La France manque de respect aux Sénégalais, même chez eux!


La France manque de respect aux Sénégalais, même chez eux!
Au Sénégal,  une demande de visa au consulat de France, même déposée en bonne et due forme, peut durer plus de deux mois, sans aucune explication. Et les demandeurs de visa de ces temps derniers ne me contrediront pas. Pour les Sénégalais, c’est la croix et la bannière d’obtenir un visa dans un délai normal raisonnable, aujourd’hui. Et, ce, au vu et au su  des autorités sénégalaises qui, comme des carpes, observent et laissent faire le Consulat de France et le centre de visas pour la France de VFS Global à Dakar, comme bon leur semble. 
En vérité, l’attitude, des autorités françaises, n’est rien d’autre que la preuve manifeste leur manque total de considération à l’égard des autorités sénégalaises, qu’elles prennent, au fond, comme leurs simples subordonnés. Et, cette attitude inconcevable de la France traduit, en fait, que les anciens rapports, entre la France coloniale et le Sénégal colonisé n’ont, nullement, changé sinon, que peu. Malgré, cependant, l’indépendance du Sénégal et sa souveraineté nationale supposée, depuis de 58 ans. C’est bien, ce comportement indigne et peu patriotique de notre pays qui permet à la France de continuer d’agir comme par le passé avec le Sénégal. Oui, parce que le Sénégal accepte, encore de se soumettre et totalement aux désirs de la France, mêmes les plus extravagants et inacceptables, sans broncher ou d’exiger, tout au moins, le respect réciproque. Et, cet état de fait ressemble, fort bien, au rapport entre le cavalier et son cheval.
Présentement, et à l’état actuel des choses, la France bénéficie de tous les privilèges souhaités au Sénégal, sans aucune contrepartie équivalente, pour notre pays. Et la preuve, le Sénégal a accordé à la France des facilités exorbitantes dans tous les domaines, tant, au plan commercial, industriel, que touristique. C’est ainsi, d’ailleurs, que l’entrée et la circulation de ses ressortissants est sans visa. Et, le tout, au détriment du Sénégal, parce que quasiment, en  échange de rien de significatif. Bien au contraire, c’est une restriction, quasi-totale, synonyme de discrimination que l’on oppose aux Sénégalais désireux d’entrer dans le territoire français avec plus de facilité. Cette attitude hostile, de l’État français à l’encontre des Sénégalais, est une insulte que la France jette à la figure de nos, si dociles dirigeants. Ce traitement dégradant des Français à notre égard est tout le contraire, des faveurs que les autres ex-puissances coloniales accordent en matière de visa, aux ressortissants de leurs ex-colonies. Mais, dans le cas d’espèce, il faut bien admettre que la faute incombe, entièrement, aux autorités sénégalaises qui acceptent de satisfaire, docilement, comme un État colonisé, toutes les sollicitations faites par la France, sans oser lui exiger une contrepartie, équivalente. Et, voilà pourquoi, la France nous traite comme un département et non d’égal à égal et des rapports basés sur le principe de la réciprocité. Comme le dit un adage de chez nous : « Le cordonnier exécute votre commande en fonction de votre personnalité et tenue, en face de lui » ou autrement dit : « qui se fait brebis, le loup le mange » 
Et, le cas de suicide du jeune Sénégalais, au tribunal de Boulogne Billancourt, en France, que les autoritaires françaises voulaient rapatrier de force, entre dans le cadre du traitement dégradant et manque de respect, souligné plus haut, dont les Africains sont l’objet chez eux comme en France. Ce drame est, de la responsabilité des autorités françaises aussi bien que de celles sénégalaises. Car, ce jeune homme n’était ni un terroriste ni un homme violent, mais simplement, quelqu’un qui est entré, irrégulièrement, en France et ne voulait plus, sans doute, retourner dans son pays pour y retrouver les mêmes conditions de vie exécrable. En effet, ce jeune homme qui se disait, plutôt la mort que le retour à mon pays, est, certainement, seul à connaître la raison exacte, du pourquoi. Et ce drame doit marquer, profondément et de façon indélébile, la conscience des autorités françaises, organisations des droits de l’homme ainsi que celle du juge qui l’a condamné, sans état d’âme et sans se préoccuper non plus de la réalité que vivait ce garçon dans son pays. Mais, devrait-on, obliger malgré tout, aveuglément ou tel un automate, en fermant les yeux sur les motivations qui ont conduit ce garçon, à mettre, plutôt, fin à ses jours que de retourner dans son pays d’origine ?
Ce drame, profondément regrettable, montre à suffisance que l’État français est, bien, amnésique. Car, il oublie, totalement, que les grands parents, tirailleurs sénégalais, de ce jeune homme, ont donné, lors des deux guerres mondiales, leurs vies pour libérer la France des griffes de l’Allemagne nazie. Ce souvenir, pourtant, doit être impérissable dans la mémoire historique de l’État français quels que puissent être ses dirigeants d’aujourd’hui comme de demain. Oui, le sang des Africains, à savoir celui dont les petits fils sont, aujourd’hui, indésirables et considérés comme des pestiférés sur le sol français, a, pourtant, coulé sur ce même sol hier, pour défendre et sauver la France d’une occupation de l’Allemagne nazie.
Ce traitement irrespect à l’endroit des demandeurs de visa qui, pourtant, ont même  payé d’avance et chèrement, un service hypothétique, parce que celui-ci n’étant, nullement, assuré d’être exécuté dans les règles. Alors, signalons que pour obtenir ce fameux visa, au-delà même, du chemin de croix à faire, il faudra aussi payer obligatoirement, le coût très onéreux qui se situe presque à cent mille francs (100000fcfa) un court séjour ; avec une forte éventualité de les perdre, car, il n’est prévu aucun remboursement, en cas de refus. En plus de tout cela l’on est soumis aussi à un délai d’attente, indéterminé, qui pourrait atteindre  plus de deux mois avant de recevoir la réponse exacte de la demande. Incontestablement, ce traitement est plus qu’absurde et ne traduit que le manque de respect notoire du consulat de France à l’égard du Sénégal et des demandeurs de visa. Mais, le Consulat sait, mieux que quiconque, que toute demande correspond effectivement, à un besoin réel et précis dans le temps, que l’invitation justifie, expressément. A y regarder de près et au regard du comportement et de la durée de traitement des dossiers, tous les documents, exigés, auparavant, par le Consulat à cet effet, n’ont servi à rien, dans la mesure où, ils n’entrent, pratiquement pas, en ligne de compte dans l’examen de la demande. En vérité donc, rien, absolument, rien ne peut justifier ce délai, aussi exagérément long, pour un simple examen de dossier de demande de visa. Surtout, si l’on se référait au passé récent, il y a juste 7 ans. A cette époque, lorsque qu’une demande de visa était déposée le matin, sa réponse s’obtenait le soir de la même journée. Mais, dès lors, comment, le Consulat peut-il expliquer et justifier cette extraordinaire contreperformance qui passe du délai d’un jour à près de trois mois? Surtout, que le Consulat bénéficie, en plus, maintenant de l’appui d’un service extérieur d’assistance. Une assistance qui, logiquement, supposerait faire un travail prérequis pour déblayer le volume important des demandes, allégeant ainsi la charge de travail aux fins d’accélérer le traitement et la délivrance des visas, dans les plus brefs délais. Mais hélas ! C’est, malheureusement, totalement l’inverse, parce que la situation s’est, plutôt, empirée. Alors que la technologie, essentiellement, le numérique a fait, entre temps, d’immenses progrès scientifiques dans le domaine précis de la biométrie, permettant de réduire considérablement en un temps record, le travail relatif au contrôle d’identité des personnes.
Cette question de visa s’adresse à la France afin qu’elle révise son comportement et manque de respect qu’elle inflige aux demandeurs de visa, à travers son traitement inacceptable. Certes, elle est libre et souveraine d’accorder ou de refuser le visa aux demandeurs, mais n’a pas le droit, surtout pour un service payant, de garder les dossiers, prétendument, pour traitement, plus d’une semaine, au plus. La question s’adresse aussi au Sénégal et globalement à tous les États ex-colonies françaises pour qu’ils aient enfin une attitude plus digne devant la France. Ensuite, au nom de leur souveraineté proclamée, qu’ils fassent, au moins, prévaloir le principe universel de la réciprocité dans les rapports, en tout genre, entre États, car, il est plus que temps, maintenant, que les États ex-colonies françaises se départissent de leur complexe de colonisé qui subsiste encore en eux, envers la France.
Le 26/11/2018
Mandiaye Gaye


Mardi 27 Novembre 2018 - 06:11





Actualité en Afrique : environnement, énergies renouvelables, climat


Setal People - 14/12/2019 - 0 Commentaire

PHOTOS - Sadio Mané se déguise en père Noël dans un hôpital pour enfants …

Koffi Olomidé réagit sur le scandale sexuel impliquant sa ”fille”

13/12/2019 - 0 Commentaire

[Photos] Ebene Diop s'affiche après une chirurgie esthetique au niveau des seins

11/12/2019 - 0 Commentaire

MERCATO MÉDIATIQUE YOU vs EL HADJI NDIAYE: Ya Awa vers TFM, Ndeye Ndack vers 2STV?

06/12/2019 - 0 Commentaire

Les détails des votes du Ballon d’Or : Mané devance largement Salah et Marhez, relégués respectivement à 169 et 314 points

04/12/2019 - 0 Commentaire








Google+


Partager ce site




11/04/2017 08:33

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement
Abdallah Boureima est le nouveau président de la commission de l'UEMOA. Le Nigérien a été désigné, ce matin, en Côte d'Ivoire, par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA, réunis en session extraordinaire.
 
Mais selon une note de la Présidence, c’est le Président de la République Macky Sall qui « dans un esprit de solidarité et de fraternité et dans le souci de permettre la poursuite du bon fonctionnement de l’Union » qui a répondu favorablement à la sollicitation de ses pairs pour l’attribution jusqu’en 2021, de la Présidence de la Commission de l’UEMOA au Niger, soit pour un mandat unique.
 
La Conférence a décidé aussi, selon la même source, qu’à la fin du mandat du Niger, en 2021, le Sénégal reprendra de manière définitive la Présidence de la Commission de l’UEMOA.
 
D’autre part, lit-on sur la note, dans le sens de rééquilibrer la répartition des postes, la Conférence a attribué, avec effet immédiat, « le poste de la présidence du Conseil Régional de l’Epargne publique et des Marchés Financiers au Sénégal. En plus, en octobre 2018, le Sénégal occupera le poste de Vice-Gouverneur de la BCEAO pour un mandat unique ».
 
Pour finir, poursuit la source, la Conférence a enfin salué l’esprit d’ouverture du Président Macky SALL et son leadership dans la sous-région.
02/09/2014 08:06

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants
Quelques membres de la douane Sénégalaise ont été formés la semaine dernière, sur la convention relative aux polluants organiques persistants (Pop) et autre textes sur les produits chimiques. L’intérêt selon Aïta Sarr Seck, chef de la Division prévention et contrôle des pollutions et nuisances à la Direction de l’environnement et des établissements classés, et de restreindre puis éliminer totalement la production, l’utilisation, l’écoulement et le stockage des Pop. 
«Le Sénégal a ratifié la convention de Stockholm depuis 2003, mais il y a d’autres polluants organiques inscrits sur l’ancienne liste et c'est pour cela qu’il est nécessaire de former les agents des douanes sur ces polluants qui sont néfastes pour l’environnement et les êtres humains ». 
Habib Ampa Dieng, chef du bureau du recrutement à la division de la formation, a expliqué qu’il s’agissait lors de cette formation, de sensibiliser sur la convention relative aux polluants, de présenter la convention, ses aspects juridiques les engagements des Etats et plus particulièrement les agents des douanes. Ceci dans le souci que « les agents des douanes sachent reconnaître les polluants lorsqu’ils se présentent à nos frontières et qu’ils aient les bonnes attitudes pour le respect des engagements du Sénégal à l’égard de cette convention internationale » dira t-il. 
Aïta Sarr Seck a signalé que les POP « sont particulièrement préoccupants, en raison de leur persistance et leur grande capacité à se déplacer sur de longues distances...
22/08/2013 23:39

Une Grande Société de la Place recrute : Le Directeur Projets, Formulation, Qualite, Hygiene et Securite Alimentaire

 
                                MISSIONS ET PRINCIPALES RESPONSABILITES
 
Missions :
Construire un projet d’avenir pour le pôle alimentaire. Donner la direction et la maintenir dans les rubriques suivantes :
Conception de nouveau produit
Formulation et biochimie
Qualité
Sécurité alimentaire
Production de produits alimentaires

 
  • Elaborer les stratégies liées à la formulation, création, développement, analyses et caractérisation de produits, ainsi que sur les procédés de production et de conservation des aliments. 
  • Effectuer différentes analyses microbiologiques et biochimiques des composants des produits afin de t’assurer de leur qualité. 
  • Contrôler et de superviser la qualité des aliments transformés ou fabriqués afin qu’ils répondent aux normes gouvernementales et aux politiques de l’entreprise en matière de qualité.
  • Faire appliquer les règlements et les politiques en matière d’hygiène et de salubrité au sein de l’usine et d’en implanter de nouvelles afin de maximiser le processus de qualité des produits.
  • Mettre les processus en conformité à la législation, la réglementation, la toxicité, l'innocuité, et propose des orientations pour utiliser ces avantages pour la stratégie marketing. 
 
Responsabilités :
 
Le Directeur Projets, Formulation, Qualité, Hygiène et Sécurité alimentaire est responsable des points listés ci-après :
 
  • Construire des recettes en fonction des besoins des clients
  • Etude de nouveaux produits, la définition des gammes et de leur évolution, notamment lors des changements importants de composition des formules
  • Contrôle microbiologique des matières premières et produits fabriqués
  • Contrôle qualité sur toute la chaîne de production
  • Construire le plan de nettoyage et désinfection
  • Construire le plan de traçabilité des lots de production
  • Mettre en place un protocole de rappel des produits et de gestion de crise
  • Mettre en place un plan pour la gestion des allergies potentielles
  • Mettre en place un plan de prévention des risques phytosanitaires
  • Mettre en place la démarche HACCP
  • Assurer une veille législative
  • Participer au processus de gestion des réclamations clients
  • Mettre en place protocole de détermination des DLC et DLUO
  • Mettre en place dispositifs et protocoles pour garder les échantillons de produits
  • Mettre en place méthodologie d’analyse sensorielle et tests organoleptiques
  • Mettre en place les procédures de contrôle qualité et s’assurer de leur application
  • S’assurer de la calibration des instruments de mesure-
  • Plan en place un plan d’audit interne processus
  • Participer aux Comités de Pilotage du pôle alimentaire
  • Entretenir des relations régulières avec les partenaires du pôle alimenatire et organismes de recherches extérieures
  • Travailler en étroite collaboration avec la direction commerciale et développement ainsi que le(s) chef(s) produits
  • Travailler en étroite collaboration avec le responsable de la fabrication afin de prendre en compte, dans sa formulation, les contraintes technologiques propre à l’usine.
  • Communiquer en continu avec le responsable des achats
 
Compétences Requises :
Technologie alimentaire, biologie appliquée a la nutrition et alimentation
Technologie des emballages et emballeuses
Gestion des usines alimentaires et performance industrielle
Gestion des processus
Hygiène
Gestion des assets
Innovation et propriété intellectuelle
Gestion des coûts de production
 
Niveau formation
- Ingénieur Bac+4/5 Food processing – Quality - biochimie
- Expérience Professionnelle : 10 ans
 
Langues
- Français : Courant
- Anglais : Courant
 
Veuillez envoyer par E-mail votre dossier de candidature : CV + lettre de motivation en mentionnant le titre du poste à l’objet du courriel à recruteonesn@gmail.com
 
Bamba Toure
28/07/2013 00:40

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute
TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

 

Bamba Toure
13/06/2013 09:14

Une Grande Société de la Place recrute

Une Grande Société de la Place recrute
Bamba Toure
18/05/2013 01:13

COMMUNIQUE DE PRESSE ARTP

L’ARTP ACCOMPAGNE LE PELERINAGE DE POPENGUINE POUR ASSURER UNE BONNE QUALITE DE SERVICE DE TELECOMMUNICATIONS
 
L’ARTP met à la disposition du public :
 
1. Un Numéro Vert : le 800 200 200 
 
Ce numéro vert est destiné aux utilisateurs des services de la téléphonie mobile et Internet  présents à Popenguine durant le Pèlerinage  2013, pour leur permettre de saisir l’ARTP, en cas de dysfonctionnements ou de perturbations sur les réseaux des opérateurs Orange, Tigo ou Expresso.

Vous pourrez appeler gratuitement au 800 200 200 si vous êtes confrontés aux problèmes suivants :
  • difficultés à émettre ou recevoir des appels ;
  • difficultés à envoyer ou recevoir des SMS ;; 
  • difficultés d’accès à Internet à partir de votre téléphone portable ou clé Internet ;
  • coupures de communications ;
  • ou tout autre dysfonctionnement ou perturbation constaté sur les réseaux de téléphonie mobile.
Pour toute autre réclamation (aspects commerciaux, carte de recharge, facturation, restriction d’appel, etc.), veuillez contacter le service client de votre opérateur.  
 
Le numéro 800 200 200 sera opérationnel  du  samedi 18 mai 2013 à partir de 00h au lundi 20 mai 2013 2013 à 23h59mns.
 
2. Une équipe technique de l’ARTP sera également présente en permanence à Popenguine:

Pour s’assurer de la qualité des services offerts par Orange, Tigo et Expresso, l’équipe de l’ARTP effectuera régulièrement des tests qualitatifs à Popenguine et ses environs et sera en contact permanent avec les opérateurs pour veiller à ce qu’ils apportent des solutions adaptées si des perturbations sont constatées. 
 
L’ARTP souhaite un bon pèlerinage marial à la communauté catholique.
 
Abou Lo, Directeur général 
 
Bamba Toure
10/04/2013 22:32

VIP NEWS N°4

VIP NEWS N°4
VIP NEWS N°4
Bamba Toure
25/03/2013 22:48

Communiqué Rewmi

Communiqué Rewmi
Bamba Toure
14/03/2013 23:00

Office National de Formation Professionnelle

Office National de Formation Professionnelle
Bamba Toure
11/03/2013 12:04

RECRUTEMENT ASSISTANT IMMOBILIER

FICHE DE POSTE
 
MISSION

Il aura pour mission d’assister les cadres dirigeants et les consultants du groupe en charge du développement ou de la gestion de projets immobiliers.
Son rôle sera, entre autre de :
  • Organiser, à la demande des chefs de projets, les réunions de travail et de décisions nécessaires à l’avancement des projets, tant en interne au groupe qu’avec des participants extérieurs,
  • Contrôler la bonne exécution des plannings et assurer les relances nécessaires,
  • Veiller à la bonne circulation de l’information,
  • Représenter le groupe à toute réunion organisée par un prestataire extérieur ou sa présence serait souhaitée. Rendre compte de ces réunions,
  • Procéder, à la demande des chefs de projets, à la recherche d’information de toute nature.
 
Il aura également en charge d’entreprendre et de faire aboutir  l’ensemble des démarches administratives et juridiques nécessaires à l’avancement des projets : baux, dossiers d’autorisation de construire, constitution de SCI, relations avec les services fiscaux…
 
Il assurera  enfin la liaison entre le groupe et les notaires et avocats susceptibles d’intervenir sur les projets. 
 
FORMATION/EXPERIENCE
 
De formation juridico /économique, il aura 4 à 5 ans d’expérience professionnelle.
Cette expérience lui aura permis d’acquérir une bonne connaissance du secteur immobilier sénégalais : promoteurs, architectes et bureaux d’études, commercialisateurs,  entreprises de bâtiment, administrations …
 
Le poste est basé à Dakar mais demande une grande disponibilité.
 
Après une période d’activité probante, une évolution de carrière vers des responsabilités accrues pourra être envisagée.
 
Envoyez votre CV : recruteonesn@gmail.com
 
 
Bamba Toure