Reconsidérer les paradigmes de la dette, pour impulser un nouvel élan au développement social. (CNTS)


Reconsidérer les paradigmes de la dette, pour impulser un nouvel élan au développement social. (CNTS)

Dans la vie des hommes et de leurs structures, il est des événements malheureux dont les conséquences suscitent une réflexion et une réadaptation fortes, pour établir de nouvelles bases vitales. 

 

La pandémie du coronavirus (COVID 19) qui a remis en cause nos certitudes et nos projections, doit être considérée comme le déclic pour tracer de nouvelles voies dans le processus de développement économique et social de notre pays voire du continent africain.

 

Le COVID-19 a déclenché une crise aux proportions sans précédent. À mesure que les impacts de la crise de santé publique se répercutent sur les chaînes mondiales d’approvisionnement et tarissent la demande, les licenciements et les pertes de revenus ont des effets dévastateurs sur les familles de travailleurs. La pandémie a été une étincelle allumée juste devant la poudrière constituée d’un lourd endettement, de réglementations inadéquates des marchés financier et du travail, d’inégalités croissantes et de politiques d’austérité qui depuis des années minent la santé publique, la protection sociale et la capacité des États à respecter leurs obligations en matière de droits humains.

Il est du reste encourageant de constater que de part et d’autre du monde, les dirigeants des Etats et les populations s’accordent sur la nécessité de reconsidérer les paradigmes des politiques économiques en cours. 

 

Les multiples appels à la solidarité internationale articulés au plaidoyer intense sur l’annulation de la dette, mettent en évidence le besoin impérieux de mobilisation de ressources financières nécessaires pour répondre aux besoins cruciaux des populations. Les institutions financières internationales doivent se joindre aux gouvernements et exécuter une relance coordonnée et soutenue, susceptible de constituer la plateforme de lancement d’un multilatéralisme réformé qui donnerait la priorité à la population active, à la prospérité partagée et à l’économie réelle.

 

Membre de la Confédération syndicale internationale (CSI), la CNTS adhère à cette chaîne de solidarité et contribuera auprès des pouvoirs publics à créer les conditions de son ancrage et son extension au grand bonheur des forces sociales qui, en dépit de l’impact de la pandémie sur leurs conditions de travail et de vie, n’en demeurent pas moins résolus à relever les challenges de la production et de la compétitivité.

 

La CNTS saisit parfaitement la portée de l’appel lancé par la Président de la République du Sénégal. L’annulation de la dette revêt un caractère stratégique et vital pour nos Etats qui ont engagé quasiment toutes leurs ressources dans la guerre mondiale contre la pandémie du coronavirus. Notre Centrale Syndicale estime qu’au-delà des conséquences négatives de certaines politiques inadéquates qui ont limité l’essor du continent, les retombées de l’annulation de la dette doivent être perçues comme un apport indispensable dans la perspective du redressement économique dont l’urgence est dessinée par l’impact lourd de la pandémie du coronavirus.

 

En encourageant les bailleurs de fonds et la communauté internationale à soutenir l’impulsion d’un nouvel élan pour le processus de développement économique et social, nous entendons agir pour que les politiques publiques soient conçues et mises en œuvre dans l’optique des facteurs qui correspondent à la promotion de la condition humaine. Il en va de notre crédibilité et de notre loyauté vis-à-vis des travailleuses et travailleurs, en particulier et de l’ensemble des populations en général.

 

En effet, la dette des pays du tiers-monde a atteint des niveaux insoupçonnés, au point que les clauses de paiement, intérêt et capital, obèrent sensiblement les ressources budgétaires supposées servir principalement au financement du développement. D’où l’inversion des flux financiers ; les pays pauvres envoyant plus d’argent vers les pays développés. 

 

Ce paradoxe met en évidence le poids excessif de la dette sur les politiques économiques et sociales, remettant ainsi en cause la croissance et le bien-être des forces sociales sans lesquelles aucune richesse ne serait constituée. Au fur et à mesure que la dette et ses services s’amplifient, la misère des peuples du tiers-monde s’aggrave.

Toutefois, nous n’inscrivons pas notre adhésion dans le mémorandum d’une requête sans contrepartie, car nous n’entendons pas cautionner une certaine forme de gouvernance qui tend à négliger les secteurs sociaux dans l’utilisation des ressources engrangées.

 

Les dividendes qui résulteront d’une annulation de la dette devront être consacrées principalement à la santé, à l’éducation et aux investissements structurants susceptibles de booster la création d’emplois décents, diversifier et valoriser la production dans d’autres secteurs dont la croissance impacte tangiblement sur les conditions et le niveau de vie des populations. 

 

La vision politique des gouvernants dans la perspective de l’après pandémie, doit se traduire par la construction de plus d’hôpitaux et services connexes, d’établissements de formation professionnelle et technique et par une forte dotation pour un appui institutionnel et académique conséquent, afin d’élever la recherche scientifique et mettre ses résultats au service du développement. 

 

La pandémie a davantage mis en évidence les insuffisances de nos Etats dans les secteurs précités. Cependant, nous pouvons dire qu’il y a un indice de satisfaction et de confiance à travers la qualification et l’engagement des ressources humaines, particulièrement dans le secteur de la santé.

 

Nous plaidons qu’avec les retombées de l’annulation de la dette que notre pays et l’Afrique s’inscrivent désormais dans la voie d’un développement économique et social durable et inclusif capable de fournir à leurs populations des emplois de qualité, la protection sociale, l’accès équitables aux services publics, l’égalité entre hommes et femmes et la prise en charge des groupes vulnérables.

 

C’est dans cette perspective que la CNTS 

inscrit son combat de tous les jours.

 

Fait à Dakar, le 11 Mai 2020

 

LA CNTS



Lundi 18 Mai 2020 - 09:03





Actualité en Afrique : environnement, énergies renouvelables, climat


Setal People - 25/09/2020 - 0 Commentaire

Coronavirus au Brésil: Rio de Janeiro annule son célèbre carnaval

Mali : Marche pour la libération de Sidiki Diabaté.

23/09/2020 - 0 Commentaire

Alicia Keys: “J'étais censée finir prostituée ou droguée”

22/09/2020 - 0 Commentaire

Fatala : Le président Macky Sall porte un lionceau sur ses épaules.

20/09/2020 - 0 Commentaire

La vraie raison cachée derrière la fin de ”l’incroyable famille Kardashian”

20/09/2020 - 0 Commentaire








Google+


Partager ce site




11/04/2017 08:33

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement
Abdallah Boureima est le nouveau président de la commission de l'UEMOA. Le Nigérien a été désigné, ce matin, en Côte d'Ivoire, par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA, réunis en session extraordinaire.
 
Mais selon une note de la Présidence, c’est le Président de la République Macky Sall qui « dans un esprit de solidarité et de fraternité et dans le souci de permettre la poursuite du bon fonctionnement de l’Union » qui a répondu favorablement à la sollicitation de ses pairs pour l’attribution jusqu’en 2021, de la Présidence de la Commission de l’UEMOA au Niger, soit pour un mandat unique.
 
La Conférence a décidé aussi, selon la même source, qu’à la fin du mandat du Niger, en 2021, le Sénégal reprendra de manière définitive la Présidence de la Commission de l’UEMOA.
 
D’autre part, lit-on sur la note, dans le sens de rééquilibrer la répartition des postes, la Conférence a attribué, avec effet immédiat, « le poste de la présidence du Conseil Régional de l’Epargne publique et des Marchés Financiers au Sénégal. En plus, en octobre 2018, le Sénégal occupera le poste de Vice-Gouverneur de la BCEAO pour un mandat unique ».
 
Pour finir, poursuit la source, la Conférence a enfin salué l’esprit d’ouverture du Président Macky SALL et son leadership dans la sous-région.
02/09/2014 08:06

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants
Quelques membres de la douane Sénégalaise ont été formés la semaine dernière, sur la convention relative aux polluants organiques persistants (Pop) et autre textes sur les produits chimiques. L’intérêt selon Aïta Sarr Seck, chef de la Division prévention et contrôle des pollutions et nuisances à la Direction de l’environnement et des établissements classés, et de restreindre puis éliminer totalement la production, l’utilisation, l’écoulement et le stockage des Pop. 
«Le Sénégal a ratifié la convention de Stockholm depuis 2003, mais il y a d’autres polluants organiques inscrits sur l’ancienne liste et c'est pour cela qu’il est nécessaire de former les agents des douanes sur ces polluants qui sont néfastes pour l’environnement et les êtres humains ». 
Habib Ampa Dieng, chef du bureau du recrutement à la division de la formation, a expliqué qu’il s’agissait lors de cette formation, de sensibiliser sur la convention relative aux polluants, de présenter la convention, ses aspects juridiques les engagements des Etats et plus particulièrement les agents des douanes. Ceci dans le souci que « les agents des douanes sachent reconnaître les polluants lorsqu’ils se présentent à nos frontières et qu’ils aient les bonnes attitudes pour le respect des engagements du Sénégal à l’égard de cette convention internationale » dira t-il. 
Aïta Sarr Seck a signalé que les POP « sont particulièrement préoccupants, en raison de leur persistance et leur grande capacité à se déplacer sur de longues distances...
22/08/2013 23:39

Une Grande Société de la Place recrute : Le Directeur Projets, Formulation, Qualite, Hygiene et Securite Alimentaire

 
                                MISSIONS ET PRINCIPALES RESPONSABILITES
 
Missions :
Construire un projet d’avenir pour le pôle alimentaire. Donner la direction et la maintenir dans les rubriques suivantes :
Conception de nouveau produit
Formulation et biochimie
Qualité
Sécurité alimentaire
Production de produits alimentaires

 
  • Elaborer les stratégies liées à la formulation, création, développement, analyses et caractérisation de produits, ainsi que sur les procédés de production et de conservation des aliments. 
  • Effectuer différentes analyses microbiologiques et biochimiques des composants des produits afin de t’assurer de leur qualité. 
  • Contrôler et de superviser la qualité des aliments transformés ou fabriqués afin qu’ils répondent aux normes gouvernementales et aux politiques de l’entreprise en matière de qualité.
  • Faire appliquer les règlements et les politiques en matière d’hygiène et de salubrité au sein de l’usine et d’en implanter de nouvelles afin de maximiser le processus de qualité des produits.
  • Mettre les processus en conformité à la législation, la réglementation, la toxicité, l'innocuité, et propose des orientations pour utiliser ces avantages pour la stratégie marketing. 
 
Responsabilités :
 
Le Directeur Projets, Formulation, Qualité, Hygiène et Sécurité alimentaire est responsable des points listés ci-après :
 
  • Construire des recettes en fonction des besoins des clients
  • Etude de nouveaux produits, la définition des gammes et de leur évolution, notamment lors des changements importants de composition des formules
  • Contrôle microbiologique des matières premières et produits fabriqués
  • Contrôle qualité sur toute la chaîne de production
  • Construire le plan de nettoyage et désinfection
  • Construire le plan de traçabilité des lots de production
  • Mettre en place un protocole de rappel des produits et de gestion de crise
  • Mettre en place un plan pour la gestion des allergies potentielles
  • Mettre en place un plan de prévention des risques phytosanitaires
  • Mettre en place la démarche HACCP
  • Assurer une veille législative
  • Participer au processus de gestion des réclamations clients
  • Mettre en place protocole de détermination des DLC et DLUO
  • Mettre en place dispositifs et protocoles pour garder les échantillons de produits
  • Mettre en place méthodologie d’analyse sensorielle et tests organoleptiques
  • Mettre en place les procédures de contrôle qualité et s’assurer de leur application
  • S’assurer de la calibration des instruments de mesure-
  • Plan en place un plan d’audit interne processus
  • Participer aux Comités de Pilotage du pôle alimentaire
  • Entretenir des relations régulières avec les partenaires du pôle alimenatire et organismes de recherches extérieures
  • Travailler en étroite collaboration avec la direction commerciale et développement ainsi que le(s) chef(s) produits
  • Travailler en étroite collaboration avec le responsable de la fabrication afin de prendre en compte, dans sa formulation, les contraintes technologiques propre à l’usine.
  • Communiquer en continu avec le responsable des achats
 
Compétences Requises :
Technologie alimentaire, biologie appliquée a la nutrition et alimentation
Technologie des emballages et emballeuses
Gestion des usines alimentaires et performance industrielle
Gestion des processus
Hygiène
Gestion des assets
Innovation et propriété intellectuelle
Gestion des coûts de production
 
Niveau formation
- Ingénieur Bac+4/5 Food processing – Quality - biochimie
- Expérience Professionnelle : 10 ans
 
Langues
- Français : Courant
- Anglais : Courant
 
Veuillez envoyer par E-mail votre dossier de candidature : CV + lettre de motivation en mentionnant le titre du poste à l’objet du courriel à recruteonesn@gmail.com
 
Bamba Toure
28/07/2013 00:40

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute
TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

 

Bamba Toure
13/06/2013 09:14

Une Grande Société de la Place recrute

Une Grande Société de la Place recrute
Bamba Toure
18/05/2013 01:13

COMMUNIQUE DE PRESSE ARTP

L’ARTP ACCOMPAGNE LE PELERINAGE DE POPENGUINE POUR ASSURER UNE BONNE QUALITE DE SERVICE DE TELECOMMUNICATIONS
 
L’ARTP met à la disposition du public :
 
1. Un Numéro Vert : le 800 200 200 
 
Ce numéro vert est destiné aux utilisateurs des services de la téléphonie mobile et Internet  présents à Popenguine durant le Pèlerinage  2013, pour leur permettre de saisir l’ARTP, en cas de dysfonctionnements ou de perturbations sur les réseaux des opérateurs Orange, Tigo ou Expresso.

Vous pourrez appeler gratuitement au 800 200 200 si vous êtes confrontés aux problèmes suivants :
  • difficultés à émettre ou recevoir des appels ;
  • difficultés à envoyer ou recevoir des SMS ;; 
  • difficultés d’accès à Internet à partir de votre téléphone portable ou clé Internet ;
  • coupures de communications ;
  • ou tout autre dysfonctionnement ou perturbation constaté sur les réseaux de téléphonie mobile.
Pour toute autre réclamation (aspects commerciaux, carte de recharge, facturation, restriction d’appel, etc.), veuillez contacter le service client de votre opérateur.  
 
Le numéro 800 200 200 sera opérationnel  du  samedi 18 mai 2013 à partir de 00h au lundi 20 mai 2013 2013 à 23h59mns.
 
2. Une équipe technique de l’ARTP sera également présente en permanence à Popenguine:

Pour s’assurer de la qualité des services offerts par Orange, Tigo et Expresso, l’équipe de l’ARTP effectuera régulièrement des tests qualitatifs à Popenguine et ses environs et sera en contact permanent avec les opérateurs pour veiller à ce qu’ils apportent des solutions adaptées si des perturbations sont constatées. 
 
L’ARTP souhaite un bon pèlerinage marial à la communauté catholique.
 
Abou Lo, Directeur général 
 
Bamba Toure
10/04/2013 22:32

VIP NEWS N°4

VIP NEWS N°4
VIP NEWS N°4
Bamba Toure
25/03/2013 22:48

Communiqué Rewmi

Communiqué Rewmi
Bamba Toure
14/03/2013 23:00

Office National de Formation Professionnelle

Office National de Formation Professionnelle
Bamba Toure
11/03/2013 12:04

RECRUTEMENT ASSISTANT IMMOBILIER

FICHE DE POSTE
 
MISSION

Il aura pour mission d’assister les cadres dirigeants et les consultants du groupe en charge du développement ou de la gestion de projets immobiliers.
Son rôle sera, entre autre de :
  • Organiser, à la demande des chefs de projets, les réunions de travail et de décisions nécessaires à l’avancement des projets, tant en interne au groupe qu’avec des participants extérieurs,
  • Contrôler la bonne exécution des plannings et assurer les relances nécessaires,
  • Veiller à la bonne circulation de l’information,
  • Représenter le groupe à toute réunion organisée par un prestataire extérieur ou sa présence serait souhaitée. Rendre compte de ces réunions,
  • Procéder, à la demande des chefs de projets, à la recherche d’information de toute nature.
 
Il aura également en charge d’entreprendre et de faire aboutir  l’ensemble des démarches administratives et juridiques nécessaires à l’avancement des projets : baux, dossiers d’autorisation de construire, constitution de SCI, relations avec les services fiscaux…
 
Il assurera  enfin la liaison entre le groupe et les notaires et avocats susceptibles d’intervenir sur les projets. 
 
FORMATION/EXPERIENCE
 
De formation juridico /économique, il aura 4 à 5 ans d’expérience professionnelle.
Cette expérience lui aura permis d’acquérir une bonne connaissance du secteur immobilier sénégalais : promoteurs, architectes et bureaux d’études, commercialisateurs,  entreprises de bâtiment, administrations …
 
Le poste est basé à Dakar mais demande une grande disponibilité.
 
Après une période d’activité probante, une évolution de carrière vers des responsabilités accrues pourra être envisagée.
 
Envoyez votre CV : recruteonesn@gmail.com
 
 
Bamba Toure