Guinée – Rachid Ndiaye : « Alpha Condé est favori : il n’a donc aucun intérêt à ce qu’il y ait des violences »

Candidat à un troisième mandat, Alpha Condé affrontera dimanche onze candidats de l’opposition. À l’issue d’une campagne tendue, le ministre d’État Rachid Ndiaye l’affirme : « Alpha Condé considère que le plus important, c’est que le peuple puisse s’exprimer et juger, loin du spectre de la violence ou de la dérive communautaire ».


Guinée – Rachid Ndiaye : « Alpha Condé est favori : il n’a donc aucun intérêt à ce qu’il y ait des violences »
Après une première victoire au second tour en 2010 et son « coup KO » de 2015, Alpha Condé est à nouveau candidat. Après les manifestations contre sa candidature à un troisième mandat, jugée « illégale » par l’opposition, les électeurs se rendront aux urnes, ce dimanche 18 octobre, pour trancher ce qui prend des airs de duel entre deux hommes : Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo.
 
La campagne, qui se clôt ce vendredi soir, a été marquée par plusieurs incidents violents. Dans la nuit de jeudi, un colonel de l’armée a été tué dans le camp militaire de Samoreyah, à Kindia, à une centaine de kilomètres de Conakry, où le centre-ville a été bloqué dans la matinée. Une situation désormais « sous contrôle », a néanmoins affirmé le ministre de la Défense Mohamed Diané.
 
Rachid Ndiaye, ministre d’État et conseiller politique du président guinéen, revient pour Jeune Afrique sur cette campagne présidentielle. Il défend « la consolidation du processus démocratique et du pluralisme » et « le rétablissement des équilibres économiques » à mettre au crédit d’Alpha Condé. « Ce sont à la fois des éléments de bilan et de programme », souligne Rachid Ndiaye, qui réaffirme en outre le caractère libre et transparent du scrutin qui se tiendra dimanche.
 
Rachid Ndiaye, ministre d’État et conseiller du président Alpha Condé, en janvier 2018 à Paris.
 
Jeune Afrique : À quelques jours du premier tour, Cellou Dalein Diallo revendique une forte popularité dans les régions historiquement acquises à Alpha Condé. Le RPG est-il en train de perdre du terrain dans ses fiefs traditionnels ?
 
 
Rachid Ndiaye : Je ne le pense pas. Alpha Condé conserve un impact et un poids politique sur les trois-quarts des régions. Ses différents scores électoraux depuis 2010 sont répartis sur l’ensemble du territoire national. Ce n’est pas le cas pour nos adversaires, quoiqu’ils en disent. Il y a un espèce de catéchisme de l’opposition, qui dit qu’ils sont représentés partout. C’est de la surenchère. Vous verrez, dans cette élection, que les bons résultats de Cellou Dalein Diallo seront concentrés dans certaines régions, au contraire d’Alpha Condé.
 
Il y a pourtant eu des manifestations à Kankan, fief d’Alpha Condé, liées à des délestages en série…
 
Le problème des délestages ne concerne pas qu’une seule ville ou qu’une seule région. Des difficultés liées à la fourniture d’électricité subsistent dans le pays, même si, en dix ans, la capacité énergétique du pays s’est accrue, passant de 100 mégawatts en 2010, contre le triple ou le quadruple aujourd’hui, avec la construction du barrage de Kaléta et celui de Souapiti. Je crois que l’UFDG a utilisé cet épiphénomène pour toucher les régions où l’exploitation énergétique reste limitée.
 
Le cortège de Cellou Dalein Diallo a été bloqué dimanche 11 octobre alors qu’il voulait se rendre à Kankan. Comment expliquez-vous qu’un candidat ne puisse pas accéder à la deuxième ville de Guinée pour y tenir son meeting à quelques jours d’une élection présidentielle ? Et comment éviter de tels débordements de violence ?
 
Les évènements de cette nature n’ont pas commencé à Kankan. Ils ont d’abord débuté à Labé, à Pita [Moyenne-Guinée] et à Dalaba [région de Mamou], lors de la visite du Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana. Son cortège a été pris à partie et il y a eu des violences, des bâtiments administratifs détruits. Je crois que ceux qui sont à l’origine de cette violence-là voulaient, justement, provoquer une réaction de leurs adversaires.
 
 
C’est dans ce sens que le président a appelé la population au calme, tout comme l’a fait Cellou Dalein Diallo. Dans une telle situation, Alpha Condé, qui est favori, n’a pas intérêt à ce qu’il y ait des violences. Mais les militants ne respectent pas toujours ces rappels à l’ordre.
 
Que pensez-vous des propos récents de Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), qui s’est inquiétée de « propos incendiaires des acteurs politiques » guinéens qui « exacerbent les tensions ethniques » et a évoqué de possibles poursuites ?
 
Des poursuites sur quelles bases ? La CPI ne s’occupe que des crimes contre l’humanité. Nous ne sommes pas dans ce cadre-là. Si la CPI doit intervenir partout où il y a une élection, vous pensez bien qu’elle aura plus de travail qu’elle n’en a maintenant. Cela ne correspond pas à son cahier des charges.
 
Fatou Bensouda a d’ailleurs rappelé que son bureau « insistait » pour que se tienne le procès des accusés dans l’affaire du massacre du 28 septembre 2009. Aura-t-il lieu bientôt ?
 
Ce massacre du 28 septembre est le fait d’une transition militaire, entre 2008 et 2010, pendant laquelle le président de la République était un opposant. Ces évènements ne lui sont pas imputables. La CPI ne s’est pas saisie de cette affaire, gérée par des juridictions internes. Le ministre de la Justice, Mory Doumbouya, a expliqué que son équipe est en train de surmonter les dernières pesanteurs, mais le procès aura bien lieu.
 
Une délégation conjointe de la Cedeao, des Nations unies et de l’Union africaine était à Conakry les 1er et 2 octobre. Cette visite a-t-elle permis de résoudre certaines tensions ?
 
La délégation était venue s’enquérir de la tenue du processus électoral et des questions relatives au fichier électoral, qui avait posé quelques difficultés lors du double scrutin de mars. Elle considère aujourd’hui que le fichier est fiable. La querelle sur cette question-là, une question fondamentale, est résolue pour le scrutin du 18 octobre.
 
L’opposition estime pourtant que le problème n’est pas entièrement résolu, et que certaines régions favorables à Alpha Condé comptent un nombre disproportionné d’électeurs.
 
La Ceni est composée sur une base paritaire : des représentants de l’opposition, de la majorité, et un président issu de la société civile. On ne peut pas appartenir à une instance et, en même temps, ne pas reconnaître la décision qu’elle livre.
 
L’indépendance de la Ceni relève de la loi. Elle est seule en charge de la supervision et de l’organisation de l’élection. L’opposition considérait que l’État n’était pas neutre et qu’il fallait mettre une commission en place sur une base paritaire. La commission installée, ils ne sont pas satisfaits. Que faire ? Il faudrait que ce soit l’opposition qui organise l’élection pour qu’elle soit crédible ?
 
Alpha Condé a été confronté à une mobilisation de grande ampleur contre sa candidature à un troisième mandat. Comment abordez-vous ce contexte électoral tendu ?
 
Notre élection est inclusive. En Guinée, aucun homme politique n’a été exclu des listes électorales pour des questions politiques, administratives, ou des questions de présence sur le territoire… En Côte d’Ivoire, sur 44 candidatures, quatre ont été validées à la fin. Le président Alpha Condé considère que le plus important, c’est que le peuple puisse s’exprimer et juger, loin du spectre de la violence ou de la dérive communautaire. C’est de voir qui le peuple a choisi pour le gouverner.
 
Quel que soit le vainqueur de l’élection ?
 
Quel que soit le vainqueur.
 
L’opposition critique l’attribution de certains marchés miniers, et réclame un audit sur les conventions signées ces dernières années. La transparence est-elle respectée dans ce secteur ? 
 
Le secteur minier est celui qui connaît le plus de transparence. Tous les contrats sont accessibles à tout le monde, ils ont été établis sur la base d’appels d’offres proprement établis. Évidemment, un opposant est dans son rôle quand il considère qu’il faut porter un regard le plus critique possible sur les projets du pays, mais les rapports du FMI, de la Banque mondiale et de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Itie) sont tous rassurants sur ce point.  


Samedi 17 Octobre 2020 - 09:17





Actualité en Afrique : environnement, énergies renouvelables, climat


Setal People - 20/10/2020 - 0 Commentaire

“C’est dur de se passer de sexe”, Cardi B renonce à divorcer de son mari infidèle

Pourquoi cette tenue de Kate Middleton a étonné la toile

18/10/2020 - 0 Commentaire

Éducation : Le Sénégal honoré aux Usa. Ndèye Fatou Bitèye, de père et de mère d’origine sénégalaise, remporte le trophée de « USA SLAM NATIONAL POESY 2020 »

17/10/2020 - 0 Commentaire

Crime de faune : Un trafiquant de perroquets protégés interpellé à Thiaroye

15/10/2020 - 0 Commentaire

Didier Drogba et sa compagne sur le point de divorcer

13/10/2020 - 0 Commentaire








Google+


Partager ce site




11/04/2017 08:33

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement
Abdallah Boureima est le nouveau président de la commission de l'UEMOA. Le Nigérien a été désigné, ce matin, en Côte d'Ivoire, par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA, réunis en session extraordinaire.
 
Mais selon une note de la Présidence, c’est le Président de la République Macky Sall qui « dans un esprit de solidarité et de fraternité et dans le souci de permettre la poursuite du bon fonctionnement de l’Union » qui a répondu favorablement à la sollicitation de ses pairs pour l’attribution jusqu’en 2021, de la Présidence de la Commission de l’UEMOA au Niger, soit pour un mandat unique.
 
La Conférence a décidé aussi, selon la même source, qu’à la fin du mandat du Niger, en 2021, le Sénégal reprendra de manière définitive la Présidence de la Commission de l’UEMOA.
 
D’autre part, lit-on sur la note, dans le sens de rééquilibrer la répartition des postes, la Conférence a attribué, avec effet immédiat, « le poste de la présidence du Conseil Régional de l’Epargne publique et des Marchés Financiers au Sénégal. En plus, en octobre 2018, le Sénégal occupera le poste de Vice-Gouverneur de la BCEAO pour un mandat unique ».
 
Pour finir, poursuit la source, la Conférence a enfin salué l’esprit d’ouverture du Président Macky SALL et son leadership dans la sous-région.
02/09/2014 08:06

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants
Quelques membres de la douane Sénégalaise ont été formés la semaine dernière, sur la convention relative aux polluants organiques persistants (Pop) et autre textes sur les produits chimiques. L’intérêt selon Aïta Sarr Seck, chef de la Division prévention et contrôle des pollutions et nuisances à la Direction de l’environnement et des établissements classés, et de restreindre puis éliminer totalement la production, l’utilisation, l’écoulement et le stockage des Pop. 
«Le Sénégal a ratifié la convention de Stockholm depuis 2003, mais il y a d’autres polluants organiques inscrits sur l’ancienne liste et c'est pour cela qu’il est nécessaire de former les agents des douanes sur ces polluants qui sont néfastes pour l’environnement et les êtres humains ». 
Habib Ampa Dieng, chef du bureau du recrutement à la division de la formation, a expliqué qu’il s’agissait lors de cette formation, de sensibiliser sur la convention relative aux polluants, de présenter la convention, ses aspects juridiques les engagements des Etats et plus particulièrement les agents des douanes. Ceci dans le souci que « les agents des douanes sachent reconnaître les polluants lorsqu’ils se présentent à nos frontières et qu’ils aient les bonnes attitudes pour le respect des engagements du Sénégal à l’égard de cette convention internationale » dira t-il. 
Aïta Sarr Seck a signalé que les POP « sont particulièrement préoccupants, en raison de leur persistance et leur grande capacité à se déplacer sur de longues distances...
22/08/2013 23:39

Une Grande Société de la Place recrute : Le Directeur Projets, Formulation, Qualite, Hygiene et Securite Alimentaire

 
                                MISSIONS ET PRINCIPALES RESPONSABILITES
 
Missions :
Construire un projet d’avenir pour le pôle alimentaire. Donner la direction et la maintenir dans les rubriques suivantes :
Conception de nouveau produit
Formulation et biochimie
Qualité
Sécurité alimentaire
Production de produits alimentaires

 
  • Elaborer les stratégies liées à la formulation, création, développement, analyses et caractérisation de produits, ainsi que sur les procédés de production et de conservation des aliments. 
  • Effectuer différentes analyses microbiologiques et biochimiques des composants des produits afin de t’assurer de leur qualité. 
  • Contrôler et de superviser la qualité des aliments transformés ou fabriqués afin qu’ils répondent aux normes gouvernementales et aux politiques de l’entreprise en matière de qualité.
  • Faire appliquer les règlements et les politiques en matière d’hygiène et de salubrité au sein de l’usine et d’en implanter de nouvelles afin de maximiser le processus de qualité des produits.
  • Mettre les processus en conformité à la législation, la réglementation, la toxicité, l'innocuité, et propose des orientations pour utiliser ces avantages pour la stratégie marketing. 
 
Responsabilités :
 
Le Directeur Projets, Formulation, Qualité, Hygiène et Sécurité alimentaire est responsable des points listés ci-après :
 
  • Construire des recettes en fonction des besoins des clients
  • Etude de nouveaux produits, la définition des gammes et de leur évolution, notamment lors des changements importants de composition des formules
  • Contrôle microbiologique des matières premières et produits fabriqués
  • Contrôle qualité sur toute la chaîne de production
  • Construire le plan de nettoyage et désinfection
  • Construire le plan de traçabilité des lots de production
  • Mettre en place un protocole de rappel des produits et de gestion de crise
  • Mettre en place un plan pour la gestion des allergies potentielles
  • Mettre en place un plan de prévention des risques phytosanitaires
  • Mettre en place la démarche HACCP
  • Assurer une veille législative
  • Participer au processus de gestion des réclamations clients
  • Mettre en place protocole de détermination des DLC et DLUO
  • Mettre en place dispositifs et protocoles pour garder les échantillons de produits
  • Mettre en place méthodologie d’analyse sensorielle et tests organoleptiques
  • Mettre en place les procédures de contrôle qualité et s’assurer de leur application
  • S’assurer de la calibration des instruments de mesure-
  • Plan en place un plan d’audit interne processus
  • Participer aux Comités de Pilotage du pôle alimentaire
  • Entretenir des relations régulières avec les partenaires du pôle alimenatire et organismes de recherches extérieures
  • Travailler en étroite collaboration avec la direction commerciale et développement ainsi que le(s) chef(s) produits
  • Travailler en étroite collaboration avec le responsable de la fabrication afin de prendre en compte, dans sa formulation, les contraintes technologiques propre à l’usine.
  • Communiquer en continu avec le responsable des achats
 
Compétences Requises :
Technologie alimentaire, biologie appliquée a la nutrition et alimentation
Technologie des emballages et emballeuses
Gestion des usines alimentaires et performance industrielle
Gestion des processus
Hygiène
Gestion des assets
Innovation et propriété intellectuelle
Gestion des coûts de production
 
Niveau formation
- Ingénieur Bac+4/5 Food processing – Quality - biochimie
- Expérience Professionnelle : 10 ans
 
Langues
- Français : Courant
- Anglais : Courant
 
Veuillez envoyer par E-mail votre dossier de candidature : CV + lettre de motivation en mentionnant le titre du poste à l’objet du courriel à recruteonesn@gmail.com
 
Bamba Toure
28/07/2013 00:40

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute
TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

 

Bamba Toure
13/06/2013 09:14

Une Grande Société de la Place recrute

Une Grande Société de la Place recrute
Bamba Toure
18/05/2013 01:13

COMMUNIQUE DE PRESSE ARTP

L’ARTP ACCOMPAGNE LE PELERINAGE DE POPENGUINE POUR ASSURER UNE BONNE QUALITE DE SERVICE DE TELECOMMUNICATIONS
 
L’ARTP met à la disposition du public :
 
1. Un Numéro Vert : le 800 200 200 
 
Ce numéro vert est destiné aux utilisateurs des services de la téléphonie mobile et Internet  présents à Popenguine durant le Pèlerinage  2013, pour leur permettre de saisir l’ARTP, en cas de dysfonctionnements ou de perturbations sur les réseaux des opérateurs Orange, Tigo ou Expresso.

Vous pourrez appeler gratuitement au 800 200 200 si vous êtes confrontés aux problèmes suivants :
  • difficultés à émettre ou recevoir des appels ;
  • difficultés à envoyer ou recevoir des SMS ;; 
  • difficultés d’accès à Internet à partir de votre téléphone portable ou clé Internet ;
  • coupures de communications ;
  • ou tout autre dysfonctionnement ou perturbation constaté sur les réseaux de téléphonie mobile.
Pour toute autre réclamation (aspects commerciaux, carte de recharge, facturation, restriction d’appel, etc.), veuillez contacter le service client de votre opérateur.  
 
Le numéro 800 200 200 sera opérationnel  du  samedi 18 mai 2013 à partir de 00h au lundi 20 mai 2013 2013 à 23h59mns.
 
2. Une équipe technique de l’ARTP sera également présente en permanence à Popenguine:

Pour s’assurer de la qualité des services offerts par Orange, Tigo et Expresso, l’équipe de l’ARTP effectuera régulièrement des tests qualitatifs à Popenguine et ses environs et sera en contact permanent avec les opérateurs pour veiller à ce qu’ils apportent des solutions adaptées si des perturbations sont constatées. 
 
L’ARTP souhaite un bon pèlerinage marial à la communauté catholique.
 
Abou Lo, Directeur général 
 
Bamba Toure
10/04/2013 22:32

VIP NEWS N°4

VIP NEWS N°4
VIP NEWS N°4
Bamba Toure
25/03/2013 22:48

Communiqué Rewmi

Communiqué Rewmi
Bamba Toure
14/03/2013 23:00

Office National de Formation Professionnelle

Office National de Formation Professionnelle
Bamba Toure
11/03/2013 12:04

RECRUTEMENT ASSISTANT IMMOBILIER

FICHE DE POSTE
 
MISSION

Il aura pour mission d’assister les cadres dirigeants et les consultants du groupe en charge du développement ou de la gestion de projets immobiliers.
Son rôle sera, entre autre de :
  • Organiser, à la demande des chefs de projets, les réunions de travail et de décisions nécessaires à l’avancement des projets, tant en interne au groupe qu’avec des participants extérieurs,
  • Contrôler la bonne exécution des plannings et assurer les relances nécessaires,
  • Veiller à la bonne circulation de l’information,
  • Représenter le groupe à toute réunion organisée par un prestataire extérieur ou sa présence serait souhaitée. Rendre compte de ces réunions,
  • Procéder, à la demande des chefs de projets, à la recherche d’information de toute nature.
 
Il aura également en charge d’entreprendre et de faire aboutir  l’ensemble des démarches administratives et juridiques nécessaires à l’avancement des projets : baux, dossiers d’autorisation de construire, constitution de SCI, relations avec les services fiscaux…
 
Il assurera  enfin la liaison entre le groupe et les notaires et avocats susceptibles d’intervenir sur les projets. 
 
FORMATION/EXPERIENCE
 
De formation juridico /économique, il aura 4 à 5 ans d’expérience professionnelle.
Cette expérience lui aura permis d’acquérir une bonne connaissance du secteur immobilier sénégalais : promoteurs, architectes et bureaux d’études, commercialisateurs,  entreprises de bâtiment, administrations …
 
Le poste est basé à Dakar mais demande une grande disponibilité.
 
Après une période d’activité probante, une évolution de carrière vers des responsabilités accrues pourra être envisagée.
 
Envoyez votre CV : recruteonesn@gmail.com
 
 
Bamba Toure