Intriguée par le Mali et la Guinée : La CEDEAO face à une inévitable introspection.


Intriguée par le Mali et la Guinée : La CEDEAO face à une inévitable introspection.

La région ouest africaine est en ébullition. En plus de la crise sécuritaire qui prévaut dans plusieurs pays, d’autres sont traversés par des turbulences politico-institutionnelles. Le Mali et la Guinée Conakry sont les exemples les plus récents.

 

Le 18 août 2020, un groupe de colonels s’empare du pouvoir à Bamako après une série de manifestations du M5-RFP constitué de partis politiques, d’associations religieuses et de la société civile. Suite à ce coup d’État, une transition est installée, mais fera long feu. Le 24 mai 2021, le vice-président, le colonel Assimi Goita destitue le président de la Transition Bah N’daw et son Premier ministre Mactar Ouane. Constatant la vacance du pouvoir, la Cour constitutionnelle reconnaît l’ancien chef des forces spéciales dans le centre du Mali comme le nouvel homme fort du pays. Un nouveau Premier ministre est nommé en la personne de Choguel Maïga, membre influent du mouvement qui a accéléré la chute d’Ibrahim Boubacar Keïta. 

 

Moins de cinq mois après, un voisin goûte au même râtelier. Le 5 septembre, Alpha Condé est renversé par le Groupement des forces spéciales dirigé par le Colonel Mamady Doumbia. L’ancien membre de la légion extérieure annonce la création d’un « Comité national pour le rassemblement et le développement ».

 

Ces coups d’État ont pris de court la Communauté économique des États 

de l’Afrique de l’Ouest. L’institution sous-régionale qui regroupe 15 pays a, à chaque fois tenté de sauver les meubles en tentant d’imposer des sanctions contre les pays où ces accessions anticonstitutionnelles au pouvoir ont été enregistrées. Au Mali, les mesures de la CEDEAO ont évolué dans le temps. Après le coup d’État du 18 août, des décisions sévères avaient été prises à l’image des sanctions économiques qui ont pesé dans la mise d’une transition. La même intransigeance n’a pas été constatée après le second coup de force du Colonel Goita. En lieu et place de sanctions conséquentes, la CEDEAO s’est limitée à suspendre le Mali de ses instances. Mais le coup d’État survenu en Guinée Conakry semble avoir inspiré une nouvelle stratégie.

 

Au sortir du sommet extraordinaire tenu le 16 septembre dernier à Accra, la conférence des chefs d’État et de gouvernement a décidé du maintien de la suspension de la Guinée de toutes ses instances jusqu’à la restauration de l’ordre constitutionnel. Les dirigeants ouest-africains ont également donné un délai de six mois aux autorités actuelles pour organiser des élections présidentielles et législatives pour la restitution de l’ordre constitutionnel en Guinée. 

 

Pour corser la dose, les chefs d'État décident de la mise en œuvre de sanctions ciblées impliquant l’interdiction de voyage des membres du CNRD ainsi que leurs membres de leur famille et le gel de leurs avoirs financiers. Lors du même sommet, la transition malienne est passée en revue et il a été demandé à Bamako « le respect strict du calendrier de la transition devant conduire des élections dans le délai non négociable de février 2022 ». 

 

Dans le même temps, les autorités de la transition sont invitées « à soumettre au plus tard à la fin du mois d’octobre le chronogramme devant conduire aux étapes essentielles pour les élections de février 2022. » 

 

Se voulant persuasifs, les chefs d’État n’excluent pas d’appliquer des sanctions ciblées contre « ceux dont les actions impactent négativement sur le calendrier de la transition tel qu’arrêté par les chefs d’État. » Des sanctions qui incluraient l’interdiction de voyage pour ces personnes et leur famille et le gel de leurs avoirs financiers. Il ne fait aucun doute qu’à travers ces décisions, la CEDEAO tente de reprendre le contrôle de la situation. Mais n’est-il pas trop tard ? Aussi bien du côté malien que guinéen, les militaires qui sont aux manettes ne donnent l’impression d’être ébranlés. 

 

La CEDEAO a dénoncé « les arrestations continues ainsi que l’incarcération de leaders politiques et anciens dignitaires par les autorités de la transition. » Elle conspue également la volonté du gouvernement de Choguel Maiga d’engager des compagnies de sécurité privées au Mali. Faisant de la lutte contre la corruption une priorité, les autorités transitoires maliennes ne montrent pas des signes de lever le pied sur l’accélérateur. Au sujet des négociations avec la compagnie privée russe Wagner, le Premier ministre évoque la nécessité pour le Mali de voir d’autres horizons à la veille de la réorganisation de l’opération Barkhane.

 

En Guinée, les réponses sont moins teintées de diplomatie. Non seulement la libération d’Alpha Condé exigée par ses anciens collègues n’est pas acceptée. Mais le Colonel Mamady Doumbouya a montré qu’il n’avait pas grand-chose à faire des « décisions » de la CEDEAO. Sur les menaces d’interdiction de voyage et de gel de leurs avoirs financiers brandies par l’organisation, les militaires guinéens ont fait savoir qu’ils n’ont pas de mission hors de leurs pays et qu’ils n’avaient pas de comptes à l’étranger. Au sujet du délai imparti pour l’organisation des élections, la junte s’en remet à la volonté du peuple de Guinée. 

 

« À Conakry, si l’on s’en tient aux réactions des uns, la CEDEAO est plutôt considérée comme une organisation qui défend les chefs d’État et non les peuples. Certains même estiment que c’est un syndicat des chefs d’État de l’Afrique de l’Ouest. Une organisation qui a montré ses limites face aux Chefs d’Etat des pays membres », a constaté un journaliste guinéen qui s’est entretenu avec Dakaractu. Il faut donc dire que jamais l’institution sous régionale n’a été autant défiée, voire décrédibilisée. Qui plus est de l’intérieur. Et si elle devait faire son introspection quant à ses propres règles ? Il est à noter que ces coups de force sont la conséquence d'actes posés par des présidents peu respectueux des principes d'un État de droit. 

 

Les chefs d’État en sont conscients et ont, au titre du « renforcement de la démocratie », réaffirmé que la « consolidation de la démocratie et de la bonne gouvernance est essentielle pour le développement, la paix et la stabilité de la région. » 

 

« En conséquence, la Conférence instruit le Président de la Commission à initier le processus de réexamen du Protocole additionnel sur la démocratie et la bonne gouvernance de 2001 afin de renforcer la démocratie, la paix, et la stabilité dans notre région », rapporte le communiqué final de la rencontre du 16 septembre. Ce protocole qui complète celui du 10 décembre 1999 relatif au mécanisme de prévention, de gestion, de règlement des conflits, de maintien de la paix et de la sécurité, promeut la démocratie et la bonne gouvernance. Et cela apparaît dès le chapitre I sur « les Principes de convergences constitutionnelles ». 

 

L’article 1 consacre la « séparation des pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires », valorise le « renforcement des Parlements et la garantie de l’immunité parlementaire », garantit l' indépendance de la justice ». La section b rappelle que « toute accession au pouvoir doit se faire à travers des élections libres, honnêtes, et transparentes » et alors que le paragraphe suivant interdit « tout changement anticonstitutionnel, de même que tout mode non démocratique d’accession ou de maintien au pouvoir ». 

 

Au chapitre II, les questions liées aux élections sont réglées par l’article 2 qui écarte toute réforme substantielle de la loi électorale dans les six mois précédant les élections, sans le consentement d’une large majorité des acteurs. Il est indiqué au deuxième point que « les élections à tous les niveaux doivent avoir lieu aux dates ou périodes fixées par la constitution ou les lois électorales ». 

 

La lutte contre la pauvreté et la promotion du dialogue social sont prises en compte par ledit protocole. L’article 26 engage les États membres à assurer les besoins de base et services essentiels à leurs populations. Si toutes ces conditions sont remplies, les forces armées n’auront d’autre choix que de s’occuper du rôle qui leur est assigné par le protocole, notamment défendre exclusivement l’indépendance, l’intégrité du territoire de l’État et ses institutions démocratiques ».



Mardi 21 Septembre 2021 - 10:13





Actualité en Afrique : environnement, énergies renouvelables, climat










Google+


Partager ce site




11/04/2017 08:33

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement
Abdallah Boureima est le nouveau président de la commission de l'UEMOA. Le Nigérien a été désigné, ce matin, en Côte d'Ivoire, par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA, réunis en session extraordinaire.
 
Mais selon une note de la Présidence, c’est le Président de la République Macky Sall qui « dans un esprit de solidarité et de fraternité et dans le souci de permettre la poursuite du bon fonctionnement de l’Union » qui a répondu favorablement à la sollicitation de ses pairs pour l’attribution jusqu’en 2021, de la Présidence de la Commission de l’UEMOA au Niger, soit pour un mandat unique.
 
La Conférence a décidé aussi, selon la même source, qu’à la fin du mandat du Niger, en 2021, le Sénégal reprendra de manière définitive la Présidence de la Commission de l’UEMOA.
 
D’autre part, lit-on sur la note, dans le sens de rééquilibrer la répartition des postes, la Conférence a attribué, avec effet immédiat, « le poste de la présidence du Conseil Régional de l’Epargne publique et des Marchés Financiers au Sénégal. En plus, en octobre 2018, le Sénégal occupera le poste de Vice-Gouverneur de la BCEAO pour un mandat unique ».
 
Pour finir, poursuit la source, la Conférence a enfin salué l’esprit d’ouverture du Président Macky SALL et son leadership dans la sous-région.
02/09/2014 08:06

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants
Quelques membres de la douane Sénégalaise ont été formés la semaine dernière, sur la convention relative aux polluants organiques persistants (Pop) et autre textes sur les produits chimiques. L’intérêt selon Aïta Sarr Seck, chef de la Division prévention et contrôle des pollutions et nuisances à la Direction de l’environnement et des établissements classés, et de restreindre puis éliminer totalement la production, l’utilisation, l’écoulement et le stockage des Pop. 
«Le Sénégal a ratifié la convention de Stockholm depuis 2003, mais il y a d’autres polluants organiques inscrits sur l’ancienne liste et c'est pour cela qu’il est nécessaire de former les agents des douanes sur ces polluants qui sont néfastes pour l’environnement et les êtres humains ». 
Habib Ampa Dieng, chef du bureau du recrutement à la division de la formation, a expliqué qu’il s’agissait lors de cette formation, de sensibiliser sur la convention relative aux polluants, de présenter la convention, ses aspects juridiques les engagements des Etats et plus particulièrement les agents des douanes. Ceci dans le souci que « les agents des douanes sachent reconnaître les polluants lorsqu’ils se présentent à nos frontières et qu’ils aient les bonnes attitudes pour le respect des engagements du Sénégal à l’égard de cette convention internationale » dira t-il. 
Aïta Sarr Seck a signalé que les POP « sont particulièrement préoccupants, en raison de leur persistance et leur grande capacité à se déplacer sur de longues distances...
22/08/2013 23:39

Une Grande Société de la Place recrute : Le Directeur Projets, Formulation, Qualite, Hygiene et Securite Alimentaire

 
                                MISSIONS ET PRINCIPALES RESPONSABILITES
 
Missions :
Construire un projet d’avenir pour le pôle alimentaire. Donner la direction et la maintenir dans les rubriques suivantes :
Conception de nouveau produit
Formulation et biochimie
Qualité
Sécurité alimentaire
Production de produits alimentaires

 
  • Elaborer les stratégies liées à la formulation, création, développement, analyses et caractérisation de produits, ainsi que sur les procédés de production et de conservation des aliments. 
  • Effectuer différentes analyses microbiologiques et biochimiques des composants des produits afin de t’assurer de leur qualité. 
  • Contrôler et de superviser la qualité des aliments transformés ou fabriqués afin qu’ils répondent aux normes gouvernementales et aux politiques de l’entreprise en matière de qualité.
  • Faire appliquer les règlements et les politiques en matière d’hygiène et de salubrité au sein de l’usine et d’en implanter de nouvelles afin de maximiser le processus de qualité des produits.
  • Mettre les processus en conformité à la législation, la réglementation, la toxicité, l'innocuité, et propose des orientations pour utiliser ces avantages pour la stratégie marketing. 
 
Responsabilités :
 
Le Directeur Projets, Formulation, Qualité, Hygiène et Sécurité alimentaire est responsable des points listés ci-après :
 
  • Construire des recettes en fonction des besoins des clients
  • Etude de nouveaux produits, la définition des gammes et de leur évolution, notamment lors des changements importants de composition des formules
  • Contrôle microbiologique des matières premières et produits fabriqués
  • Contrôle qualité sur toute la chaîne de production
  • Construire le plan de nettoyage et désinfection
  • Construire le plan de traçabilité des lots de production
  • Mettre en place un protocole de rappel des produits et de gestion de crise
  • Mettre en place un plan pour la gestion des allergies potentielles
  • Mettre en place un plan de prévention des risques phytosanitaires
  • Mettre en place la démarche HACCP
  • Assurer une veille législative
  • Participer au processus de gestion des réclamations clients
  • Mettre en place protocole de détermination des DLC et DLUO
  • Mettre en place dispositifs et protocoles pour garder les échantillons de produits
  • Mettre en place méthodologie d’analyse sensorielle et tests organoleptiques
  • Mettre en place les procédures de contrôle qualité et s’assurer de leur application
  • S’assurer de la calibration des instruments de mesure-
  • Plan en place un plan d’audit interne processus
  • Participer aux Comités de Pilotage du pôle alimentaire
  • Entretenir des relations régulières avec les partenaires du pôle alimenatire et organismes de recherches extérieures
  • Travailler en étroite collaboration avec la direction commerciale et développement ainsi que le(s) chef(s) produits
  • Travailler en étroite collaboration avec le responsable de la fabrication afin de prendre en compte, dans sa formulation, les contraintes technologiques propre à l’usine.
  • Communiquer en continu avec le responsable des achats
 
Compétences Requises :
Technologie alimentaire, biologie appliquée a la nutrition et alimentation
Technologie des emballages et emballeuses
Gestion des usines alimentaires et performance industrielle
Gestion des processus
Hygiène
Gestion des assets
Innovation et propriété intellectuelle
Gestion des coûts de production
 
Niveau formation
- Ingénieur Bac+4/5 Food processing – Quality - biochimie
- Expérience Professionnelle : 10 ans
 
Langues
- Français : Courant
- Anglais : Courant
 
Veuillez envoyer par E-mail votre dossier de candidature : CV + lettre de motivation en mentionnant le titre du poste à l’objet du courriel à recruteonesn@gmail.com
 
Bamba Toure
28/07/2013 00:40

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute
TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

 

Bamba Toure
13/06/2013 09:14

Une Grande Société de la Place recrute

Une Grande Société de la Place recrute
Bamba Toure
18/05/2013 01:13

COMMUNIQUE DE PRESSE ARTP

L’ARTP ACCOMPAGNE LE PELERINAGE DE POPENGUINE POUR ASSURER UNE BONNE QUALITE DE SERVICE DE TELECOMMUNICATIONS
 
L’ARTP met à la disposition du public :
 
1. Un Numéro Vert : le 800 200 200 
 
Ce numéro vert est destiné aux utilisateurs des services de la téléphonie mobile et Internet  présents à Popenguine durant le Pèlerinage  2013, pour leur permettre de saisir l’ARTP, en cas de dysfonctionnements ou de perturbations sur les réseaux des opérateurs Orange, Tigo ou Expresso.

Vous pourrez appeler gratuitement au 800 200 200 si vous êtes confrontés aux problèmes suivants :
  • difficultés à émettre ou recevoir des appels ;
  • difficultés à envoyer ou recevoir des SMS ;; 
  • difficultés d’accès à Internet à partir de votre téléphone portable ou clé Internet ;
  • coupures de communications ;
  • ou tout autre dysfonctionnement ou perturbation constaté sur les réseaux de téléphonie mobile.
Pour toute autre réclamation (aspects commerciaux, carte de recharge, facturation, restriction d’appel, etc.), veuillez contacter le service client de votre opérateur.  
 
Le numéro 800 200 200 sera opérationnel  du  samedi 18 mai 2013 à partir de 00h au lundi 20 mai 2013 2013 à 23h59mns.
 
2. Une équipe technique de l’ARTP sera également présente en permanence à Popenguine:

Pour s’assurer de la qualité des services offerts par Orange, Tigo et Expresso, l’équipe de l’ARTP effectuera régulièrement des tests qualitatifs à Popenguine et ses environs et sera en contact permanent avec les opérateurs pour veiller à ce qu’ils apportent des solutions adaptées si des perturbations sont constatées. 
 
L’ARTP souhaite un bon pèlerinage marial à la communauté catholique.
 
Abou Lo, Directeur général 
 
Bamba Toure
10/04/2013 22:32

VIP NEWS N°4

VIP NEWS N°4
VIP NEWS N°4
Bamba Toure
25/03/2013 22:48

Communiqué Rewmi

Communiqué Rewmi
Bamba Toure
14/03/2013 23:00

Office National de Formation Professionnelle

Office National de Formation Professionnelle
Bamba Toure
11/03/2013 12:04

RECRUTEMENT ASSISTANT IMMOBILIER

FICHE DE POSTE
 
MISSION

Il aura pour mission d’assister les cadres dirigeants et les consultants du groupe en charge du développement ou de la gestion de projets immobiliers.
Son rôle sera, entre autre de :
  • Organiser, à la demande des chefs de projets, les réunions de travail et de décisions nécessaires à l’avancement des projets, tant en interne au groupe qu’avec des participants extérieurs,
  • Contrôler la bonne exécution des plannings et assurer les relances nécessaires,
  • Veiller à la bonne circulation de l’information,
  • Représenter le groupe à toute réunion organisée par un prestataire extérieur ou sa présence serait souhaitée. Rendre compte de ces réunions,
  • Procéder, à la demande des chefs de projets, à la recherche d’information de toute nature.
 
Il aura également en charge d’entreprendre et de faire aboutir  l’ensemble des démarches administratives et juridiques nécessaires à l’avancement des projets : baux, dossiers d’autorisation de construire, constitution de SCI, relations avec les services fiscaux…
 
Il assurera  enfin la liaison entre le groupe et les notaires et avocats susceptibles d’intervenir sur les projets. 
 
FORMATION/EXPERIENCE
 
De formation juridico /économique, il aura 4 à 5 ans d’expérience professionnelle.
Cette expérience lui aura permis d’acquérir une bonne connaissance du secteur immobilier sénégalais : promoteurs, architectes et bureaux d’études, commercialisateurs,  entreprises de bâtiment, administrations …
 
Le poste est basé à Dakar mais demande une grande disponibilité.
 
Après une période d’activité probante, une évolution de carrière vers des responsabilités accrues pourra être envisagée.
 
Envoyez votre CV : recruteonesn@gmail.com
 
 
Bamba Toure