Donald Trump a eu la velléité d'un coup d'État, la facilité d'envoyer ses troupes. Mais une fois face à l'événement, il s'est dégonflé.


S'il existe un au-delà où Donald Trump, son temps venu, expiera dans les flammes, souhaitons qu'à la porte de l'Enfer on lui rappelle cette femme qui s'appelait Ashli Babbitt et qu'il a conduite à la mort aussi sûrement qu'un bourreau.

Elle avait 34 ans, des traits droits et le verbe trop vif, nous savons des bribes de sa vie, brisée par un policier qui l'a abattue, quand elle forçait une porte de la Chambre des représentants, à la tête d'une escouade d'émeutiers. Le policier n'a été que la circonstance; c'est pour et par Donald Trump qu'Ashli Babbitt est morte, persuadée qu'il fallait envahir le Congrès pour sauver l'Amérique et préserver son président –il ne la valait pas. Ashli Babbitt était une brave. Elle avait été soldat, sur des théâtres lointains où l'Amérique fait régner sa loi, celle d'un monde que l'on dit démocratique: le nôtre. Elle était revenue, mariée à Aaron dont la musculature impressionne mais aussi une douceur amoureuse, sur les photos qui nous apercevons; ils formaient un couple athlétique et travailleur, des Américains de la classe moyenne sans cesse menacée et qui se relève chaque matin, mais qui pour tromper son désarroi s'adonne parfois à d'étranges colères. Ahsli Babbitt était une adepte du complotisme furieux qui aura été le soubassement et le fruit du trumpisme. Vivante, elle m'aurait inquiété. Morte, elle me désole et m'apitoie, car le salaud vit après elle.

Ses lubies n'auraient pas tué Ashli Babbitt si Donald Trump ne les avait pas rendues incandescentes, et pourtant Donald Trump l'a trahie. Il l'avait convoquée à Washington et haranguée jusqu'à la sédition, et puis elle est morte, et puis –le corps d'Ashli devait être glacé à la morgue judiciaire, son âme a-t-elle frissonné en entendant cela?– Trump l'a reniée pour sauver sa peau.

Trump s'est fait peur

Comme chaque terrien civilisé, j'ai eu maintes occasions de détester Monsieur Trump. Je ne l'ai jamais autant méprisé qu'en le voyant condamner les violences qu'il avait provoquées, et fustiger les éperdus qu'il avait poussés. Il était «scandalisé par la violence, l'anarchie et la pagaille», il disait «vous paierez», à ses partisans qui pour lui avaient profané le Capitole. Ce fut un de ses derniers tweets. Ce message, à lui seul, justifierait son bannissement.

On commente ailleurs le fascisme possible de Trump et sa déconfiture, les abandons, les reniements. Seule m'intéresse ici sa lâcheté et ce crachat sur le corps d'Ashli Babbitt. Putschiste, Donald Trump l'a été, d'intention, de construction, de velléité. La justice et l'histoire démêleront les intentions et les complots, la construction d'un chaos qui aurait justifié la suspension de la démocratie. Des années à éteindre le sens moral de ses partisans, pourrir leur conscience de haines et de chimères, inverser la vérité et nier la réalité d'un vote, mentir et enflammer, et finalement lancer une foule vers le Capitole auquel on avait refusé la protection de la Garde nationale. Que sais-je des intentions d'un semi-illettré? Je devine sa tentative. La foule aurait-elle croisé le chemin du vice-président Pence, désigné comme traître, ou d'un Démocrate honni, la foule aurait-elle buté sur le feu nourri des défenseurs du Capitole, un lynchage ou un massacre aurait pavé le chemin de la loi martiale.
Ashli Babbitt.

Mais seule Ashli Babbitt est morte et une poignée de malheureux, ce n'était pas assez pour renverser une démocratie, et Donald Trump était un pleutre. On l'a entendu d'abord caresser ses troupes et leur dire de rentrer à la maison, même s'il les aimait, et deux jours plus tard, il ne les aimait plus.

Il ne les a jamais aimés.

Donald Trump a tenté son coup d'État, et puis il s'est fait peur. On le comprend. Au pays de la peine de mort dont lui-même fait grand usage, on ne donne pas cher de la peau d'un président traître et putschiste pris sur le fait et vaincu. Donald Trump grillera en enfer, si l'enfer existe; il aurait pu griller autrement dans cette vie terrestre. Il s'est liquéfié.

Un fasciste des fantasmagories

Il est toujours surprenant, quand la démocratie en réchappe, de constater la médiocrité de ses ennemis. Il y a quelque 130 ans, notre République avait failli périr d'un général nommé Boulanger, dont il reste une chanson, «En revenant de la revue», et le souvenir d'un cœur de grisette. Un soir où le pouvoir s'offrait à lui, quand ses partisans l'exhortaient à marcher avec eux sur l'Élysée, il se retira dans sa chambre avec son aimée: elle se nommait Marguerite de Bonnemains et mourrait bientôt de la tuberculose: Boulanger se suicida sur sa tombe, ce qui lui valu cette cruauté de Clemenceau, «Il est mort comme il a vécu: en sous-lieutenant», mais aussi notre indulgence, puisque l'amour guida sa fuite. Donald Trump n'aime personne autant que lui-même, et il n'a rien d'un sous-lieutenant. Un embusqué, qui jamais n'aurait dû incarner la force d'un pays. À le voir s'éclipser quand Ashli Babbitt mourait pour lui, je me suis souvenu que Trump haïssait John McCain, magnifique Républicain et héros des guerres américaines, et McCain méprisait ce démagogue nationaliste, qui s'était fait réformer en pleine guerre du Vietnam. J'insiste là-dessus. Donald Trump a été fustigé selon des normes de gauche, libérales, ou simplement démocratiques. C'est de la droite, y compris la moins flexible, c'est du camp nationaliste qu'auraient dû venir les critiques les plus rudes, contre un coward sans structure ni vertu.

Donald Trump est un fasciste sans combat ni victime –la pauvre Ashli Babbitt sera son exception.

Donald Trump est un avatar du fascisme, qui n'aura guère tué mais qui aura perverti. Il nous faut écarter les monstres du siècle passé. Les Franco, Mussolini, Hitler, Staline ou Mao ravagèrent des vies par millions, et avaient aussi bien pris leur risques, exposant leurs existences dans des guerres et des révolutions.

Donald Trump est un fasciste sans combat ni victime –la pauvre Ashli Babbitt sera son exception.

Il aura insulté et médit et menti, tous les fascistes le font, mais lui dans une époque où les mots se pèsent plus rien, où le mal n'est qu'une insinuation sans fin, et la fiction une variante du vrai. Il me revient aussi que la seule image viriliste de Trump est un faux combat filmé près d'un ring de catch, où on le voyait descendre un complice, Vince McMahon, magnat du wrestling, dont il fit à la présidence un de ses conseillers.

Trump aura été un fasciste des fantasmagories. Il s'en est fallu de peu que cela devienne vrai. Avant les génocides d'antan, il y eut les mensonges et les mythes grossiers. Les fables du complot juif précédèrent les pogroms et Auschwitz. Imagine-t-on qu'un jour, la rage des QAnon, qui imaginent les élites comme violeuses d'enfants et assassines, conduise à des massacres, une autre dékoulakisation? Leur haine de la science et leur mépris du Covid-19 a déjà tué. Sommes-nous passés si près de la catastrophe? Trump aurait-il eu des guts, what it takes, the real stuff, que serait-il advenu?

Trop lâche pour mourir

La chute de Trump est une revanche du réel. Qu'il soit exclu de la virtualité twitteuse disperse son ectoplasme. Trump n'était qu'une invention sordide; il s'était construit dans le spectacle et les fausses valeurs, les spéculations foncières, les esbroufes télévisées, les anabolisants du catch, l'immatérialité des réseaux sociaux, les extases du complot. La vérité de sa mort possible l'a fait reculer. Trump avait une carcasse, elle tremblait.

Ashli Babbitt avait un corps et une vie véritable. Elle avait mené des guerres, et dans la vie civile savait le struggle for life. Les mensonges dont on l'a enivrée ont eu raison de son existence charnelle. Elle aura été la proie et la victime des jeteurs de sort et même son cadavre nourrit les charlatans. Dans la mouvance QAnon dont elle était, on dit désormais –ces vidéos ignobles font des vues par centaines de milliers– qu'elle n'était pas des leurs, mais une espionne de la CIA, et que sa mort n'a été qu'un simulacre, une mise en scène destinée à empêcher la révolution. Ashli aurait-elle cru à sa propre mort?

Trump ressemble aux gangsters gouapes du cinéma, qui envoient leurs hommes de main mourir à leur place et s'effondrent à la première gifle.

L'Amérique est une terre concrète pour ceux qui l'habitent –et en même temps l'Amérique est un mythe. Ces temps-ci, Donald Trump ressemble aux gangsters gouapes du cinéma, qui envoient leurs hommes de main mourir à leur place et s'effondrent à la première gifle. Joe Biden me rappelle notre Charles Floquet, digne républicain président du Conseil, qui vainquit en duel le bellâtre Boulanger –mais Biden ressemble aussi, dans son corps fragile et sa dignité exposée, au jeune avocat que jouait James Stewart dans L'homme qui tua Liberty Valance qui s'opposait à un bandit d'esbroufe, que John Wayne abattrait d'une balle dans le dos, il ne valait même pas un duel.

Ashli, elle, il n'est pas de hasard, porte un nom fameux de la littérature, Babbitt, qui donne à sa mort un air de prophétie. Babbitt était un personnage inventé par l'écrivain Sinclair Lewis en 1920: un agent immobilier sans culture ni discernement, mais riche pourtant, qui symbolisait la vacuité d'une certaine Amérique dont l'âme était vide. Un homme riche et sans livres, spéculant sur l'immobilier –est-ce assez clair? Sinclair Lewis reçut un prix Nobel qui choqua l'Amérique qu'il croquait sans pitié –il aimait son peuple, mais haïssait ce qu'on lui infligeait.

Sinclair fustigea aussi dans Elmer Gantry les prédicateurs religieux qui prospéraient en agitant le peuple, et en 1935, il publia une dystopie saisissante, que les lettrés exhumèrent quand Trump prit le pouvoir. It can't happen here, «ça ne peut pas arriver ici», racontait l'ascension et l'élection à la présidence d'un habile démagogue, Berzelius «Buzz» Windrip, qui promettait au peuple blessé de le libérer du joug politicien, et conduirait l'Amérique au fascisme. Sinclair Lewis savait la médiocrité tragique des fascistes, et il savait aussi que cette médiocrité ne nous sauverait pas éternellement. C'est arrivé finalement, est-ce vraiment fini?


Mardi 12 Janvier 2021 - 05:30





Actualité en Afrique : environnement, énergies renouvelables, climat


Setal People - 19/01/2021 - 0 Commentaire

Trop de chirurgie esthétique? Jennifer Lopez répond

Près d’un an après la mort de Kobe Bryant, sa femme publie un message déchirant sur Instagram

19/01/2021 - 0 Commentaire

Nécrologie : L’ancien footballeur international, Cheikh Thioune « Maréchal » est décédé...

15/01/2021 - 0 Commentaire

Découvrez les nouvelles images du chantier de Sadio Mané dans son village

12/01/2021 - 0 Commentaire

"Je suis sortie avec Dangote et il m'a brisé le cœur", Béa Lewis fait des révélations sur Instagram et publie des photos privées (images)

11/01/2021 - 0 Commentaire








Google+


Partager ce site




11/04/2017 08:33

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement
Abdallah Boureima est le nouveau président de la commission de l'UEMOA. Le Nigérien a été désigné, ce matin, en Côte d'Ivoire, par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA, réunis en session extraordinaire.
 
Mais selon une note de la Présidence, c’est le Président de la République Macky Sall qui « dans un esprit de solidarité et de fraternité et dans le souci de permettre la poursuite du bon fonctionnement de l’Union » qui a répondu favorablement à la sollicitation de ses pairs pour l’attribution jusqu’en 2021, de la Présidence de la Commission de l’UEMOA au Niger, soit pour un mandat unique.
 
La Conférence a décidé aussi, selon la même source, qu’à la fin du mandat du Niger, en 2021, le Sénégal reprendra de manière définitive la Présidence de la Commission de l’UEMOA.
 
D’autre part, lit-on sur la note, dans le sens de rééquilibrer la répartition des postes, la Conférence a attribué, avec effet immédiat, « le poste de la présidence du Conseil Régional de l’Epargne publique et des Marchés Financiers au Sénégal. En plus, en octobre 2018, le Sénégal occupera le poste de Vice-Gouverneur de la BCEAO pour un mandat unique ».
 
Pour finir, poursuit la source, la Conférence a enfin salué l’esprit d’ouverture du Président Macky SALL et son leadership dans la sous-région.
02/09/2014 08:06

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants
Quelques membres de la douane Sénégalaise ont été formés la semaine dernière, sur la convention relative aux polluants organiques persistants (Pop) et autre textes sur les produits chimiques. L’intérêt selon Aïta Sarr Seck, chef de la Division prévention et contrôle des pollutions et nuisances à la Direction de l’environnement et des établissements classés, et de restreindre puis éliminer totalement la production, l’utilisation, l’écoulement et le stockage des Pop. 
«Le Sénégal a ratifié la convention de Stockholm depuis 2003, mais il y a d’autres polluants organiques inscrits sur l’ancienne liste et c'est pour cela qu’il est nécessaire de former les agents des douanes sur ces polluants qui sont néfastes pour l’environnement et les êtres humains ». 
Habib Ampa Dieng, chef du bureau du recrutement à la division de la formation, a expliqué qu’il s’agissait lors de cette formation, de sensibiliser sur la convention relative aux polluants, de présenter la convention, ses aspects juridiques les engagements des Etats et plus particulièrement les agents des douanes. Ceci dans le souci que « les agents des douanes sachent reconnaître les polluants lorsqu’ils se présentent à nos frontières et qu’ils aient les bonnes attitudes pour le respect des engagements du Sénégal à l’égard de cette convention internationale » dira t-il. 
Aïta Sarr Seck a signalé que les POP « sont particulièrement préoccupants, en raison de leur persistance et leur grande capacité à se déplacer sur de longues distances...
22/08/2013 23:39

Une Grande Société de la Place recrute : Le Directeur Projets, Formulation, Qualite, Hygiene et Securite Alimentaire

 
                                MISSIONS ET PRINCIPALES RESPONSABILITES
 
Missions :
Construire un projet d’avenir pour le pôle alimentaire. Donner la direction et la maintenir dans les rubriques suivantes :
Conception de nouveau produit
Formulation et biochimie
Qualité
Sécurité alimentaire
Production de produits alimentaires

 
  • Elaborer les stratégies liées à la formulation, création, développement, analyses et caractérisation de produits, ainsi que sur les procédés de production et de conservation des aliments. 
  • Effectuer différentes analyses microbiologiques et biochimiques des composants des produits afin de t’assurer de leur qualité. 
  • Contrôler et de superviser la qualité des aliments transformés ou fabriqués afin qu’ils répondent aux normes gouvernementales et aux politiques de l’entreprise en matière de qualité.
  • Faire appliquer les règlements et les politiques en matière d’hygiène et de salubrité au sein de l’usine et d’en implanter de nouvelles afin de maximiser le processus de qualité des produits.
  • Mettre les processus en conformité à la législation, la réglementation, la toxicité, l'innocuité, et propose des orientations pour utiliser ces avantages pour la stratégie marketing. 
 
Responsabilités :
 
Le Directeur Projets, Formulation, Qualité, Hygiène et Sécurité alimentaire est responsable des points listés ci-après :
 
  • Construire des recettes en fonction des besoins des clients
  • Etude de nouveaux produits, la définition des gammes et de leur évolution, notamment lors des changements importants de composition des formules
  • Contrôle microbiologique des matières premières et produits fabriqués
  • Contrôle qualité sur toute la chaîne de production
  • Construire le plan de nettoyage et désinfection
  • Construire le plan de traçabilité des lots de production
  • Mettre en place un protocole de rappel des produits et de gestion de crise
  • Mettre en place un plan pour la gestion des allergies potentielles
  • Mettre en place un plan de prévention des risques phytosanitaires
  • Mettre en place la démarche HACCP
  • Assurer une veille législative
  • Participer au processus de gestion des réclamations clients
  • Mettre en place protocole de détermination des DLC et DLUO
  • Mettre en place dispositifs et protocoles pour garder les échantillons de produits
  • Mettre en place méthodologie d’analyse sensorielle et tests organoleptiques
  • Mettre en place les procédures de contrôle qualité et s’assurer de leur application
  • S’assurer de la calibration des instruments de mesure-
  • Plan en place un plan d’audit interne processus
  • Participer aux Comités de Pilotage du pôle alimentaire
  • Entretenir des relations régulières avec les partenaires du pôle alimenatire et organismes de recherches extérieures
  • Travailler en étroite collaboration avec la direction commerciale et développement ainsi que le(s) chef(s) produits
  • Travailler en étroite collaboration avec le responsable de la fabrication afin de prendre en compte, dans sa formulation, les contraintes technologiques propre à l’usine.
  • Communiquer en continu avec le responsable des achats
 
Compétences Requises :
Technologie alimentaire, biologie appliquée a la nutrition et alimentation
Technologie des emballages et emballeuses
Gestion des usines alimentaires et performance industrielle
Gestion des processus
Hygiène
Gestion des assets
Innovation et propriété intellectuelle
Gestion des coûts de production
 
Niveau formation
- Ingénieur Bac+4/5 Food processing – Quality - biochimie
- Expérience Professionnelle : 10 ans
 
Langues
- Français : Courant
- Anglais : Courant
 
Veuillez envoyer par E-mail votre dossier de candidature : CV + lettre de motivation en mentionnant le titre du poste à l’objet du courriel à recruteonesn@gmail.com
 
Bamba Toure
28/07/2013 00:40

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute
TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

 

Bamba Toure
13/06/2013 09:14

Une Grande Société de la Place recrute

Une Grande Société de la Place recrute
Bamba Toure
18/05/2013 01:13

COMMUNIQUE DE PRESSE ARTP

L’ARTP ACCOMPAGNE LE PELERINAGE DE POPENGUINE POUR ASSURER UNE BONNE QUALITE DE SERVICE DE TELECOMMUNICATIONS
 
L’ARTP met à la disposition du public :
 
1. Un Numéro Vert : le 800 200 200 
 
Ce numéro vert est destiné aux utilisateurs des services de la téléphonie mobile et Internet  présents à Popenguine durant le Pèlerinage  2013, pour leur permettre de saisir l’ARTP, en cas de dysfonctionnements ou de perturbations sur les réseaux des opérateurs Orange, Tigo ou Expresso.

Vous pourrez appeler gratuitement au 800 200 200 si vous êtes confrontés aux problèmes suivants :
  • difficultés à émettre ou recevoir des appels ;
  • difficultés à envoyer ou recevoir des SMS ;; 
  • difficultés d’accès à Internet à partir de votre téléphone portable ou clé Internet ;
  • coupures de communications ;
  • ou tout autre dysfonctionnement ou perturbation constaté sur les réseaux de téléphonie mobile.
Pour toute autre réclamation (aspects commerciaux, carte de recharge, facturation, restriction d’appel, etc.), veuillez contacter le service client de votre opérateur.  
 
Le numéro 800 200 200 sera opérationnel  du  samedi 18 mai 2013 à partir de 00h au lundi 20 mai 2013 2013 à 23h59mns.
 
2. Une équipe technique de l’ARTP sera également présente en permanence à Popenguine:

Pour s’assurer de la qualité des services offerts par Orange, Tigo et Expresso, l’équipe de l’ARTP effectuera régulièrement des tests qualitatifs à Popenguine et ses environs et sera en contact permanent avec les opérateurs pour veiller à ce qu’ils apportent des solutions adaptées si des perturbations sont constatées. 
 
L’ARTP souhaite un bon pèlerinage marial à la communauté catholique.
 
Abou Lo, Directeur général 
 
Bamba Toure
10/04/2013 22:32

VIP NEWS N°4

VIP NEWS N°4
VIP NEWS N°4
Bamba Toure
25/03/2013 22:48

Communiqué Rewmi

Communiqué Rewmi
Bamba Toure
14/03/2013 23:00

Office National de Formation Professionnelle

Office National de Formation Professionnelle
Bamba Toure
11/03/2013 12:04

RECRUTEMENT ASSISTANT IMMOBILIER

FICHE DE POSTE
 
MISSION

Il aura pour mission d’assister les cadres dirigeants et les consultants du groupe en charge du développement ou de la gestion de projets immobiliers.
Son rôle sera, entre autre de :
  • Organiser, à la demande des chefs de projets, les réunions de travail et de décisions nécessaires à l’avancement des projets, tant en interne au groupe qu’avec des participants extérieurs,
  • Contrôler la bonne exécution des plannings et assurer les relances nécessaires,
  • Veiller à la bonne circulation de l’information,
  • Représenter le groupe à toute réunion organisée par un prestataire extérieur ou sa présence serait souhaitée. Rendre compte de ces réunions,
  • Procéder, à la demande des chefs de projets, à la recherche d’information de toute nature.
 
Il aura également en charge d’entreprendre et de faire aboutir  l’ensemble des démarches administratives et juridiques nécessaires à l’avancement des projets : baux, dossiers d’autorisation de construire, constitution de SCI, relations avec les services fiscaux…
 
Il assurera  enfin la liaison entre le groupe et les notaires et avocats susceptibles d’intervenir sur les projets. 
 
FORMATION/EXPERIENCE
 
De formation juridico /économique, il aura 4 à 5 ans d’expérience professionnelle.
Cette expérience lui aura permis d’acquérir une bonne connaissance du secteur immobilier sénégalais : promoteurs, architectes et bureaux d’études, commercialisateurs,  entreprises de bâtiment, administrations …
 
Le poste est basé à Dakar mais demande une grande disponibilité.
 
Après une période d’activité probante, une évolution de carrière vers des responsabilités accrues pourra être envisagée.
 
Envoyez votre CV : recruteonesn@gmail.com
 
 
Bamba Toure