BORIS DIOP – BACHIR DIAGNE (Par Waly Latsouck Faye)


BORIS DIOP – BACHIR DIAGNE (Par Waly Latsouck Faye)
Boris vs Bachir ! Partout le même titre qui invite des larmes aux yeux ! D’aucuns pensent que cette situation des derniers jours apporte une nouvelle eau au moulin, à l’instar de ce passage ; « Aucun progrès n’a jamais été réalisé dans les sciences, la religion, la politique, sans qu’il y ait eu controverse », affirme Lyman Beecher, pasteur presbytérien, co-fondateur et chef de la Société américaine de tempérance. Voilà pourquoi le débat de haute facture que se sont livrés l’homme de Lettres Boubacar Boris Diop et le philosophe Souleymane Bachir Diagne, par presse interposée, est à saluer. Aussi grands que l’objet de leur « divergence », en l’occurrence le Pharaon noir Cheikh Anta Diop, ces deux éminents intellectuels sénégalais méritent que leur soit rendue toute l’estime due à leur rang ».
Hélas, tel n’est pas le cas. Nous aurions aimé voir comme titre « Boris et Bachir ». Mais non, cette polémique n’apporte rien de nouveau ; cette polémique n’apporte rien à saluer. Elle s’engouffre dans le trop plein de débats dans lesquels politiciens, artistes, activistes et religieux tiennent le peuple sénégalais en otage. Il faut dire basta !
C’est à cause de pareilles situations qu’en d’autres circonstances j’ai dit que le problème de l’Africain, surtout celui des intellectuels africains est l’apport. Le constat est que, parmi nos intellectuels, l’opposition est plus facile que l’apport, chacun voulant être l’oriflamme de l’instant. La même chose est vraie en politique : au lieu d’accepter qu’il y a continuité, plusieurs de nos dirigeants veulent toujours se présenter en initiateurs, quitte à tout « balayer » ou juste renommer des rues et des écoles et les citoyens ordinaires se tournent vers le passé pour décrocher des flèches de tel ou tel n’a rien fait.
C’est pourquoi même accoucher de cette contribution dans un débat d’un tel niveau – vu la carrure des deux hommes et les foudres autour d’une personne, – fut-elle Cheikh Anta Diop –, fait très mal. Au lieu de clarification, de prise de partie, j’aurais aimé pouvoir applaudir au fait qu’enfin deux Géants Sénégalais de l’Esprit sortent et viennent sous l’arbre à palabres pour nous sauver de la médiocrité journalière de nos sujets de débats. D’autant plus que, excessivement en retard pratiquement dans tous les domaines, nous nous offrons le ridicule luxe de « motus et bouches décousues ». Merci, cousine Bocoum, vous m’avez prêté l’expression qui sied !
Revenant à Boris-Bachir, je dis que mon espoir a été bafoué car cet espoir, mon fervent souhait, était et reste et je le formule en prière : « Que vos esprits s’échangent les bagues de l’alliance intellectuelle à la manière de vos ‘b’ ! » en initiale pour un niveau supérieur de ce Sénégal qui fut jadis un des berceaux africains de l’esprit.
 
Point de départ
 
Mon cher Boris, puisque c’est vous qui avez déclenché les choses, je me demande effectivement s’il était réellement  nécessaire de revenir sur un article écrit il y a 20 ans, comme le dit Bachir. La réponse est : « Peut-être que oui, peut-être que non ». Les deux points de vue sont permis, raison pour laquelle je ne dirai pas gratuitement que vous avez tort. C’est que le droit ou non de revenir sur un article n’est pas dogmatique et ne se mesure pas à l’écoulement des années. Le domaine scientifique est progressif et progressiste et s’il s’agissait d’une thèse ce droit ne peut être révoqué. Mais dans ce cas-ci, il me semble, le problème se pose différemment que sur une base constructive. Par exemple, en physique, Newton est venu avec sa théorie de la gravitation universelle, Einstein l’a supplantée avec la relativité générale, une théorie relativiste  de la gravitation. Niels Bohr se confrontera à Einstein par son apport à l'édification de la mécanique quantique qui poussera ce dernier à dire que « Dieu ne joue pas aux dés ». Suivra la théorie des cordes ou théorie du tout, un domaine actif de recherche traitant de l'une des questions de la physique théorique qui veut fournir une description de la gravité quantique, c'est-à-dire l'unification de la mécanique quantique et de la théorie de la relativité générale (la principale particularité de la théorie des cordes est que son ambition ne s'arrête pas à cette réconciliation, mais qu'elle prétend réussir à unifier les quatre interactions élémentaires  connues). Contrairement à la situation Boris-Bachir, voilà des briques posées, pas pour détruire la bâtisse entamée par l’autre, mais pour en faire progresser les murs. Et c’est là une très belle leçon d’apport appelant au progrès. Dire donc que ce n’était pas nécessaire de revenir sur un texte âgé de 20 ans n’est pas tout à fait exact. C’est toujours permis et même souhaitable dans le domaine de la science surtout s’il y a de nouveaux éléments, des réadaptations ou  corrections intervenues au fil des années comme le prouve l’exemple campé autour de l’évolution de la physique depuis Newton.
Ayant lu votre texte puis l’article de Bachir en anglais, et sa réaction après votre « Bachir tu permets ? » il m’a semblé nécessaire d’intervenir, pas pour faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre mais simplement apposer une analyse descriptive de la situation. Partons du fait qu’ici il ne s’agit pas de thèse. Il ne s’agit pas d’un théorème ou d’une équation. Le problème fondamental repose sur trois points :
1)        La fondation du laboratoire de datation au carbone 14
2)        La vision de Cheikh Anta de créer une langue unique, vision à laquelle Monsieur Bachir oppose celle de MonsieurNgugi Wa Thiong'o qui est plus à son goût
3)        Un problème linguistique de traduction : La traduction d’un texte de poésie et la traduction de textes de sciences formelles.
 
La création du laboratoire
 
La création du laboratoire premier point de la discorde, est un fait historique, tandis que le deuxième et le troisième sont d’ordre linguistique et ont fait l’objet de grandes et profondes études. Et c’est là où le débat blesse car ces deux derniers points sont dignes de quatre livres, un livre de Bachir et un livre de Boris pour chaque point, livres que vous êtes tous les deux en mesure de produire, ce qui aurait nettement mieux servi le monde et, partant, le Sénégal et établi un dialogue digne du label « intellectuel »
Malheureusement tel n’est pas le cas. Le débat est campé autour d’une personne, en l’occurrence le Professeur Cheikh Anta Diop ce qui ne peut atterrir que sur l’émotion et non sur la raison qui, elle, exige une approche descriptive et non normative et ne pouvant être fille de l’émotion. C’est tout le danger lorsqu’un sujet rime à une personne. Le taux d’affection prime et peut ainsi affecter le lampion que l’on braque sur le texte de quelqu’un au sujet de ladite personne, surtout si, bien avant, on s’est replié dans des préjugés enfermant l’auteur dans un certain canevas prédéfini.
Dans « Dans l’antre de l’alchimiste », le mot alchimiste a-t-il été mal choisi, vous faisant virer plus vers l’émotion plutôt que vers le raisonnement ? Pourtant Bachir a, pas justifié, mais expliqué le choix, ce qui suit une déontologie intellectuelle. Monsieur Diop, auriez-vous agi comme les critiques qui dénigrèrent Camara Laye pour avoir présenté une famille africaine idyllique au lieu d’attaques contre le colonialisme ?
Le texte de Bachir fait réellement l’éloge de Cheikh Anta, mais, scientifique, Monsieur Diagne ne peut, n’a pas le droit de se cramponner sur du « baab » ou du « jeyaate ». M’a effleuré d’ailleurs l’idée de faire deux colonnes pour mettre vos textes côte à côte, ce qui, il faut l’avouer, aurait été de mauvais goût et serait enveloppé du même manteau de ce débat puéril ayant l’air d’une confrontation, confrontation à son tour stérile que je déconseille, raison de cette contribution.
Ce que j’ai présenté, relatif aux géants de la physique, est fertile, on ne peut en disconvenir, et a fait et fait encore progresser la science puisque la physique quantique est en train d’accoucher des ordinateurs du futur – on ne sait salut ou damnation du monde. Nous autres africains avons la manie de camper sur le passé ou sur une futilité et sortons nos griffes dès que quelqu’un invite à faire face au futur, comme nous le fîmes devant le « Discours de Dakar » du Président Sarkozy : il avait commencé par dire ‘ce continent qui a connu tant de civilisations brillantes’ et nous sauterons sur lui quand même en disant qu’il a renié l’histoire de l’Afrique. En ne mettant pas l’émotion à la place de la raison, on aurait pu pourtant corriger sa contradiction personnelle lorsque, plus tard dans le discours, il dira que « l’Afrique n’est pas assez entrée dans l’histoire ». Le réajustement, basé sur la raison, aurait pu lui suggérer, entre autres possibilités, de dire : « l'Afrique n'est pas assez entrée dans le présent – problème d’orientation – et, par conséquence, n’est pas assez munie pour faire face au futur » et ainsi éviter la contradiction entre un continent ayant connu tant de civilisations brillantes et une Afrique qui n’est pas assez entrée dans l’histoire.
Monsieur Diagne a eu un discernement là où nous autres manquons une bonne perception de la nature des problèmes rencontrés par Cheikh Anta Diop durant sa vie académique, raison pour laquelle nous mettons ce problème sur le compte d’ennemis tapis dans l’ombre et lui ayant fait la guerre au long de sa carrière.
Je soupçonne qu’un de ces points fondamentaux repose sur la nature de la pédagogie franco-francophone. En elle, on ne s’attend plus à ce que quelqu’un ayant suivi une filière scientifique s’adonnât à l’écriture de poésies ou de romans. Cela m’est arrivé personnellement: ayant soumis un projet en vue d’un financement par la Société Financière Internationale, SFI, de la Banque Mondiale, un ami, responsable dans la structure me conseilla d’enlever les lignes de mon curriculum vitae relatives à des publications littéraires pour ne pas être pris pour … un illuminé incapable de porter un projet informatique. Cela aussi peut se comprendre car, avec l’avènement de l’industrialisation, le cerveau humain a été compartimenté comme dans le travail à la chaîne. On fait une chose et une seule, contrairement au début, lorsqu’en Grèce ou ailleurs, on pouvait être philosophe, mathématicien et médecin en même temps, comme Descartes, le mathématicien, physicien et philosophe.
Je comprends bien Cheikh Anta Diop : étant parmi les premiers intellectuels modernes de l’Afrique, il se devait d’embrasser autant de disciplines que sa tête pouvait supporter, ce qui peut-être lui vaudra aussi une certaine allergie de la part du corps académique dans l’attribution des devoirs et fonctions. En visionnaire n’avait-il pas appréhendé l’importance des langues nationales jusqu’à faire une étude sur le wolof et le sérère ? Sa vision le fait entrer de plein droit et de se compter parmi les militants de la Négritude, au milieu desquels il fut celui qui se munit des outils les plus concrets. Là où les Césaire, Damas Senghor et René Maran s’accoudèrent à la plume poétique ou romanesque, il s’accouda aux fouilles et excavations archéologiques et des datations pour remonter les gradins menant à la découverte de la civilisation enfouie de l’homme noir. C’est ainsi que cette partie de son travail, à savoir le combat pour la Civilisation Nègre, est nettement supérieur au produit du laboratoire de datation par le Carbone 14 mis en place en 1961 comme l’attestent les divers sujets de ses recherches : environ 41 titres sont dédiés au redispositionnement du Négre contre 4 susceptibles d’être pris comme objets de laboratoire.
Cela fait monter un profond sentiment de sympathie et de compassion envers ce géant qui a tout donné de son esprit et de son temps pour l’Afrique noire et, partant, pour le monde nègre. La pitié découle du fait que, comme plusieurs d’entre nous et au même titre que les pères de la Négritude, le combat pour l’identité semble avoir bouffé et bouffe jusqu’à présent l’énergie de ses enfants - ou bien est-ce le contraire ? Cheikh Anta s’est donné corps et âme pour le redispositionnement de l’Homme noir dans la Civilisation de l’universel, but de la Négritude, qu’il se voit disciple, militant ou non. C’est que sur tout autre continent, le combat aurait pu se poser autrement. Il aurait pu se lancer dans la recherche pure et dure en physique, collaborant avec d’autres laboratoires puisque « L'ensemble transistorisé de comptage de la radioactivité, après avoir été testé au Centre d'Études Nucléaires de Saclay (CEA/CNRS), arrive en juillet au port de Dakar. Cet appareil, destiné à la datation par le Carbone 14, bénéficie des plus récentes technologies de l'époque. Dans le cadre des accords de collaboration technique, il a été fourni et partiellement financé par le CEA. Le laboratoire de datation commence à fonctionner. Une commission du CEA, présidée par Georgette Delibrias, directrice du Laboratoire de Radiocarbone de Gif-sur-Yvette, se rend au Sénégal pour tester, avec succès, les installations du laboratoire de Dakar ». Et alors il aurait peut-être apporté quelque chose de nouveau dans le domaine scientifique, comme ce fut le cas du VIH2 « isolé en 1985 sur le sérum de prostituées sénégalaises dans le laboratoire de l'hôpital Le Dantec de Dakar, dirigé par le médecin militaire sénégalais Souleymane Mboup et en collaboration avec des équipes américaine et française ». Hélas, le combat de l’identité l’aura bien occupé et majoritairement.
En matière de recherche une stagnation n’est pas situation exceptionnelle et n’est donc pas propre à Cheikh Anta Diop. Pourtant il se peut qu’à cause de la diversification des sujets dont il traitait, une certaine stagnation dans le domaine scientifique, précisément en matière de laboratoire se soit installée. Et dans un tel cas, cela peut engendrer une grande part de suspicions et de conspiration lorsqu’un vol sera annoncé au niveau du laboratoire. C’est ainsi que des langues se délièrent, surtout dans un pays où la rumeur fait objet de flagrant délit et le flagrant délit est pur soupçon et mis sur le compte d’une volonté mal intentionnée et politiquement assassine. « Saaysaay waxul dëg wante yaqna xel ! » 


Dimanche 22 Septembre 2019 - 09:55





Actualité en Afrique : environnement, énergies renouvelables, climat










Google+


Partager ce site




11/04/2017 08:33

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement
Abdallah Boureima est le nouveau président de la commission de l'UEMOA. Le Nigérien a été désigné, ce matin, en Côte d'Ivoire, par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA, réunis en session extraordinaire.
 
Mais selon une note de la Présidence, c’est le Président de la République Macky Sall qui « dans un esprit de solidarité et de fraternité et dans le souci de permettre la poursuite du bon fonctionnement de l’Union » qui a répondu favorablement à la sollicitation de ses pairs pour l’attribution jusqu’en 2021, de la Présidence de la Commission de l’UEMOA au Niger, soit pour un mandat unique.
 
La Conférence a décidé aussi, selon la même source, qu’à la fin du mandat du Niger, en 2021, le Sénégal reprendra de manière définitive la Présidence de la Commission de l’UEMOA.
 
D’autre part, lit-on sur la note, dans le sens de rééquilibrer la répartition des postes, la Conférence a attribué, avec effet immédiat, « le poste de la présidence du Conseil Régional de l’Epargne publique et des Marchés Financiers au Sénégal. En plus, en octobre 2018, le Sénégal occupera le poste de Vice-Gouverneur de la BCEAO pour un mandat unique ».
 
Pour finir, poursuit la source, la Conférence a enfin salué l’esprit d’ouverture du Président Macky SALL et son leadership dans la sous-région.
02/09/2014 08:06

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants
Quelques membres de la douane Sénégalaise ont été formés la semaine dernière, sur la convention relative aux polluants organiques persistants (Pop) et autre textes sur les produits chimiques. L’intérêt selon Aïta Sarr Seck, chef de la Division prévention et contrôle des pollutions et nuisances à la Direction de l’environnement et des établissements classés, et de restreindre puis éliminer totalement la production, l’utilisation, l’écoulement et le stockage des Pop. 
«Le Sénégal a ratifié la convention de Stockholm depuis 2003, mais il y a d’autres polluants organiques inscrits sur l’ancienne liste et c'est pour cela qu’il est nécessaire de former les agents des douanes sur ces polluants qui sont néfastes pour l’environnement et les êtres humains ». 
Habib Ampa Dieng, chef du bureau du recrutement à la division de la formation, a expliqué qu’il s’agissait lors de cette formation, de sensibiliser sur la convention relative aux polluants, de présenter la convention, ses aspects juridiques les engagements des Etats et plus particulièrement les agents des douanes. Ceci dans le souci que « les agents des douanes sachent reconnaître les polluants lorsqu’ils se présentent à nos frontières et qu’ils aient les bonnes attitudes pour le respect des engagements du Sénégal à l’égard de cette convention internationale » dira t-il. 
Aïta Sarr Seck a signalé que les POP « sont particulièrement préoccupants, en raison de leur persistance et leur grande capacité à se déplacer sur de longues distances...
22/08/2013 23:39

Une Grande Société de la Place recrute : Le Directeur Projets, Formulation, Qualite, Hygiene et Securite Alimentaire

 
                                MISSIONS ET PRINCIPALES RESPONSABILITES
 
Missions :
Construire un projet d’avenir pour le pôle alimentaire. Donner la direction et la maintenir dans les rubriques suivantes :
Conception de nouveau produit
Formulation et biochimie
Qualité
Sécurité alimentaire
Production de produits alimentaires

 
  • Elaborer les stratégies liées à la formulation, création, développement, analyses et caractérisation de produits, ainsi que sur les procédés de production et de conservation des aliments. 
  • Effectuer différentes analyses microbiologiques et biochimiques des composants des produits afin de t’assurer de leur qualité. 
  • Contrôler et de superviser la qualité des aliments transformés ou fabriqués afin qu’ils répondent aux normes gouvernementales et aux politiques de l’entreprise en matière de qualité.
  • Faire appliquer les règlements et les politiques en matière d’hygiène et de salubrité au sein de l’usine et d’en implanter de nouvelles afin de maximiser le processus de qualité des produits.
  • Mettre les processus en conformité à la législation, la réglementation, la toxicité, l'innocuité, et propose des orientations pour utiliser ces avantages pour la stratégie marketing. 
 
Responsabilités :
 
Le Directeur Projets, Formulation, Qualité, Hygiène et Sécurité alimentaire est responsable des points listés ci-après :
 
  • Construire des recettes en fonction des besoins des clients
  • Etude de nouveaux produits, la définition des gammes et de leur évolution, notamment lors des changements importants de composition des formules
  • Contrôle microbiologique des matières premières et produits fabriqués
  • Contrôle qualité sur toute la chaîne de production
  • Construire le plan de nettoyage et désinfection
  • Construire le plan de traçabilité des lots de production
  • Mettre en place un protocole de rappel des produits et de gestion de crise
  • Mettre en place un plan pour la gestion des allergies potentielles
  • Mettre en place un plan de prévention des risques phytosanitaires
  • Mettre en place la démarche HACCP
  • Assurer une veille législative
  • Participer au processus de gestion des réclamations clients
  • Mettre en place protocole de détermination des DLC et DLUO
  • Mettre en place dispositifs et protocoles pour garder les échantillons de produits
  • Mettre en place méthodologie d’analyse sensorielle et tests organoleptiques
  • Mettre en place les procédures de contrôle qualité et s’assurer de leur application
  • S’assurer de la calibration des instruments de mesure-
  • Plan en place un plan d’audit interne processus
  • Participer aux Comités de Pilotage du pôle alimentaire
  • Entretenir des relations régulières avec les partenaires du pôle alimenatire et organismes de recherches extérieures
  • Travailler en étroite collaboration avec la direction commerciale et développement ainsi que le(s) chef(s) produits
  • Travailler en étroite collaboration avec le responsable de la fabrication afin de prendre en compte, dans sa formulation, les contraintes technologiques propre à l’usine.
  • Communiquer en continu avec le responsable des achats
 
Compétences Requises :
Technologie alimentaire, biologie appliquée a la nutrition et alimentation
Technologie des emballages et emballeuses
Gestion des usines alimentaires et performance industrielle
Gestion des processus
Hygiène
Gestion des assets
Innovation et propriété intellectuelle
Gestion des coûts de production
 
Niveau formation
- Ingénieur Bac+4/5 Food processing – Quality - biochimie
- Expérience Professionnelle : 10 ans
 
Langues
- Français : Courant
- Anglais : Courant
 
Veuillez envoyer par E-mail votre dossier de candidature : CV + lettre de motivation en mentionnant le titre du poste à l’objet du courriel à recruteonesn@gmail.com
 
Bamba Toure
28/07/2013 00:40

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute
TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

 

Bamba Toure
13/06/2013 09:14

Une Grande Société de la Place recrute

Une Grande Société de la Place recrute
Bamba Toure
18/05/2013 01:13

COMMUNIQUE DE PRESSE ARTP

L’ARTP ACCOMPAGNE LE PELERINAGE DE POPENGUINE POUR ASSURER UNE BONNE QUALITE DE SERVICE DE TELECOMMUNICATIONS
 
L’ARTP met à la disposition du public :
 
1. Un Numéro Vert : le 800 200 200 
 
Ce numéro vert est destiné aux utilisateurs des services de la téléphonie mobile et Internet  présents à Popenguine durant le Pèlerinage  2013, pour leur permettre de saisir l’ARTP, en cas de dysfonctionnements ou de perturbations sur les réseaux des opérateurs Orange, Tigo ou Expresso.

Vous pourrez appeler gratuitement au 800 200 200 si vous êtes confrontés aux problèmes suivants :
  • difficultés à émettre ou recevoir des appels ;
  • difficultés à envoyer ou recevoir des SMS ;; 
  • difficultés d’accès à Internet à partir de votre téléphone portable ou clé Internet ;
  • coupures de communications ;
  • ou tout autre dysfonctionnement ou perturbation constaté sur les réseaux de téléphonie mobile.
Pour toute autre réclamation (aspects commerciaux, carte de recharge, facturation, restriction d’appel, etc.), veuillez contacter le service client de votre opérateur.  
 
Le numéro 800 200 200 sera opérationnel  du  samedi 18 mai 2013 à partir de 00h au lundi 20 mai 2013 2013 à 23h59mns.
 
2. Une équipe technique de l’ARTP sera également présente en permanence à Popenguine:

Pour s’assurer de la qualité des services offerts par Orange, Tigo et Expresso, l’équipe de l’ARTP effectuera régulièrement des tests qualitatifs à Popenguine et ses environs et sera en contact permanent avec les opérateurs pour veiller à ce qu’ils apportent des solutions adaptées si des perturbations sont constatées. 
 
L’ARTP souhaite un bon pèlerinage marial à la communauté catholique.
 
Abou Lo, Directeur général 
 
Bamba Toure
10/04/2013 22:32

VIP NEWS N°4

VIP NEWS N°4
VIP NEWS N°4
Bamba Toure
25/03/2013 22:48

Communiqué Rewmi

Communiqué Rewmi
Bamba Toure
14/03/2013 23:00

Office National de Formation Professionnelle

Office National de Formation Professionnelle
Bamba Toure
11/03/2013 12:04

RECRUTEMENT ASSISTANT IMMOBILIER

FICHE DE POSTE
 
MISSION

Il aura pour mission d’assister les cadres dirigeants et les consultants du groupe en charge du développement ou de la gestion de projets immobiliers.
Son rôle sera, entre autre de :
  • Organiser, à la demande des chefs de projets, les réunions de travail et de décisions nécessaires à l’avancement des projets, tant en interne au groupe qu’avec des participants extérieurs,
  • Contrôler la bonne exécution des plannings et assurer les relances nécessaires,
  • Veiller à la bonne circulation de l’information,
  • Représenter le groupe à toute réunion organisée par un prestataire extérieur ou sa présence serait souhaitée. Rendre compte de ces réunions,
  • Procéder, à la demande des chefs de projets, à la recherche d’information de toute nature.
 
Il aura également en charge d’entreprendre et de faire aboutir  l’ensemble des démarches administratives et juridiques nécessaires à l’avancement des projets : baux, dossiers d’autorisation de construire, constitution de SCI, relations avec les services fiscaux…
 
Il assurera  enfin la liaison entre le groupe et les notaires et avocats susceptibles d’intervenir sur les projets. 
 
FORMATION/EXPERIENCE
 
De formation juridico /économique, il aura 4 à 5 ans d’expérience professionnelle.
Cette expérience lui aura permis d’acquérir une bonne connaissance du secteur immobilier sénégalais : promoteurs, architectes et bureaux d’études, commercialisateurs,  entreprises de bâtiment, administrations …
 
Le poste est basé à Dakar mais demande une grande disponibilité.
 
Après une période d’activité probante, une évolution de carrière vers des responsabilités accrues pourra être envisagée.
 
Envoyez votre CV : recruteonesn@gmail.com
 
 
Bamba Toure