Le FCFA puis l’ECO, Et après ! (Par Dr Thierno THIOUNE)


Le FCFA puis l’ECO, Et après ! (Par Dr Thierno THIOUNE)

Ci-gît, le FCFA !  C’est de prime à bord ce qu’on pouvait retenir de la déclaration faite le 21 décembre 2019 à Abidjan par le Président Emanuel Macron (Président de la France, pays garant de la convertibilité) et du Président Alassane Ouattara (Président de la Côte d’Ivoire, la première économie de la zone et par ailleurs Président en exercice de l’UEMOA). 

 

Ce fut incontestablement, le « faire-part de décès » le plus controversé de la vie d’un instrument monétaire au regard des prises de positions des acteurs de tout bord qui s’en sont suivies. Quoi qu’il en soi, aujourd’hui après cette annonce, il reste indubitable et j’en suis convaincu que c’est une décision d’étape dans la bonne direction à saluer dans le processus devant mener vers la souveraineté monétaire des Etats ayant en commun le FCFA. 

 

C’est dire donc que c’est une bonne réponse politique adressée particulièrement aux acteurs qui militaient pour si l’on sait jusqu’ici que le débat semblait galvaudé. Tout de même, cette sortie conjointe des deux présidents français et ivoirien est bien éclairée par celle en dernier du Professeur Kassé (L’ECO ou la continuité des fondamentaux du CFA) constituant une saillie érudite et intelligente aux nombreuses zones d’ombre qu’un débat infertile et infécond entretenu par un groupe de néophytes a voulu laisser planer. Tout le monde peut avoir droit au chapitre sur tout. Alors, tant qu’on y est, tout le monde se dit maintenant économiste. 

 

Que n’avons-nous pas entendu ? Que le FCFA, vestige de la FranceAfrique, empêche l’industrialisation. (Ce qui empêche l’industrialisation est en nous). Que tous les pays de l’euro, hormis l’Allemagne qui a une industrialisation forte, ont des problèmes avec l’euro. 

(La Finlande et le Luxembourg avec une industrialisation forestière et une industrialisation en balbutiement respectueusement seraient donc pas des pays de la zone euro). 

Diantre ! Quelles âneries !

Il faudrait que l’opportunité soit donnée véritablement aux acteurs de débattre des questions de fond. La science n’accepte pas l’activisme et lorsque l’éméritat entre par la porte, l’ignorance sort par la fenêtre. La dernière sortie du Professeur clôt le débat. Il clarifie les avantages des fondamentaux du FCFA et les réformes qui peuvent être introduites en mettant l’accent sur les cinq avantages des apports du futur défunt système que sont la stabilité de la monnaie, la convertibilité, l’accroissement des échanges, le levier pour l’assainissement des finances publiques et la lutte contre l’inflation et l’espace de solidarité et de coprospérité que constitue la zone.

L’essentiel, comme nous avons eu à le faire remarquer dans une interview que nous avions accordée au quotidien l’Enquête du 7 novembre 2017, dénonçant le fait que beaucoup de non-initiés se sont invités au débat ignorant totalement le bien-fondé du maintien ou non du FCFA, est alors la nécessité de se pencher sur les questions fondamentales que sont :

 

1) Pourquoi la parité rigide Euro-Fcfa puis Euro-Eco?

 

2) Quel fondement du choix du régime de change fixe ?

 

3) Quel rôle et quelle gouvernance pour les éventuelles nouvelles institutions monétaires ?

 

Toutes ces préoccupations trouvent leur justification légitime à présent et de manière non évidente au changement de paradigme tant souhaité. La Genèse et la structuration du FCFA depuis 1939 à nos jours, faite de manière authentique contribue à élucider l’énigme de la parité rigide (comme motif la contrepartie de la garantie de la convertibilité) (I). (Parité rigide ou rigidité de la parité : est-ce tout comme ?). Le choix du régime de change apparaissait évident avec l’abandon du FCFA et l’avènement de l’Eco comme monnaie sous régionale (II). (Pas si simple que ça !) Et après… ! Que faudrait-il faire de l’outil monétaire face à nos nouvelles formes de défis relatifs, à l’industrialisation, à l’instabilité financière, à l’inclinaison financière, au changement climatique, à la transition écologique et à l’économie verte, à prendre en charge. Une autre gouvernance des institutions monétaires jouant un rôle réajusté d’un instrument monétaire paré de ses attributs les plus modernes et de ses missions les plus avant-gardistes s’impose dans un tel enjeu.

 

 

I) Le FCFA : Genèse et structuration depuis 1939 jusqu’à nos jours

 

Faut-il le rappeler ; le FCFA, dans toutes ses formes de mutations, a existé près de 80 ans depuis que le Général De Gaulle l’instituait après les accords de Bretton Woods. A l’époque le fondement originel de la Zone Franc restait le pacte colonial. Celui-ci se présentait comme un mécanisme exclusivement commercial avec une dimension monétaire. 

Le système des monnaies coloniales procédait du même état d'esprit qui fait croire que « la colonie devait être un moyen d'enrichir la métropole, ainsi qu'un atout pour lui donner poids et prestige dans le concert des pays les plus forts. Donc, créé initialement en 1939, juste avant la seconde guerre mondiale, de fait le Franc CFA est officiellement né le 26 décembre 1945, jour où la France ratifia les accords de Bretton Woods. Il signifiait alors « franc des colonies françaises d'Afrique ». 

En 1958, le Franc CFA devient « Franc de la Communauté Française d'Afrique ». Avec l’indépendance, date à laquelle une première critique de nature « idéologique » traversa la Zone Franc, celle-ci entendait renoncer au pacte colonial pour lui substituer un pacte postcolonial lui procurant un rôle d’acteur au même titre que la France. Aujourd’hui, avec l'appellation Franc CFA signifiant Franc de la Communauté Financière d'Afrique pour les pays membres de l'UEMOA et Franc de la Coopération Financière en Afrique Centrale pour les pays membres de la CEMAC, la Zone Franc s’articule autour de la fixité du FCFA arrimé d’abord au Franc Français puis à l’Euro en vertu de l’article 234 alinéa 1 du traité de Maastricht. 

 

Du point de vue de sa structuration , depuis la création du Franc CFA le 26   décembre   1945, 1 F CFA était égal à 1,70 FF. A la suite de la dévaluation du Franc Français (FF) le 17   octobre   1948   on a eu 1 F CFA qui équivalait à 2,00 FF. Le 27   décembre   1958   avec l’instauration du nouveau Franc Français (FRF), 1 F CFA coûtait 0,02 FRF. A la dévaluation du Franc CFA de 50 % le 11   janvier   1994, 1 F CFA était estimait à 0,01 FRF. Depuis le 1er   janvier   1999, 1 € est égal à 655,957 F CFA d’où l’arrimage du Franc CFA à l'Euro qui offre une convertibilité (une crédibilité internationale) pour le rapatriement des réserves provenant essentiellement des recettes d’exportations par le mécanisme du compte d’opération du trésor français. Ce compte d’opération disparaît avec la naissance de l’Eco.

 

II) L’ECO : de l’Abandon du FCFA et de la création d’une monnaie sous régionale

 

L’abandon du FCFA, du moins dans sa forme actuelle, requiert à juste titre une réflexion profonde étant entendu que les pays membres ont des situations économiques fortement asymétriques.  Au-delà du changement du nom (Fcfa à l’Eco), de la fin de la centralisation de la moitié des réserves de change de la BCEAO au Trésor Français ainsi que le retrait des représentants de la France des instances de gouvernance où elle était présente, de la suppression du compte d’opération, tout autre changement brusque (notamment la levée de la contrainte liée à la régulation institutionnelle et à l’impression et la fonte de la (nouvelle) monnaie, l’Eco) ne se fera pas sans conséquences.

 

Pour tourner la page du passé monétaire amphigourique - sans tout à fait le renier - le franc CFA rebaptisé Eco maintient le lien de parité fixe avec l'euro (1 euro = 655,96 francs CFA). Ce qui garantit la même valeur de la monnaie pour les consommateurs et pas de brusques dévaluations possibles. Toujours à cause de ce lien avec l’euro, l’Eco est une monnaie plutôt forte, ce qui devrait faciliter les importations. En revanche, les pays de la zone franc sont pénalisés pour les exportations. L’arrimage à l’euro empêcherait les Etats de proposer des prix compétitifs au détriment des exportations.

 

Dès lors, il est important de faire une analyse fine en termes de coûts/bénéfices pour la Zone Franc. Les arguments pour ou contre le système du FCFA tournent autour de la convertibilité (une crédibilité internationale), la mise en commun des réserves (pot commun de devises), la maitrise des dépenses publiques (le Trésor français consent des avances mais, en aucun cas, elles ne peuvent dépasser 20 % des recettes budgétaires, pays par pays), l'évaluation par l'Union européenne (le rattachement à l'euro comme ancrage du taux de change est généralement reconnu d'avoir eu des effets favorables dans la région en termes de stabilité macroéconomique). 

 

Aussi, pour ne pas tomber dans les travers d’une « catastrophe monétaire », il est important de considérer l’apprentissage de la gestion monétaire si l’on se réfère aux monnaies zambienne, angolaise, kenyane, ou encore vénézuélienne ou argentine qui « toutes ont été ou sont dans des situations difficiles », car ne pouvant pas « supporter des chocs exogènes ». 

 

Dans la Zone Franc, le niveau actuel des déficits budgétaires (-6,7%) et de l’éventuelle monétisation de la dette pourraient également engendrer des effets négatifs importants qui seraient un prix exorbitant à payer pour l’abandon radical du FCFA, du reste pour sa forme actuelle. Mais il est clair que le FCFA, avec des clauses qui sont dépassées, doit être réformé pour faire place à une monnaie africaine au service du développement. L’ECO est une étape importante mais pas la mort du serpent de mer, la prochaine étape nous mettra en face de ce que j’appelle nos nouvelles formes de dépendance.

 

III) Et après, il faut redéfinir le rôle et la gouvernance des (nouvelles) institutions monétaires devant nos (nouveaux) défis de développement

 

En juillet 2020, l’ECO deviendrait la monnaie de la Zone UEMOA. Et après ? Pour autant est-ce que les importations des pays de la Zone en provenance de l’UE continueront-elles de reculer ? Elles ont chuté de près de 10%. L’Union importe du Japon et des Etats-Unis respectivement de façon négligeable 2% et 5%. Avec l’ECO la tendance serait-elle renversée ? La prépondérance des importations en provenance de la Chine se situant à 15% dans l’UEMOA sera-t-elle renforcée par l’Eco pour à terme remettre en cause l’hégémonie française en la matière ? Aujourd'hui, la Chine adoptant un régime de change flottant et devenant de plus en plus le premier partenaire commercial de la zone, ne remet-elle pas en cause la pertinence d’une monnaie fut-elle appelée FCFA ou ECO qui n’est pas arrimée à un panier de devises où l’on retrouve le yuan, le dollar et l’euro ? Quel avantage la zone UEMOA (avec un régime de change fixe) tire-t-elle à commercer avec des partenaires commerciaux (avec un régime de change flottant ou fixe) ?

 

Il est vrai que la zone monétaire constitue selon la nature du régime de change qui y appliqué un atout pour les pays y appartenant mais aussi pour les pays partenaires commerciaux. La France, dégringolant de la 5éme à la 7éme place dans les pays riches, par exemple en commerçant avec la zone UEMOA y tire bon nombre d’avantages. La France profite du libre transfert des capitaux, la parité de change, le faible niveau d’inflation qui offre non seulement aux entreprises françaises la possibilité de rapatrier leurs bénéfices, mais aussi la garantie dans le temps de la valeur produite par leurs investissements estimés à plus de 40% du total du stock des investissements avec la présence de plus de 700 filiales d’entreprises françaises.

 

Certainement les zones d’ombres notamment les conditions de la convertibilité, le maintien ou non de la clause de la convertibilité "illimitée".

 

Les choix du système choisi sont-ils fondés sur des études scientifiques
en particulier le Nigeria (71% du PIB et 52% de la population de la CEDEAO)

 

La persistance des déficits extérieurs courants est la conséquence d'une multitude de goulots d'étranglement à la transformation structurelle des économies des Etats membres et leur capacité́ d'offre de biens et services à forte valeur ajoutée. Il s'agit notamment de la disponibilité de facteurs de production et de leurs coûts de fourniture qui constituent des obstacles majeurs à l'essor des chaines de valeur dans les économies de l'Union.

 

En conclusion

Il appert évident aujourd'hui qu’avec ce changement de paradigme, le point d’attraction de l’ECO ne saurait être que d’assurer solidairement la force d’indépendance monétaire. Je reste persuadé qu’une zone monétaire est un atout, c’est vrai, mais qu’il faille se pencher sur les caractéristiques des politiques monétaires, outre que classiques, auxquelles nos nouveaux défis nous obligent.

 

De nombreuses études empiriques menées sur les régimes de change admettent l’absence d’unanimité sur le choix du régime de change. Aucun cas d’école ne le dicte. Il faudra alors que le régime de change pour la nouvelle monnaie Eco de l’UEMOA se conforme à la politique monétaire adoptée. Il se trouve que les quatre (4) régimes de changes possibles à adopter (régimes de rattachement de taux de change, régimes de change flexible, régimes de marges de fluctuation, régimes de taux de changes doubles ou multiples) obéissent à la fois aux quatre (4) catégories de politique monétaire à appliquer (politique d’ancrage du taux de change, politique de ciblage d’un agrégat monétaire, politique de ciblage de l’inflation, politique monétaire discrétionnaire).

 

Dés lors, il est bien clair qu’il serait assez pernicieux de défende un régime de change flottant alors que dans certains pays à régime de change flexible avec un leadership irresponsable, le financement monétaire de déficits budgétaires a été souvent à l’origine de forts taux d’inflation. Le seul régime de change qui vaille est celui permettant d’amortir nos chocs extérieurs, de renforcer la diversification de nos économies, leur résilience et facilitant la transformation de notre inclusion financière en un capital national qui sera complété par des investissements étrangers pour des ressources nécessaires à la transformation structurelle.

 

Nous en avons besoin car tous nos projets ou programmes d’émergence voir de développement, de quelque nature que ce soit, dépendent principalement de l’extérieur. En ce sens, je suis convaincu avec le professeur kassé que quatre (4) solutions devraient être mises en avant pour l’utilisations des réserves de la BCEAO. D’abord, penser au transfert d’une partie des réserves extérieures aux Trésors publics des États membres. Ensuite, répartir les avoirs entre les États de l’Union au prorata de leurs parts respectives, Puis, compléter par l’émission d’obligations publiques pour financer le Programme Economique Régional (PER). 

 

Enfin, affecter une partie des ressources excédentaires à la BOAD qui emprunte sur les marchés externes pour prêter aux États membres à taux compétitif.

 

C’est tout le sens de ce que j’avais évoqué il y’a un peu plus de deux ans que nous ne pouvons envisager le futur de l’Afrique avec la vision des autres comme avec la monnaie des autres. S’il est vrai de croire avec Bruno Cabrillac qu’on ne peut douter de la capacité de la Zone franc à atteindre les deux objectifs classiques de la zone notamment le maintien de la parité fixe et l’efficacité de l’ancrage nominal, il n’en demeure pas moins qu’il est d’une grande nécessité de mettre en place une monnaie africaine au service du développement accompagnée d’un Fond Monétaire Africain (FMA) et d’une Banque d’Investissement Africaine (BIA).

 

En réalité, les éventuelles nouvelles missions d’une éventuelle Banque Centrale Fédérale Indépendante (BCFI) appellent au préalable à préparer le renforcement de sa gouvernance pour lui permettre d’être à l’abri des défis majeurs liés à l’instabilité financière, le changement climatique, la transition écologique et l’économie verte, tous imbriqués à l’enjeu monétaire. Il faut savoir ce que l’on veut. Une monnaie pour ses attributs ou une monnaie pour sa politique ! Mundell avec son triangle d'incompatibilité nous avait très tôt prévenu sur l’impossibilité d'avoir à la fois une politique monétaire indépendante (1), un régime de change fixe (2) et une libre circulation des capitaux (3). Il faut choisir deux de ces trois objectifs, pour incontestablement subir le troisième. Je suis convaincu avec Michael Klein, Tufts University, que les gouvernements (de l’UEMOA) font face à ce trilemme. Ce n’est pas une sinécure. Le reste ce (ne) sont (que) des commentaires ».

 

Dr Thierno THIOUNE 

Maître de Conférences Titulaire en Economie à la FASEG 

Directeur des Etudes du CREFDES

Membre du Comité Scientifique du LARED

UCAD



Lundi 20 Janvier 2020 - 06:39





Actualité en Afrique : environnement, énergies renouvelables, climat


Setal People - 28/03/2020 - 0 Commentaire

Rama Yade, séparée de son mari, se confie sur sa nouvelle vie

Lutte contre le coronavirus : Diao Keïta Baldé entre en jeu et débloque plus de 11 millions F Cfa.

28/03/2020 - 0 Commentaire

Lutte contre le Coronavirus : Lionel Messi offre 1 million d'euros à l'Hospitali Clinic de Barcelone.

26/03/2020 - 0 Commentaire

Lutte contre le coronavirus : L’apport financier de la Fifa, les appels de Messi, Samuel Eto’o et cie.

25/03/2020 - 0 Commentaire

Lutte contre le Covid-19 : Le PSG fait un don de 100.000 €.

25/03/2020 - 0 Commentaire








Google+


Partager ce site




11/04/2017 08:33

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement
Abdallah Boureima est le nouveau président de la commission de l'UEMOA. Le Nigérien a été désigné, ce matin, en Côte d'Ivoire, par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA, réunis en session extraordinaire.
 
Mais selon une note de la Présidence, c’est le Président de la République Macky Sall qui « dans un esprit de solidarité et de fraternité et dans le souci de permettre la poursuite du bon fonctionnement de l’Union » qui a répondu favorablement à la sollicitation de ses pairs pour l’attribution jusqu’en 2021, de la Présidence de la Commission de l’UEMOA au Niger, soit pour un mandat unique.
 
La Conférence a décidé aussi, selon la même source, qu’à la fin du mandat du Niger, en 2021, le Sénégal reprendra de manière définitive la Présidence de la Commission de l’UEMOA.
 
D’autre part, lit-on sur la note, dans le sens de rééquilibrer la répartition des postes, la Conférence a attribué, avec effet immédiat, « le poste de la présidence du Conseil Régional de l’Epargne publique et des Marchés Financiers au Sénégal. En plus, en octobre 2018, le Sénégal occupera le poste de Vice-Gouverneur de la BCEAO pour un mandat unique ».
 
Pour finir, poursuit la source, la Conférence a enfin salué l’esprit d’ouverture du Président Macky SALL et son leadership dans la sous-région.
02/09/2014 08:06

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants
Quelques membres de la douane Sénégalaise ont été formés la semaine dernière, sur la convention relative aux polluants organiques persistants (Pop) et autre textes sur les produits chimiques. L’intérêt selon Aïta Sarr Seck, chef de la Division prévention et contrôle des pollutions et nuisances à la Direction de l’environnement et des établissements classés, et de restreindre puis éliminer totalement la production, l’utilisation, l’écoulement et le stockage des Pop. 
«Le Sénégal a ratifié la convention de Stockholm depuis 2003, mais il y a d’autres polluants organiques inscrits sur l’ancienne liste et c'est pour cela qu’il est nécessaire de former les agents des douanes sur ces polluants qui sont néfastes pour l’environnement et les êtres humains ». 
Habib Ampa Dieng, chef du bureau du recrutement à la division de la formation, a expliqué qu’il s’agissait lors de cette formation, de sensibiliser sur la convention relative aux polluants, de présenter la convention, ses aspects juridiques les engagements des Etats et plus particulièrement les agents des douanes. Ceci dans le souci que « les agents des douanes sachent reconnaître les polluants lorsqu’ils se présentent à nos frontières et qu’ils aient les bonnes attitudes pour le respect des engagements du Sénégal à l’égard de cette convention internationale » dira t-il. 
Aïta Sarr Seck a signalé que les POP « sont particulièrement préoccupants, en raison de leur persistance et leur grande capacité à se déplacer sur de longues distances...
22/08/2013 23:39

Une Grande Société de la Place recrute : Le Directeur Projets, Formulation, Qualite, Hygiene et Securite Alimentaire

 
                                MISSIONS ET PRINCIPALES RESPONSABILITES
 
Missions :
Construire un projet d’avenir pour le pôle alimentaire. Donner la direction et la maintenir dans les rubriques suivantes :
Conception de nouveau produit
Formulation et biochimie
Qualité
Sécurité alimentaire
Production de produits alimentaires

 
  • Elaborer les stratégies liées à la formulation, création, développement, analyses et caractérisation de produits, ainsi que sur les procédés de production et de conservation des aliments. 
  • Effectuer différentes analyses microbiologiques et biochimiques des composants des produits afin de t’assurer de leur qualité. 
  • Contrôler et de superviser la qualité des aliments transformés ou fabriqués afin qu’ils répondent aux normes gouvernementales et aux politiques de l’entreprise en matière de qualité.
  • Faire appliquer les règlements et les politiques en matière d’hygiène et de salubrité au sein de l’usine et d’en implanter de nouvelles afin de maximiser le processus de qualité des produits.
  • Mettre les processus en conformité à la législation, la réglementation, la toxicité, l'innocuité, et propose des orientations pour utiliser ces avantages pour la stratégie marketing. 
 
Responsabilités :
 
Le Directeur Projets, Formulation, Qualité, Hygiène et Sécurité alimentaire est responsable des points listés ci-après :
 
  • Construire des recettes en fonction des besoins des clients
  • Etude de nouveaux produits, la définition des gammes et de leur évolution, notamment lors des changements importants de composition des formules
  • Contrôle microbiologique des matières premières et produits fabriqués
  • Contrôle qualité sur toute la chaîne de production
  • Construire le plan de nettoyage et désinfection
  • Construire le plan de traçabilité des lots de production
  • Mettre en place un protocole de rappel des produits et de gestion de crise
  • Mettre en place un plan pour la gestion des allergies potentielles
  • Mettre en place un plan de prévention des risques phytosanitaires
  • Mettre en place la démarche HACCP
  • Assurer une veille législative
  • Participer au processus de gestion des réclamations clients
  • Mettre en place protocole de détermination des DLC et DLUO
  • Mettre en place dispositifs et protocoles pour garder les échantillons de produits
  • Mettre en place méthodologie d’analyse sensorielle et tests organoleptiques
  • Mettre en place les procédures de contrôle qualité et s’assurer de leur application
  • S’assurer de la calibration des instruments de mesure-
  • Plan en place un plan d’audit interne processus
  • Participer aux Comités de Pilotage du pôle alimentaire
  • Entretenir des relations régulières avec les partenaires du pôle alimenatire et organismes de recherches extérieures
  • Travailler en étroite collaboration avec la direction commerciale et développement ainsi que le(s) chef(s) produits
  • Travailler en étroite collaboration avec le responsable de la fabrication afin de prendre en compte, dans sa formulation, les contraintes technologiques propre à l’usine.
  • Communiquer en continu avec le responsable des achats
 
Compétences Requises :
Technologie alimentaire, biologie appliquée a la nutrition et alimentation
Technologie des emballages et emballeuses
Gestion des usines alimentaires et performance industrielle
Gestion des processus
Hygiène
Gestion des assets
Innovation et propriété intellectuelle
Gestion des coûts de production
 
Niveau formation
- Ingénieur Bac+4/5 Food processing – Quality - biochimie
- Expérience Professionnelle : 10 ans
 
Langues
- Français : Courant
- Anglais : Courant
 
Veuillez envoyer par E-mail votre dossier de candidature : CV + lettre de motivation en mentionnant le titre du poste à l’objet du courriel à recruteonesn@gmail.com
 
Bamba Toure
28/07/2013 00:40

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute
TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

 

Bamba Toure
13/06/2013 09:14

Une Grande Société de la Place recrute

Une Grande Société de la Place recrute
Bamba Toure
18/05/2013 01:13

COMMUNIQUE DE PRESSE ARTP

L’ARTP ACCOMPAGNE LE PELERINAGE DE POPENGUINE POUR ASSURER UNE BONNE QUALITE DE SERVICE DE TELECOMMUNICATIONS
 
L’ARTP met à la disposition du public :
 
1. Un Numéro Vert : le 800 200 200 
 
Ce numéro vert est destiné aux utilisateurs des services de la téléphonie mobile et Internet  présents à Popenguine durant le Pèlerinage  2013, pour leur permettre de saisir l’ARTP, en cas de dysfonctionnements ou de perturbations sur les réseaux des opérateurs Orange, Tigo ou Expresso.

Vous pourrez appeler gratuitement au 800 200 200 si vous êtes confrontés aux problèmes suivants :
  • difficultés à émettre ou recevoir des appels ;
  • difficultés à envoyer ou recevoir des SMS ;; 
  • difficultés d’accès à Internet à partir de votre téléphone portable ou clé Internet ;
  • coupures de communications ;
  • ou tout autre dysfonctionnement ou perturbation constaté sur les réseaux de téléphonie mobile.
Pour toute autre réclamation (aspects commerciaux, carte de recharge, facturation, restriction d’appel, etc.), veuillez contacter le service client de votre opérateur.  
 
Le numéro 800 200 200 sera opérationnel  du  samedi 18 mai 2013 à partir de 00h au lundi 20 mai 2013 2013 à 23h59mns.
 
2. Une équipe technique de l’ARTP sera également présente en permanence à Popenguine:

Pour s’assurer de la qualité des services offerts par Orange, Tigo et Expresso, l’équipe de l’ARTP effectuera régulièrement des tests qualitatifs à Popenguine et ses environs et sera en contact permanent avec les opérateurs pour veiller à ce qu’ils apportent des solutions adaptées si des perturbations sont constatées. 
 
L’ARTP souhaite un bon pèlerinage marial à la communauté catholique.
 
Abou Lo, Directeur général 
 
Bamba Toure
10/04/2013 22:32

VIP NEWS N°4

VIP NEWS N°4
VIP NEWS N°4
Bamba Toure
25/03/2013 22:48

Communiqué Rewmi

Communiqué Rewmi
Bamba Toure
14/03/2013 23:00

Office National de Formation Professionnelle

Office National de Formation Professionnelle
Bamba Toure
11/03/2013 12:04

RECRUTEMENT ASSISTANT IMMOBILIER

FICHE DE POSTE
 
MISSION

Il aura pour mission d’assister les cadres dirigeants et les consultants du groupe en charge du développement ou de la gestion de projets immobiliers.
Son rôle sera, entre autre de :
  • Organiser, à la demande des chefs de projets, les réunions de travail et de décisions nécessaires à l’avancement des projets, tant en interne au groupe qu’avec des participants extérieurs,
  • Contrôler la bonne exécution des plannings et assurer les relances nécessaires,
  • Veiller à la bonne circulation de l’information,
  • Représenter le groupe à toute réunion organisée par un prestataire extérieur ou sa présence serait souhaitée. Rendre compte de ces réunions,
  • Procéder, à la demande des chefs de projets, à la recherche d’information de toute nature.
 
Il aura également en charge d’entreprendre et de faire aboutir  l’ensemble des démarches administratives et juridiques nécessaires à l’avancement des projets : baux, dossiers d’autorisation de construire, constitution de SCI, relations avec les services fiscaux…
 
Il assurera  enfin la liaison entre le groupe et les notaires et avocats susceptibles d’intervenir sur les projets. 
 
FORMATION/EXPERIENCE
 
De formation juridico /économique, il aura 4 à 5 ans d’expérience professionnelle.
Cette expérience lui aura permis d’acquérir une bonne connaissance du secteur immobilier sénégalais : promoteurs, architectes et bureaux d’études, commercialisateurs,  entreprises de bâtiment, administrations …
 
Le poste est basé à Dakar mais demande une grande disponibilité.
 
Après une période d’activité probante, une évolution de carrière vers des responsabilités accrues pourra être envisagée.
 
Envoyez votre CV : recruteonesn@gmail.com
 
 
Bamba Toure