqu’en 2021, de la Présidence de la Commission de l’UEMOA au Niger, soit pour un mandat unique.
 
La Conférence a décidé aussi, selon la même source, qu’à la fin du mandat du Niger, en 2021, le Sénégal reprendra de manière définitive la Présidence de la Commission de l’UEMOA.
 
D’autre part, lit-on sur la note, dans le sens de rééquilibrer la répartition des postes, la Conférence a attribué, avec effet immédiat, « le poste de la présidence du Conseil Régional de l’Epargne publique et des Marchés Financiers au Sénégal. En plus, en octobre 2018, le Sénégal occupera le poste de Vice-Gouverneur de la BCEAO pour un mandat unique ».
 
Pour finir, poursuit la source, la Conférence a enfin salué l’esprit d’ouverture du Président Macky SALL et son leadership dans la sous-région.
02/09/2014 08:06

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants
Quelques membres de la douane Sénégalaise ont été formés la semaine dernière, sur la convention relative aux polluants organiques persistants (Pop) et autre textes sur les produits chimiques. L’intérêt selon Aïta Sarr Seck, chef de la Division prévention et contrôle des pollutions et nuisances à la Direction de l’environnement et des établissements classés, et de restreindre puis éliminer totalement la production, l’utilisation, l’écoulement et le stockage des Pop. 
«Le Sénégal a ratifié la convention de Stockholm depuis 2003, mais il y a d’autres polluants organiques inscrits sur l’ancienne liste et c'est pour cela qu’il est nécessaire de former les agents des douanes sur ces polluants qui sont néfastes pour l’environnement et les êtres humains ». 
Habib Ampa Dieng, chef du bureau du recrutement à la division de la formation, a expliqué qu’il s’agissait lors de cette formation, de sensibiliser sur la convention relative aux polluants, de présenter la convention, ses aspects juridiques les engagements des Etats et plus particulièrement les agents des douanes. Ceci dans le souci que « les agents des douanes sachent reconnaître les polluants lorsqu’ils se présentent à nos frontières et qu’ils aient les bonnes attitudes pour le respect des engagements du Sénégal à l’égard de cette convention internationale » dira t-il. 
Aïta Sarr Seck a signalé que les POP « sont particulièrement préoccupants, en raison de leur persistance et leur grande capacité à se déplacer sur de longues distances...
22/08/2013 23:39

Une Grande Société de la Place recrute : Le Directeur Projets, Formulation, Qualite, Hygiene et Securite Alimentaire

 
                                MISSIONS ET PRINCIPALES RESPONSABILITES
 
Missions :
Construire un projet d’avenir pour le pôle alimentaire. Donner la direction et la maintenir dans les rubriques suivantes :
Conception de nouveau produit
Formulation et biochimie
Qualité
Sécurité alimentaire
Production de produits alimentaires

 
  • Elaborer les stratégies liées à la formulation, création, développement, analyses et caractérisation de produits, ainsi que sur les procédés de production et de conservation des aliments. 
  • Effectuer différentes analyses microbiologiques et biochimiques des composants des produits afin de t’assurer de leur qualité. 
  • Contrôler et de superviser la qualité des aliments transformés ou fabriqués afin qu’ils répondent aux normes gouvernementales et aux politiques de l’entreprise en matière de qualité.
  • Faire appliquer les règlements et les politiques en matière d’hygiène et de salubrité au sein de l’usine et d’en implanter de nouvelles afin de maximiser le processus de qualité des produits.
  • Mettre les processus en conformité à la législation, la réglementation, la toxicité, l'innocuité, et propose des orientations pour utiliser ces avantages pour la stratégie marketing. 
 
Responsabilités :
 
Le Directeur Projets, Formulation, Qualité, Hygiène et Sécurité alimentaire est responsable des points listés ci-après :
 
  • Construire des recettes en fonction des besoins des clients
  • Etude de nouveaux produits, la définition des gammes et de leur évolution, notamment lors des changements importants de composition des formules
  • Contrôle microbiologique des matières premières et produits fabriqués
  • Contrôle qualité sur toute la chaîne de production
  • Construire le plan de nettoyage et désinfection
  • Construire le plan de traçabilité des lots de production
  • Mettre en place un protocole de rappel des produits et de gestion de crise
  • Mettre en place un plan pour la gestion des allergies potentielles
  • Mettre en place un plan de prévention des risques phytosanitaires
  • Mettre en place la démarche HACCP
  • Assurer une veille législative
  • Participer au processus de gestion des réclamations clients
  • Mettre en place protocole de détermination des DLC et DLUO
  • Mettre en place dispositifs et protocoles pour garder les échantillons de produits
  • Mettre en place méthodologie d’analyse sensorielle et tests organoleptiques
  • Mettre en place les procédures de contrôle qualité et s’assurer de leur application
  • S’assurer de la calibration des instruments de mesure-
  • Plan en place un plan d’audit interne processus
  • Participer aux Comités de Pilotage du pôle alimentaire
  • Entretenir des relations régulières avec les partenaires du pôle alimenatire et organismes de recherches extérieures
  • Travailler en étroite collaboration avec la direction commerciale et développement ainsi que le(s) chef(s) produits
  • Travailler en étroite collaboration avec le responsable de la fabrication afin de prendre en compte, dans sa formulation, les contraintes technologiques propre à l’usine.
  • Communiquer en continu avec le responsable des achats
 
Compétences Requises :
Technologie alimentaire, biologie appliquée a la nutrition et alimentation
Technologie des emballages et emballeuses
Gestion des usines alimentaires et performance industrielle
Gestion des processus
Hygiène
Gestion des assets
Innovation et propriété intellectuelle
Gestion des coûts de production
 
Niveau formation
- Ingénieur Bac+4/5 Food processing – Quality - biochimie
- Expérience Professionnelle : 10 ans
 
Langues
- Français : Courant
- Anglais : Courant
 
Veuillez envoyer par E-mail votre dossier de candidature : CV + lettre de motivation en mentionnant le titre du poste à l’objet du courriel à recruteonesn@gmail.com
 
Bamba Toure
28/07/2013 00:40

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute
TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

 

Bamba Toure
13/06/2013 09:14

Une Grande Société de la Place recrute

Une Grande Société de la Place recrute
Bamba Toure
18/05/2013 01:13

COMMUNIQUE DE PRESSE ARTP

L’ARTP ACCOMPAGNE LE PELERINAGE DE POPENGUINE POUR ASSURER UNE BONNE QUALITE DE SERVICE DE TELECOMMUNICATIONS
 
L’ARTP met à la disposition du public :
 
1. Un Numéro Vert : le 800 200 200 
 
Ce numéro vert est destiné aux utilisateurs des services de la téléphonie mobile et Internet  présents à Popenguine durant le Pèlerinage  2013, pour leur permettre de saisir l’ARTP, en cas de dysfonctionnements ou de perturbations sur les réseaux des opérateurs Orange, Tigo ou Expresso.

Vous pourrez appeler gratuitement au 800 200 200 si vous êtes confrontés aux problèmes suivants :
  • difficultés à émettre ou recevoir des appels ;
  • difficultés à envoyer ou recevoir des SMS ;; 
  • difficultés d’accès à Internet à partir de votre téléphone portable ou clé Internet ;
  • coupures de communications ;
  • ou tout autre dysfonctionnement ou perturbation constaté sur les réseaux de téléphonie mobile.
Pour toute autre réclamation (aspects commerciaux, carte de recharge, facturation, restriction d’appel, etc.), veuillez contacter le service client de votre opérateur.  
 
Le numéro 800 200 200 sera opérationnel  du  samedi 18 mai 2013 à partir de 00h au lundi 20 mai 2013 2013 à 23h59mns.
 
2. Une équipe technique de l’ARTP sera également présente en permanence à Popenguine:

Pour s’assurer de la qualité des services offerts par Orange, Tigo et Expresso, l’équipe de l’ARTP effectuera régulièrement des tests qualitatifs à Popenguine et ses environs et sera en contact permanent avec les opérateurs pour veiller à ce qu’ils apportent des solutions adaptées si des perturbations sont constatées. 
 
L’ARTP souhaite un bon pèlerinage marial à la communauté catholique.
 
Abou Lo, Directeur général 
 
Bamba Toure
10/04/2013 22:32

VIP NEWS N°4

VIP NEWS N°4
VIP NEWS N°4
Bamba Toure
25/03/2013 22:48

Communiqué Rewmi

Communiqué Rewmi
Bamba Toure
14/03/2013 23:00

Office National de Formation Professionnelle

Office National de Formation Professionnelle
Bamba Toure
11/03/2013 12:04

RECRUTEMENT ASSISTANT IMMOBILIER

FICHE DE POSTE
 
MISSION

Il aura pour mission d’assister les cadres dirigeants et les consultants du groupe en charge du développement ou de la gestion de projets immobiliers.
Son rôle sera, entre autre de :
  • Organiser, à la demande des chefs de projets, les réunions de travail et de décisions nécessaires à l’avancement des projets, tant en interne au groupe qu’avec des participants extérieurs,
  • Contrôler la bonne exécution des plannings et assurer les relances nécessaires,
  • Veiller à la bonne circulation de l’information,
  • Représenter le groupe à toute réunion organisée par un prestataire extérieur ou sa présence serait souhaitée. Rendre compte de ces réunions,
  • Procéder, à la demande des chefs de projets, à la recherche d’information de toute nature.
 
Il aura également en charge d’entreprendre et de faire aboutir  l’ensemble des démarches administratives et juridiques nécessaires à l’avancement des projets : baux, dossiers d’autorisation de construire, constitution de SCI, relations avec les services fiscaux…
 
Il assurera  enfin la liaison entre le groupe et les notaires et avocats susceptibles d’intervenir sur les projets. 
 
FORMATION/EXPERIENCE
 
De formation juridico /économique, il aura 4 à 5 ans d’expérience professionnelle.
Cette expérience lui aura permis d’acquérir une bonne connaissance du secteur immobilier sénégalais : promoteurs, architectes et bureaux d’études, commercialisateurs,  entreprises de bâtiment, administrations …
 
Le poste est basé à Dakar mais demande une grande disponibilité.
 
Après une période d’activité probante, une évolution de carrière vers des responsabilités accrues pourra être envisagée.
 
Envoyez votre CV : recruteonesn@gmail.com
 
 
Bamba Toure