PASTEF-Les Patriotes ou quand le choix d’une langue devient un acte militant.


PASTEF-Les Patriotes ou quand le choix d’une langue devient un acte militant.
Le dernier discours du Président Macky Sall, tenu le 11 mai 2020, informant les Sénégalais de la décision de l’Etat de les laisser « vivre avec le virus » a naturellement suscité beaucoup de réactions de la part des acteurs politiques, socio-économiques et religieux.

Du leader politique au père de famille quelconque, en passant par les opérateurs économiques et les acteurs du secteur informel, le discours « déconfinant » du Président Macky Sall n’a laissé personne indifférent.
Cependant, de toutes les réactions enregistrées, celle du Président de PASTEF, Ousmane Sonko, reste, encore une fois, celle qui a le plus marqué les esprits mais également les cœurs.

Comme il est de coutume, à chacune de ses sorties, les prolongations vont se jouer instantanément.
C’est en soi une bonne chose car cela participe de la vitalité du jeu politique et nourrit le débat, indispensable dans toute démocratie.

Ainsi, au-delà du verbiage souvent frénétique, voire tendancieux et épidermique, par presse interposée, au point de noyer le fond des questions soulevées, il importe de placer le curseur sur la quintessence des sorties du leader de PASTEF et, surtout, sur ce qui va dans le sens des intérêts des citoyens largement éprouvés, au plan économique, social et psychologique, par cette pandémie.

Le parents d’élèves sont désemparés et habités par le doute, le dilemme même, cherchant désespérément la bonne option entre laisser leur progéniture errer dans les rues et la renvoyer dans les écoles. Les enseignants sont parqués dans les gares routières puis embarqués dans des bus avant d’être convoyés comme des badauds vers leur lieu de service.

Par ce traitement, ceux qui jadis étaient admirés, respectés et choyés par l’ensemble de la société, sont accueillis comme des sujets à risques, colporteurs de la COVID 19. Et ce n’est pas encore la fin d’un processus qui s’est déclenché depuis quelques décennies sur les soldats du savoir assaillis par un déferlement d’humiliation de la part d’une bonne frange de la population.

Le peuple sénégalais, confiné dans la faim et la précarité, attend désespérément le riz de Diop Sy, annoncé en grande pompe, qui traîne toujours quelque part dans l’inconnu. De toute façon, ce peuple, habitué aux fourberies et à la désillusion, ne nourrit aucun espoir d’être servi dans la justice, l’équité et la transparence, autrement dit sans souci d’appartenance politique ou socioprofessionnelle.

Voilà le contexte dans lequel le président Ousmane Sonko a tenu un discours, qui ne fait que confirmer ses craintes (celles de plusieurs compatriotes) distinctement exprimées de voir l’argent glané çà et là dilapidé dans des dépenses de prestige.

Les faits lui ont donné malheureusement raison. Hélas ! La preuve, entre autres, la crise déclenchée dès les premières heures de la mise en place du comité de suivi du fonds force COVID19, ayant conduit à la démission de Monsieur Habib Sy.

Parmi les réactions suscitées par la dernière sortie du président Sonko, celle relative à la question des langues nationales fut particulièrement vive de la part d’une certaine catégorie de la population, auteure ou victime de la manipulation politicienne, dont le but sous-jacent est d’agir sur la conscience des populations sensibles afin de leur faire croire que PASTEF est venu pour mettre la langue nationale wolof au-dessus des autres.

Ce qui est loin de la vérité !

Revenons sur les faits.

Pour comprendre un discours, il faut toujours le ramener dans son contexte, dans un cadre global et non en détacher une partie pour l’analyser comme une entité indépendante.

Après avoir fini de parler en wolof, un journaliste interpelle Sonko pour lui demander de faire une version en français. Celui-ci répond qu’il n’a pas prévu une version française car il s’adresse aux Sénégalais qui, dans leur écrasante majorité, ne comprennent pas la langue officielle du pays. Il opte donc pour s’exprimer dans la langue wolof, celle qui lui permet d’atteindre le maximum de Sénégalais, eu égard au statut de lingua franca que cette langue occupe au Sénégal.

Le but de la communication étant de se faire comprendre ; par conséquent, quoi de plus normal d’utiliser la langue nationale comprise par la majorité des concitoyens.

Cette position salutaire s’inscrit en droite ligne du projet de PASTEF, qui, à son tour s’inspire des visions de nos modèles que sont Cheikh Anta Diop, Mamadou Dia dont le siège de PASTEF porte le nom (Keur Maodo) et Thomas Sankara.

La référence à ces trois géants de l’histoire politique du Sénégal et de l’Afrique n’est ni présomptueuse ni fortuite ; elle constitue un élément indicateur pour comprendre l’esprit et la lettre PASTEF qui prône le Patriotisme, le Travail, l’Ethique et la Fraternité dans la gestion des affaires publiques. Le Patriotisme, condition sine qua non de la réussite de cette vision, qui en est aussi le socle, se retrouve à tous les niveaux : économique, social, politique et culturel, etc.

L’aspect culturel est le point d’orgue, la charpente, le pilier sur lequel s’adosse le Patriotisme.

Tous les peuples développés ont valorisé leur culture, leur civilisation car, comme le dit Cheikh Anta Diop : « une civilisation qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une civilisation atteinte ».

C’est ce que l’Etat soviétique avait compris en misant sur le cinéma, comme moyen d’enseignement et de propagande.

Ainsi, en 1919, un décret de nationalisation du cinéma russe avait été signé. Il s’agissait aussi de refuser le modèle hollywoodien, représentant l’hégémonie culturelle de l’Amérique.

La France, à l’instar de l’Italie, l’Allemagne et l’Angleterre, a connu la renaissance, la période classique et le siècle des lumières, avant d’atteindre la révolution industrielle au XIXe siècle.

Aujourd’hui, si la Chine est respectée, c’est grâce à son niveau de développement qui s’appuie sur un important fond culturel jalousement conservé. D’ailleurs, le mandarin, la langue chinoise est l’une des plus étudiées dans le monde.

En Afrique, Thomas Sankara a fait la même chose en promouvant le Faso Dan Fani, une manière de poser à la fois un acte économique, culturel, politique, révolutionnaire et anti-impérialiste. Ses ailes ont été très tôt brisées mais ce pagne reste encore au centre de la vie culturelle du Burkina Faso et demeure un important symbole. Aujourd’hui, Paul Kagamé, le président rwandais est en train de réussir une ambition similaire.

C’est dans cette perspective qu’il convient d’inscrire le
programme de PASTEF qui est en réalité une révolution culturelle.

Celle-ci a comme vocation de représenter une identité bien sénégalaise et africaine. Cette identité éminemment culturelle, civilisationnelle, est symbolisée par la priorité accordée à nos langues nationales (Sonko a bien dit NOS LANGUES) dans notre communication interne et externe.

Quant à en déduire qu’il s’agit de mettre le wolof au-dessus des autres langues du pays, cela relève de la pure intoxication. Le PASTE serait inconséquent en prônant la mort d’une seule langue du pays, en tant que parti politique qui a comme vocation la protection de notre patrimoine culturel, linguistique et historique.
D’ailleurs, au cours de ladite intervention du président Ousmane Sonko, il n’est nullement question d’opposer le wolof aux autres langues nationales car il s’agit bien d’un refus d’agréer à une demande de traduction de son discours en français.

Par cette réaction, il repose le débat sur nos rapports avec le français, la langue du colonisateur, celle du dominateur que les élites africaines utilisent pour s’adresser à une population majoritairement analphabète, dans le sens où elles n’ont pas fréquenté l’école française ou n’y ont pas passé suffisamment de temps pour comprendre la langue de Molière.

Pour rappel, le PASTEF est l’un des rares partis politiques au Sénégal à traduire systématiquement ses annonces dans les langues nationales, en faisant intervenir des ressources internes du parti qui sont de tous bords.

D’ailleurs, ce n’est pas par hasard qu’après la dernière élection présidentielle, la coalition Jotna, a remercié les Sénégalais dans quasiment toutes les langues du pays.

Actuellement, notre pays en compte environ trente, si l’on tient considère certaines particularités. Ce n’est pas beaucoup, contrairement à plusieurs pays africains comme la Côte d’Ivoire, le Nigéria, le Cameroun, etc.

Après la codification du wolof, du sérer, du pular, du mandingue, du soninké et du diola, les six premières langues nationales, la constitution de 2001 a érigé à ce rang, toute langue désormais codifiée.
Ainsi, en 2004, vingt-deux langues ont été codifiées et, actuellement, il en reste très peu.

Toujours est-il que le débat sur les langues nationales n’est pas posé par le président Ousmane Sonko. Orienter son intervention dans ce sens relève de la pure manipulation et d’une volonté malsaine de trouver un prétexte pour décrédibiliser un adversaire politique coriace.

Les Sénégalais n’ont jamais cédé à ces pratiques malsaines et ce n’est pas maintenant que ce sera le cas.

Ce que PASTEF a l’intention de faire, c’est de renforcer les politiques linguistiques visant à valoriser les langues et les cultures locales, en mettant en œuvre toute la volonté politique nécessaire (qui manque toujours) afin que les travaux pertinents en cours de réalisation au niveau des instances académiques (laboratoires de langues, académie des langues nationales,…) soient achevés et appliqués dans le respect de la diversité et du pluralisme linguistique qui constitue un signe de richesse, de vitalité et de créativité des peuples qui composent un pays et non une source de division et d’instabilité, conséquence d’une graine empoisonnée savamment plantée en Afrique dans le but unique de dresser Africains les uns contre les autres afin d’ouvrir la voie au pillage des ressources naturelles de ce continent.

En définitive, nous pouvons dire que l’acte posé par le président Ousmane Sonko n’est ni plus ni moins que l’affirmation d’un combat pour la souveraineté linguistique, celle de choisir quelle (s)langue (s) parler et qui est aussi valable que celle monétaire. En posant la problématique du choix de la langue de communication, le leader de PASTEF ne fait que s’inscrire dans la logique du combat politique des patriotes qui, de ce point de vue, s’inspire des idéaux de Cheikh Anta Diop qui a toujours dénoncé le complexe linguistique sidérant qui anime notre élite et surtout nos hommes politiques, qui se ridiculisent en s’adressant aux populations dans une langue qu’elles ignorent complètement.

Ce choix n’exclut nullement la diversité qui est même encouragée. Il ne s’agit même pas de « tuer » le français qui déjà, fait partie de notre histoire.
Il est simplement question de revoir nos rapports avec cette langue léguée par le colonisateur, surtout du statut de nos langues locales dans le système éducatif et dans notre communication quotidienne.

Amadou SOW
Mouvement national des Cadres patriotes
(MONCAP)
Ecole du Parti
PASTEF


Lundi 1 Juin 2020 - 10:58





Actualité en Afrique : environnement, énergies renouvelables, climat


Setal People - 09/07/2020 - 0 Commentaire

Kendall et Kylie Jenner accusées de ne plus payer leurs employés au Bangladesh depuis le coronavirus

La Reine Elizabeth “cruelle et sans pitié”: “Pour Harry et Meghan, c’est comme la prison à perpétuité”

09/07/2020 - 0 Commentaire

La tendre déclaration d’amour de Hélène Sy à Omar Sy pour leurs 13 ans de mariage

08/07/2020 - 0 Commentaire

Kanye West candidat à la Maison Blanche? Trump suit avec attention

08/07/2020 - 0 Commentaire

Affaire de faux billets de banque / Après sa condamnation: Thione Seck renonce à sa volonté de pourvoir en cassation

07/07/2020 - 0 Commentaire








Google+


Partager ce site




11/04/2017 08:33

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement
Abdallah Boureima est le nouveau président de la commission de l'UEMOA. Le Nigérien a été désigné, ce matin, en Côte d'Ivoire, par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA, réunis en session extraordinaire.
 
Mais selon une note de la Présidence, c’est le Président de la République Macky Sall qui « dans un esprit de solidarité et de fraternité et dans le souci de permettre la poursuite du bon fonctionnement de l’Union » qui a répondu favorablement à la sollicitation de ses pairs pour l’attribution jusqu’en 2021, de la Présidence de la Commission de l’UEMOA au Niger, soit pour un mandat unique.
 
La Conférence a décidé aussi, selon la même source, qu’à la fin du mandat du Niger, en 2021, le Sénégal reprendra de manière définitive la Présidence de la Commission de l’UEMOA.
 
D’autre part, lit-on sur la note, dans le sens de rééquilibrer la répartition des postes, la Conférence a attribué, avec effet immédiat, « le poste de la présidence du Conseil Régional de l’Epargne publique et des Marchés Financiers au Sénégal. En plus, en octobre 2018, le Sénégal occupera le poste de Vice-Gouverneur de la BCEAO pour un mandat unique ».
 
Pour finir, poursuit la source, la Conférence a enfin salué l’esprit d’ouverture du Président Macky SALL et son leadership dans la sous-région.
02/09/2014 08:06

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants
Quelques membres de la douane Sénégalaise ont été formés la semaine dernière, sur la convention relative aux polluants organiques persistants (Pop) et autre textes sur les produits chimiques. L’intérêt selon Aïta Sarr Seck, chef de la Division prévention et contrôle des pollutions et nuisances à la Direction de l’environnement et des établissements classés, et de restreindre puis éliminer totalement la production, l’utilisation, l’écoulement et le stockage des Pop. 
«Le Sénégal a ratifié la convention de Stockholm depuis 2003, mais il y a d’autres polluants organiques inscrits sur l’ancienne liste et c'est pour cela qu’il est nécessaire de former les agents des douanes sur ces polluants qui sont néfastes pour l’environnement et les êtres humains ». 
Habib Ampa Dieng, chef du bureau du recrutement à la division de la formation, a expliqué qu’il s’agissait lors de cette formation, de sensibiliser sur la convention relative aux polluants, de présenter la convention, ses aspects juridiques les engagements des Etats et plus particulièrement les agents des douanes. Ceci dans le souci que « les agents des douanes sachent reconnaître les polluants lorsqu’ils se présentent à nos frontières et qu’ils aient les bonnes attitudes pour le respect des engagements du Sénégal à l’égard de cette convention internationale » dira t-il. 
Aïta Sarr Seck a signalé que les POP « sont particulièrement préoccupants, en raison de leur persistance et leur grande capacité à se déplacer sur de longues distances...
22/08/2013 23:39

Une Grande Société de la Place recrute : Le Directeur Projets, Formulation, Qualite, Hygiene et Securite Alimentaire

 
                                MISSIONS ET PRINCIPALES RESPONSABILITES
 
Missions :
Construire un projet d’avenir pour le pôle alimentaire. Donner la direction et la maintenir dans les rubriques suivantes :
Conception de nouveau produit
Formulation et biochimie
Qualité
Sécurité alimentaire
Production de produits alimentaires

 
  • Elaborer les stratégies liées à la formulation, création, développement, analyses et caractérisation de produits, ainsi que sur les procédés de production et de conservation des aliments. 
  • Effectuer différentes analyses microbiologiques et biochimiques des composants des produits afin de t’assurer de leur qualité. 
  • Contrôler et de superviser la qualité des aliments transformés ou fabriqués afin qu’ils répondent aux normes gouvernementales et aux politiques de l’entreprise en matière de qualité.
  • Faire appliquer les règlements et les politiques en matière d’hygiène et de salubrité au sein de l’usine et d’en implanter de nouvelles afin de maximiser le processus de qualité des produits.
  • Mettre les processus en conformité à la législation, la réglementation, la toxicité, l'innocuité, et propose des orientations pour utiliser ces avantages pour la stratégie marketing. 
 
Responsabilités :
 
Le Directeur Projets, Formulation, Qualité, Hygiène et Sécurité alimentaire est responsable des points listés ci-après :
 
  • Construire des recettes en fonction des besoins des clients
  • Etude de nouveaux produits, la définition des gammes et de leur évolution, notamment lors des changements importants de composition des formules
  • Contrôle microbiologique des matières premières et produits fabriqués
  • Contrôle qualité sur toute la chaîne de production
  • Construire le plan de nettoyage et désinfection
  • Construire le plan de traçabilité des lots de production
  • Mettre en place un protocole de rappel des produits et de gestion de crise
  • Mettre en place un plan pour la gestion des allergies potentielles
  • Mettre en place un plan de prévention des risques phytosanitaires
  • Mettre en place la démarche HACCP
  • Assurer une veille législative
  • Participer au processus de gestion des réclamations clients
  • Mettre en place protocole de détermination des DLC et DLUO
  • Mettre en place dispositifs et protocoles pour garder les échantillons de produits
  • Mettre en place méthodologie d’analyse sensorielle et tests organoleptiques
  • Mettre en place les procédures de contrôle qualité et s’assurer de leur application
  • S’assurer de la calibration des instruments de mesure-
  • Plan en place un plan d’audit interne processus
  • Participer aux Comités de Pilotage du pôle alimentaire
  • Entretenir des relations régulières avec les partenaires du pôle alimenatire et organismes de recherches extérieures
  • Travailler en étroite collaboration avec la direction commerciale et développement ainsi que le(s) chef(s) produits
  • Travailler en étroite collaboration avec le responsable de la fabrication afin de prendre en compte, dans sa formulation, les contraintes technologiques propre à l’usine.
  • Communiquer en continu avec le responsable des achats
 
Compétences Requises :
Technologie alimentaire, biologie appliquée a la nutrition et alimentation
Technologie des emballages et emballeuses
Gestion des usines alimentaires et performance industrielle
Gestion des processus
Hygiène
Gestion des assets
Innovation et propriété intellectuelle
Gestion des coûts de production
 
Niveau formation
- Ingénieur Bac+4/5 Food processing – Quality - biochimie
- Expérience Professionnelle : 10 ans
 
Langues
- Français : Courant
- Anglais : Courant
 
Veuillez envoyer par E-mail votre dossier de candidature : CV + lettre de motivation en mentionnant le titre du poste à l’objet du courriel à recruteonesn@gmail.com
 
Bamba Toure
28/07/2013 00:40

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute
TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

 

Bamba Toure
13/06/2013 09:14

Une Grande Société de la Place recrute

Une Grande Société de la Place recrute
Bamba Toure
18/05/2013 01:13

COMMUNIQUE DE PRESSE ARTP

L’ARTP ACCOMPAGNE LE PELERINAGE DE POPENGUINE POUR ASSURER UNE BONNE QUALITE DE SERVICE DE TELECOMMUNICATIONS
 
L’ARTP met à la disposition du public :
 
1. Un Numéro Vert : le 800 200 200 
 
Ce numéro vert est destiné aux utilisateurs des services de la téléphonie mobile et Internet  présents à Popenguine durant le Pèlerinage  2013, pour leur permettre de saisir l’ARTP, en cas de dysfonctionnements ou de perturbations sur les réseaux des opérateurs Orange, Tigo ou Expresso.

Vous pourrez appeler gratuitement au 800 200 200 si vous êtes confrontés aux problèmes suivants :
  • difficultés à émettre ou recevoir des appels ;
  • difficultés à envoyer ou recevoir des SMS ;; 
  • difficultés d’accès à Internet à partir de votre téléphone portable ou clé Internet ;
  • coupures de communications ;
  • ou tout autre dysfonctionnement ou perturbation constaté sur les réseaux de téléphonie mobile.
Pour toute autre réclamation (aspects commerciaux, carte de recharge, facturation, restriction d’appel, etc.), veuillez contacter le service client de votre opérateur.  
 
Le numéro 800 200 200 sera opérationnel  du  samedi 18 mai 2013 à partir de 00h au lundi 20 mai 2013 2013 à 23h59mns.
 
2. Une équipe technique de l’ARTP sera également présente en permanence à Popenguine:

Pour s’assurer de la qualité des services offerts par Orange, Tigo et Expresso, l’équipe de l’ARTP effectuera régulièrement des tests qualitatifs à Popenguine et ses environs et sera en contact permanent avec les opérateurs pour veiller à ce qu’ils apportent des solutions adaptées si des perturbations sont constatées. 
 
L’ARTP souhaite un bon pèlerinage marial à la communauté catholique.
 
Abou Lo, Directeur général 
 
Bamba Toure
10/04/2013 22:32

VIP NEWS N°4

VIP NEWS N°4
VIP NEWS N°4
Bamba Toure
25/03/2013 22:48

Communiqué Rewmi

Communiqué Rewmi
Bamba Toure
14/03/2013 23:00

Office National de Formation Professionnelle

Office National de Formation Professionnelle
Bamba Toure
11/03/2013 12:04

RECRUTEMENT ASSISTANT IMMOBILIER

FICHE DE POSTE
 
MISSION

Il aura pour mission d’assister les cadres dirigeants et les consultants du groupe en charge du développement ou de la gestion de projets immobiliers.
Son rôle sera, entre autre de :
  • Organiser, à la demande des chefs de projets, les réunions de travail et de décisions nécessaires à l’avancement des projets, tant en interne au groupe qu’avec des participants extérieurs,
  • Contrôler la bonne exécution des plannings et assurer les relances nécessaires,
  • Veiller à la bonne circulation de l’information,
  • Représenter le groupe à toute réunion organisée par un prestataire extérieur ou sa présence serait souhaitée. Rendre compte de ces réunions,
  • Procéder, à la demande des chefs de projets, à la recherche d’information de toute nature.
 
Il aura également en charge d’entreprendre et de faire aboutir  l’ensemble des démarches administratives et juridiques nécessaires à l’avancement des projets : baux, dossiers d’autorisation de construire, constitution de SCI, relations avec les services fiscaux…
 
Il assurera  enfin la liaison entre le groupe et les notaires et avocats susceptibles d’intervenir sur les projets. 
 
FORMATION/EXPERIENCE
 
De formation juridico /économique, il aura 4 à 5 ans d’expérience professionnelle.
Cette expérience lui aura permis d’acquérir une bonne connaissance du secteur immobilier sénégalais : promoteurs, architectes et bureaux d’études, commercialisateurs,  entreprises de bâtiment, administrations …
 
Le poste est basé à Dakar mais demande une grande disponibilité.
 
Après une période d’activité probante, une évolution de carrière vers des responsabilités accrues pourra être envisagée.
 
Envoyez votre CV : recruteonesn@gmail.com
 
 
Bamba Toure