Afrique de l’Ouest : Le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme passent aussi par les services de change…

Le secteur des services de change (CES) a connu un bond en avant ces dernières années en Afrique de l’Ouest. Cette croissance très rapide s’accompagne d’activités délictuelles dont les conséquences peuvent être néfastes pour les économies des pays, voire la stabilité de la sous-région.


Afrique de l’Ouest : Le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme passent aussi par les services de change…

Selon un rapport du Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (GIABA), c’est un secteur qui a été infiltré par des malfaiteurs qui utilisent différents modes opératoires pour parvenir à leurs fins. Pour étayer ses affirmations, le rapport a fait parler 24 cas de 6 typologies de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme à travers les prestataires de services de change informels et illégaux en Afrique de l’Ouest.

 

Les différentes typologies de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme à travers les bureaux de change

 

La première typologie démontre comment des fonctionnaires corrompus blanchissent les produits de leur crime en utilisant les bureaux de change ou d’autres méthodes. Les cas du Niger, de la Sierra Leone, du Nigeria, du Liberia et du Sénégal ont été cités dans le rapport d'août 2020 du GIABA. 

 

Au Sénégal, l’affaire évoquée met en scène un opérateur agréé des bureaux de change. Il a tenté de blanchir des produits de la corruption par le change et la banque agréée, rapporte le document qui précise que les montants tournent autour de 53 milliards FCFA. Ce n’est pas le seul confirmé au Sénégal. 

 

Des fonctionnaires qui blanchissent les produits de la corruption par le biais de BDC non conformes ont été cités comme exemple de typologie de blanchiment au cœur de laquelle on retrouve des agents étatiques.

 

La deuxième typologie a trait au blanchiment de capitaux par des tiers au moyen de BDC illicites/informels. Elle décrit des cas qui ne sont pas liés à un crime particulier, précise le rapport, ajoutant que cette méthode est maintenant illégale dans toute l’Afrique de l’Ouest. Pour les auteurs, « c’est une méthode qui peut être adoptée avec succès pour se lancer dans le blanchiment de capitaux par des tiers tout comme le font les blanchisseurs professionnels ». 

 

Au Nigeria, un cas de blanchiment de capitaux par le biais des échanges de devises a attiré l’attention du GIABA tandis qu’en Gambie, c’est une transaction illégale de devises étrangères sans licences qui a servi d’exemple pour mettre en évidence cette forme de blanchiment en passant par les bureaux de change.

 

Blanchir des produits de la fraude sur Internet par les BDC et les transferts est également un des modes opératoires des délinquants. Dans leur étude, les enquêteurs du GIABA se sont intéressés à l’utilisation d’une société écran pour blanchir le produit d’une fraude par courrier électronique liée à une opportunité d’affaires par le biais de BDC et de mules. Cela s’est passé au Nigeria et met en cause un couple pour le blanchiment d’une valeur de 1,49 million de dollars.

 

Blanchir de l’argent et financer le terrorisme par des BDC illicites et informels et par les passeurs de fonds est une des méthodes connues en Afrique de l’Ouest. C’est la quatrième typologie. En 2018, un cas de non déclaration d’argent liquide dépassant le seuil prévu a été détecté à l’aéroport de Freetown, en Sierra Leone. L’individu qui avait par devers lui diverses devises dont 368 314 dollars américains, 204 150 euros, 60 375 livres sterling, 47 251 livres libanaises, 895 000 leva (monnaie bulgare) et 23 dinars koweïtiens est soupçonné d’être un passeur de fonds au profit des groupes terroristes.

 

Le cas d’un ressortissant chinois ayant tenté de faire sortir illégalement 33 milliards du Sénégal a intéressé les auteurs. Après avoir effectué une opération de change sur le marché formel et informel, il s’est procuré une carte d’accès à la zone des arrivées à l’aéroport et a voulu échanger ses sacs contenant 50 millions d’euros avec un complice qui venait d’arriver au Sénégal. Le manège était de faire en sorte que ce dernier obtienne un certificat de déclaration de devises pour les 50 millions d’euros qui pourraient ensuite être rapatriés légalement par le même complice. La police judiciaire est mise sur le coup.

 

Au titre de la cinquième typologie, l’abus criminel des BDC à risque tient le haut du pavé. Elle « décrit comment les bureaux de change peuvent être ciblés par les escrocs et les fraudeurs, en particulier lorsque les BDC sont connus pour opérer en dehors de leur domaine et impliquer d’autres violations des règlements qui guident leurs opérations ».

Les produits issus d’activités criminelles sont souvent remis dans le circuit normal. Selon le GIABA, cela peut se faire à travers les Bureaux de change à risque. En Gambie, au Cap Vert et au Bénin, au Burkina Faso et au Sénégal des cas de blanchiment d’argent des produits du crime organisé par les bureaux de change sont rappelés.

 

Savoir reconnaître un cas de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme à travers l’utilisation des BDC

 

De cette étude de cas est sortie une liste d’indicateurs et de drapeaux rouges. «Un certain nombre d’indicateurs et de signaux d’alerte possibles ont été identifiés à partir de l’analyse des cas présentés dans le chapitre précédent. Les indicateurs et les signaux d’alerte diffèrent selon l’ampleur des activités de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme présumé. 

 

Alors que les indicateurs représentent des événements qui peuvent ou non indiquer l’existence d’un blanchiment de capitaux ou d’un financement du terrorisme, les drapeaux rouges représentent des événements qui fournissent des preuves plus claires de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme », précise le rapport lu à Dakaractu.

 

La liste des indicateurs est ouverte par l’« utilisation de services de transfert de fonds informels (tels que les services de type Hawala)) pour les transferts transfrontaliers », l’utilisation des mules, de comptes de paille, de coursiers dans les opérations de change devraient alerter. De même que l'adéquation entre l’activité économique et le fonds en question. Le GIABA place au rang des indicateurs, les fausses informations lors de la procédure d’identification ou encore le manque de coopération. L’échange de petites coupures en grosses coupures de la même monnaie étrangère est suspect aux yeux des auteurs du rapport selon qui, une preuve claire de blanchiment de capitaux est établie lorsque les « banques qui effectuent des opérations de change en faveur d’un tiers par l’intermédiaire de leur client de la BDC en approvisionnant le compte de ce dernier en devises étrangères (en utilisant la vente aux enchères de devises étrangères) ». 

 

Même chose lors que « le client dont la profession désignée est l’importation et l’exportation, demande toujours à financer son commerce par le biais du change de devises étrangères, plutôt que de recourir à l’utilisation d’une garantie bancaire ou d’une lettre de crédit ». L’entrée soudaine de fonds en espèces suivi d’une sortie soudaine par le biais d’instruments financiers tels que les chèques ainsi que les activités de change, vente de devises par les BDC, trop importantes par rapport à moyenne du marché et les volumes achetés directement auprès des banques sont des événements qui prouvent un blanchiment de capitaux.

 

Au menu des recommandations, les autorités compétentes sont invitées à être davantage engagées dans la surveillance du Service de change. Les auteurs du rapport pronent le lancement d’un vaste programme de sensibilisation des prestataires de services de change agréés et informels sur leurs obligation en matière de Lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme. Il est aussi suggéré l’élaboration de stratégies de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme dans le secteur informel, qui comprend les activités des prestataires de services de change informels ou illégaux. 



Mardi 29 Juin 2021 - 10:03





Actualité en Afrique : environnement, énergies renouvelables, climat










Google+


Partager ce site




11/04/2017 08:33

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement
Abdallah Boureima est le nouveau président de la commission de l'UEMOA. Le Nigérien a été désigné, ce matin, en Côte d'Ivoire, par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA, réunis en session extraordinaire.
 
Mais selon une note de la Présidence, c’est le Président de la République Macky Sall qui « dans un esprit de solidarité et de fraternité et dans le souci de permettre la poursuite du bon fonctionnement de l’Union » qui a répondu favorablement à la sollicitation de ses pairs pour l’attribution jusqu’en 2021, de la Présidence de la Commission de l’UEMOA au Niger, soit pour un mandat unique.
 
La Conférence a décidé aussi, selon la même source, qu’à la fin du mandat du Niger, en 2021, le Sénégal reprendra de manière définitive la Présidence de la Commission de l’UEMOA.
 
D’autre part, lit-on sur la note, dans le sens de rééquilibrer la répartition des postes, la Conférence a attribué, avec effet immédiat, « le poste de la présidence du Conseil Régional de l’Epargne publique et des Marchés Financiers au Sénégal. En plus, en octobre 2018, le Sénégal occupera le poste de Vice-Gouverneur de la BCEAO pour un mandat unique ».
 
Pour finir, poursuit la source, la Conférence a enfin salué l’esprit d’ouverture du Président Macky SALL et son leadership dans la sous-région.
02/09/2014 08:06

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants
Quelques membres de la douane Sénégalaise ont été formés la semaine dernière, sur la convention relative aux polluants organiques persistants (Pop) et autre textes sur les produits chimiques. L’intérêt selon Aïta Sarr Seck, chef de la Division prévention et contrôle des pollutions et nuisances à la Direction de l’environnement et des établissements classés, et de restreindre puis éliminer totalement la production, l’utilisation, l’écoulement et le stockage des Pop. 
«Le Sénégal a ratifié la convention de Stockholm depuis 2003, mais il y a d’autres polluants organiques inscrits sur l’ancienne liste et c'est pour cela qu’il est nécessaire de former les agents des douanes sur ces polluants qui sont néfastes pour l’environnement et les êtres humains ». 
Habib Ampa Dieng, chef du bureau du recrutement à la division de la formation, a expliqué qu’il s’agissait lors de cette formation, de sensibiliser sur la convention relative aux polluants, de présenter la convention, ses aspects juridiques les engagements des Etats et plus particulièrement les agents des douanes. Ceci dans le souci que « les agents des douanes sachent reconnaître les polluants lorsqu’ils se présentent à nos frontières et qu’ils aient les bonnes attitudes pour le respect des engagements du Sénégal à l’égard de cette convention internationale » dira t-il. 
Aïta Sarr Seck a signalé que les POP « sont particulièrement préoccupants, en raison de leur persistance et leur grande capacité à se déplacer sur de longues distances...
22/08/2013 23:39

Une Grande Société de la Place recrute : Le Directeur Projets, Formulation, Qualite, Hygiene et Securite Alimentaire

 
                                MISSIONS ET PRINCIPALES RESPONSABILITES
 
Missions :
Construire un projet d’avenir pour le pôle alimentaire. Donner la direction et la maintenir dans les rubriques suivantes :
Conception de nouveau produit
Formulation et biochimie
Qualité
Sécurité alimentaire
Production de produits alimentaires

 
  • Elaborer les stratégies liées à la formulation, création, développement, analyses et caractérisation de produits, ainsi que sur les procédés de production et de conservation des aliments. 
  • Effectuer différentes analyses microbiologiques et biochimiques des composants des produits afin de t’assurer de leur qualité. 
  • Contrôler et de superviser la qualité des aliments transformés ou fabriqués afin qu’ils répondent aux normes gouvernementales et aux politiques de l’entreprise en matière de qualité.
  • Faire appliquer les règlements et les politiques en matière d’hygiène et de salubrité au sein de l’usine et d’en implanter de nouvelles afin de maximiser le processus de qualité des produits.
  • Mettre les processus en conformité à la législation, la réglementation, la toxicité, l'innocuité, et propose des orientations pour utiliser ces avantages pour la stratégie marketing. 
 
Responsabilités :
 
Le Directeur Projets, Formulation, Qualité, Hygiène et Sécurité alimentaire est responsable des points listés ci-après :
 
  • Construire des recettes en fonction des besoins des clients
  • Etude de nouveaux produits, la définition des gammes et de leur évolution, notamment lors des changements importants de composition des formules
  • Contrôle microbiologique des matières premières et produits fabriqués
  • Contrôle qualité sur toute la chaîne de production
  • Construire le plan de nettoyage et désinfection
  • Construire le plan de traçabilité des lots de production
  • Mettre en place un protocole de rappel des produits et de gestion de crise
  • Mettre en place un plan pour la gestion des allergies potentielles
  • Mettre en place un plan de prévention des risques phytosanitaires
  • Mettre en place la démarche HACCP
  • Assurer une veille législative
  • Participer au processus de gestion des réclamations clients
  • Mettre en place protocole de détermination des DLC et DLUO
  • Mettre en place dispositifs et protocoles pour garder les échantillons de produits
  • Mettre en place méthodologie d’analyse sensorielle et tests organoleptiques
  • Mettre en place les procédures de contrôle qualité et s’assurer de leur application
  • S’assurer de la calibration des instruments de mesure-
  • Plan en place un plan d’audit interne processus
  • Participer aux Comités de Pilotage du pôle alimentaire
  • Entretenir des relations régulières avec les partenaires du pôle alimenatire et organismes de recherches extérieures
  • Travailler en étroite collaboration avec la direction commerciale et développement ainsi que le(s) chef(s) produits
  • Travailler en étroite collaboration avec le responsable de la fabrication afin de prendre en compte, dans sa formulation, les contraintes technologiques propre à l’usine.
  • Communiquer en continu avec le responsable des achats
 
Compétences Requises :
Technologie alimentaire, biologie appliquée a la nutrition et alimentation
Technologie des emballages et emballeuses
Gestion des usines alimentaires et performance industrielle
Gestion des processus
Hygiène
Gestion des assets
Innovation et propriété intellectuelle
Gestion des coûts de production
 
Niveau formation
- Ingénieur Bac+4/5 Food processing – Quality - biochimie
- Expérience Professionnelle : 10 ans
 
Langues
- Français : Courant
- Anglais : Courant
 
Veuillez envoyer par E-mail votre dossier de candidature : CV + lettre de motivation en mentionnant le titre du poste à l’objet du courriel à recruteonesn@gmail.com
 
Bamba Toure
28/07/2013 00:40

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute
TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

 

Bamba Toure
13/06/2013 09:14

Une Grande Société de la Place recrute

Une Grande Société de la Place recrute
Bamba Toure
18/05/2013 01:13

COMMUNIQUE DE PRESSE ARTP

L’ARTP ACCOMPAGNE LE PELERINAGE DE POPENGUINE POUR ASSURER UNE BONNE QUALITE DE SERVICE DE TELECOMMUNICATIONS
 
L’ARTP met à la disposition du public :
 
1. Un Numéro Vert : le 800 200 200 
 
Ce numéro vert est destiné aux utilisateurs des services de la téléphonie mobile et Internet  présents à Popenguine durant le Pèlerinage  2013, pour leur permettre de saisir l’ARTP, en cas de dysfonctionnements ou de perturbations sur les réseaux des opérateurs Orange, Tigo ou Expresso.

Vous pourrez appeler gratuitement au 800 200 200 si vous êtes confrontés aux problèmes suivants :
  • difficultés à émettre ou recevoir des appels ;
  • difficultés à envoyer ou recevoir des SMS ;; 
  • difficultés d’accès à Internet à partir de votre téléphone portable ou clé Internet ;
  • coupures de communications ;
  • ou tout autre dysfonctionnement ou perturbation constaté sur les réseaux de téléphonie mobile.
Pour toute autre réclamation (aspects commerciaux, carte de recharge, facturation, restriction d’appel, etc.), veuillez contacter le service client de votre opérateur.  
 
Le numéro 800 200 200 sera opérationnel  du  samedi 18 mai 2013 à partir de 00h au lundi 20 mai 2013 2013 à 23h59mns.
 
2. Une équipe technique de l’ARTP sera également présente en permanence à Popenguine:

Pour s’assurer de la qualité des services offerts par Orange, Tigo et Expresso, l’équipe de l’ARTP effectuera régulièrement des tests qualitatifs à Popenguine et ses environs et sera en contact permanent avec les opérateurs pour veiller à ce qu’ils apportent des solutions adaptées si des perturbations sont constatées. 
 
L’ARTP souhaite un bon pèlerinage marial à la communauté catholique.
 
Abou Lo, Directeur général 
 
Bamba Toure
10/04/2013 22:32

VIP NEWS N°4

VIP NEWS N°4
VIP NEWS N°4
Bamba Toure
25/03/2013 22:48

Communiqué Rewmi

Communiqué Rewmi
Bamba Toure
14/03/2013 23:00

Office National de Formation Professionnelle

Office National de Formation Professionnelle
Bamba Toure
11/03/2013 12:04

RECRUTEMENT ASSISTANT IMMOBILIER

FICHE DE POSTE
 
MISSION

Il aura pour mission d’assister les cadres dirigeants et les consultants du groupe en charge du développement ou de la gestion de projets immobiliers.
Son rôle sera, entre autre de :
  • Organiser, à la demande des chefs de projets, les réunions de travail et de décisions nécessaires à l’avancement des projets, tant en interne au groupe qu’avec des participants extérieurs,
  • Contrôler la bonne exécution des plannings et assurer les relances nécessaires,
  • Veiller à la bonne circulation de l’information,
  • Représenter le groupe à toute réunion organisée par un prestataire extérieur ou sa présence serait souhaitée. Rendre compte de ces réunions,
  • Procéder, à la demande des chefs de projets, à la recherche d’information de toute nature.
 
Il aura également en charge d’entreprendre et de faire aboutir  l’ensemble des démarches administratives et juridiques nécessaires à l’avancement des projets : baux, dossiers d’autorisation de construire, constitution de SCI, relations avec les services fiscaux…
 
Il assurera  enfin la liaison entre le groupe et les notaires et avocats susceptibles d’intervenir sur les projets. 
 
FORMATION/EXPERIENCE
 
De formation juridico /économique, il aura 4 à 5 ans d’expérience professionnelle.
Cette expérience lui aura permis d’acquérir une bonne connaissance du secteur immobilier sénégalais : promoteurs, architectes et bureaux d’études, commercialisateurs,  entreprises de bâtiment, administrations …
 
Le poste est basé à Dakar mais demande une grande disponibilité.
 
Après une période d’activité probante, une évolution de carrière vers des responsabilités accrues pourra être envisagée.
 
Envoyez votre CV : recruteonesn@gmail.com
 
 
Bamba Toure