Dix grandes figures du rap sénégalais depuis 30 ans


Dix grandes figures du rap sénégalais depuis 30 ans

Plusieurs évènements seront organisés durant toute l'année 2018 pour marquer "30 ans de hip hop Galsen" (Galsen, Sénégal en verlan) à l'initiative de l'association Africulturban, dédiée aux cultures urbaines. L'occasion pour RFI Musique de faire un point sur les personnalités qui ont marqué ce courant musical pendant 3 décennies.

Le 10 février prochain, "La Grande Nuit du Rap" doit rassembler sur scène à Dakar Matador, la fine fleur du genre, Nix, Keur Gui, Hardcore Side, et Fukk N Kukk, une affiche mêlant pionniers, seniors et jeunes groupes, comme l'indique Amadou Fall Ba, 36 ans, coordonnateur d'Africulturban.

Quand vous interrogez les mélomanes au Sénégal sur les plus grandes figures du hip hop dans le pays, certains noms sont régulièrement évoqués. Les acteurs du secteur, eux, en citent d'autres, plus ou moins connus du grand public, qualifiés d'"incontournables" par Keyti, rappeur respecté dans son pays et à l'étranger. Sélection de personnalités ayant marqué le mouvement au Sénégal.

Les figures les plus citées

Pour Keyti, "il y a clairement 2 ou 3 générations qui ont été façonnées" par quatre groupes : PBS, Daara J, Pee Froiss et Rapadio, qui "ont eu des impacts différents, mais ont tous donné une direction et permis une redéfinition de l'identité du rap sénégalais."

PBS (Positive Black Soul)

Créé en 1989 par DJ Awadi (Didier Awadi) et Duggy-Tee (Amadou Barry), ce groupe est considéré par beaucoup comme le "possee" précurseur, avec un mot d'ordre devenu célèbre : "Boul falé" ("Ne t'occupe pas", en wolof), invitant alors les jeunes à ne pas compter sur les politiciens et à se prendre eux-mêmes en charge. Au fil des ans, il a vu ses rangs grossir de nouveaux membres puis se dégarnir, tout en permettant au duo initial de mener des carrières solos. Awadi et Duggy-Tee sont remontés ensemble sur scène en décembre 2014 à Dakar pour célébrer les 25 ans d'existence de PBS. "Je ne suis pas sûr que le rap serait là aujourd'hui sans PBS. Pour moi, c'est un patrimoine", dit M. Ba.

Rapadio

Fondé notamment par Keyti (Cheikh Sène), Kool Kock 6 (Babacar Diagne), Bibson puis Iba, ce groupe était considéré comme faisant partie de la mouvance "hardcore", tranchant par ses textes et la qualité de son écriture sans concession avec d'autres collectifs existant au même moment, mais Rapadio aujourd'hui n'existe plus.

Pee-Froiss 

Créé en 1993 notamment par Xuman (Makhtar Fall), Daddy Bibson et DJ Gee Bayss (Georges Martin Lopis), il a été rejoint par d'autres et était aussi réputé pour son rap engagé et virulent. Le groupe a disparu de la scène sénégalaise.

Daara J / Daara J Family

Lancé en 1992 par Faada Freddy (Abdou Fatah Seck), Ndongo D (Mamadou Lamine Seck) et Lord Alajiman (El Hadji Mansour Jacques Sagna) ainsi que par DJ Makhtar (ou Makhou, Makhtar Diop), c'est aujourd'hui un duo rebaptisé Daara J Family depuis le départ de Lord Alajiman. DJ Makhtar quant à lui, est décédé en 2007. Faada Freddy et Ndongo D demeurent dans le groupe, qui se produit au Sénégal et à l'étranger dans des concerts très attendus. Faada Freddy mène parallèlement une carrière solo et a été encensé notamment par la critique avec son album Gospel Journey. Ndongo D prépare la sortie de son premier album solo.

Wa BMG 44

Formé en 1992, ce groupe a été baptisé d'après les initiales de ses fondateurs : B de Babacar Niang (alias Matador), M de Makhtar le Kagoulard et G de Omar Gaye, avec "44" comme référence à 1944, année du massacre de tirailleurs sénégalais par des soldats français à Thiaroye, leur quartier en banlieue de Dakar, selon les explications de les propose de Matador à l'artiste et cinéaste Fatou Kandé Senghor dans "Wala Bok - Une histoire orale du hip hop au Sénégal" (Editions Amalion, 2015), une anthologie sur le mouvement. Le sigle BMG s'est ensuite décliné en plusieurs interprétations, au gré des arrivées de nouveaux membres dans ce collectif, porte-drapeau de la banlieue dakaroise. Le groupe existe, mais semble reposer aujourd'hui sur les épaules de Matador.

Dip Doundou Guiss

Qualifié de prodige, Dip Doundou Guiss (Dominique Preira), 26 ans, est l'un des rappeurs les plus "audacieux" de ces dernières années, commente Samba Badji, journaliste familier du milieu hip hop Galsen. "À l'instar des pionniers, il redéfinit la place du rappeur dans la société sénégalaise. Au niveau artistique, il a un apport indéniable qui est en train de 'libérer' le rap auparavant tenu à certaines règles prédéfinies ('vrai rap' contre 'rap commercial')", estime Keyti.

Par ailleurs, Keyti et Ndongo D sont individuellement cités par beaucoup de mélomanes et connaisseurs du hip hop Galsen comme des virtuoses de l'écriture. "Ils sont très bons en texte. Ndongo D a un verbe artistique. Keyti a une immense culture et une plume extraordinaire", assure Samba Badji.

Les figures dans l'ombre

Keyti rapporte aussi que certains acteurs du mouvement oeuvrent dans l'ombre, mais ont été ou sont encore essentiels au développement du hip hop au Sénégal. Des "incontournables" selon lui.

Safouane Pindra, producteur, promoteur de festivals. "Il a été l'un des premiers" dans son domaine, "Aujourd'hui son catalogue s'est diversifié." "Il a initié les Hip Hop Awards en 2001 et dirige le Festival Yàkaar (Espoir), plateforme de découverte de nouveaux talents."

Michael Soumah, animateur de radio, musicien. "Il a été l'un des premiers du monde médiatique à donner une vraie plateforme d'expression au rap à ses débuts."

Ama Diop, producteur, musicien. "La plupart des albums (de rappeurs sénégalais) de 2000 à 2010 a été enregistrée dans son studio, Waliyane, entre la Médina et Fass (quartiers populaires de Dakar, NDLR). Ses productions ont aidé le rap sénégalais à avoir des compositions beaucoup plus complexes musicalement."

Ina Thiam, photographe, promotrice de festival. "Elle fait partie des rares femmes très actives dans le hip-hop sénégalais. Depuis des années, elle fait un travail d'archivage extraordinaire". Elle est entre autres "la créatrice de Urban Woman Week, un festival dédié aux femmes du hip hop".

 

Le rap, genre majeur et trentenaire inventif au Sénégal

Perçu à ses débuts au Sénégal comme éphémère lubie d'une jeunesse plutôt favorisée ou effet de mode venu de l'Occident, le hip hop s'y est mué en mouvement d'expression sociale et politique. Et le rap - une de ses composantes avec le dee-jaying, le break dance, le graffiti et le beatboxing - s'est imposé depuis des années comme le deuxième genre musical après le très percussif mbalax.

"En 1984-1985 au moins, il y avait les prémisses de ce qu'on peut appeler 'hip hop' au Sénégal, notamment la danse, même si tous les éléments n'étaient pas réunis, mais on a pris 1988" comme point de départ pour faire un bilan "parce que c'est une année symbolique par rapport à ce qui lie le hip hop à la politique et plus ou moins au social", affirme Amadou Fall Ba, 36 ans, coordonnateur de l'association Africulturban qui organise pendant un an plusieurs activités marquant "30 ans de hip hop Galsen" (au Sénégal, NDLR).

Alioune Niang, enseignant-chercheur à l'Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis qui a consacré plusieurs travaux au sujet, précise : "Le hip hop est quelque chose d'assez large, qui englobe le rap. Au Sénégal, le mouvement hip hop a commencé avec la danse, au milieu des années 1980. Les premiers rappeurs ont tous commencé par la danse : Awadi, Duggy-Tee, Matador..."

Cependant, 1988, qui fut marquée par une série de contestations et décrétée année blanche (invalidée pour les élèves et étudiants), "a eu un effet démultiplicateur sur le mouvement. C'est là où on commence vraiment à parler un peu de rap. Parce qu'une bonne partie des jeunes qui traîne dans la rue, faute d'occupations, va s'emparer de cette musique venue d'ailleurs", explique M. Niang. "Ça commence comme une mode avant de muer petit à petit vers un mouvement qui fera davantage attention à l'expression sociale et politique", et qui entame au début des années 1990 "une sorte de sénégalisation".

Le hip hop influence "presque tout"

Finies, les copies ou imitations américaines ou françaises, les textes évoquent désormais les réalités locales, sont écrits dans les langues locales et trouvent écho auprès d'un public plus grand. Arrivent ensuite les contrats d'édition, de production ou de tournée qui font jeter un nouveau regard sur le mouvement. L'apparition de médias privés et indépendants accroît son audience, sa visibilité. Et les clashes, inévitables, permettent de poser le débat sur le rôle des rappeurs dans la société.

Aujourd'hui, les uns dénoncent, critiquent ; les autres s'inscrivent dans la détente, le divertissement ; d'autres encore s'activent comme une entreprise. On allie désormais sans complexe information et divertissement, ou éducation et divertissement, à l'instar de Keyti, ex-membre du défunt groupe Rapadio, et Xuman, ex-membre du défunt groupe Pee-Froiss, qui ont lancé en 2013 "Le journal télévisé rappé". Leur chaîne YouTube compte quelque 77.000 abonnés, et leurs éditions, présentées en français et en wolof, sont vues par des centaines de milliers de téléspectateurs et internautes.

Au Sénégal, le hip hop "ne se contente pas simplement d'exister, car il se réinvente aussi au fil des ans, dans sa forme, mais aussi le fond", estime Keyti, interrogé par RFI Musique. En dépit de "difficultés assez importantes comme la formation ou la structuration", le hip hop Galsen "a quand même réussi à créer son marché et le rap reste le deuxième genre musical au Sénégal depuis des décennies maintenant", derrière le mbalax. Aucune estimation du poids de l'un et l'autre n'a pu être obtenue dans l'immédiat.

"On nous considérait comme un mouvement éphémère en 1988, aujourd'hui, on est là. Le hip hop influence les jeunes, la politique, la mode, tout dans ce pays presque. La population se l'est approprié, je trouve ça très positif", se félicite Amadou Fall Ba, d'Africulturban, considération que le chiffre régulièrement avancé d'environ 3.000 groupes de rap ou rappeurs au Sénégal était "une estimation raisonnable".



Jeudi 8 Février 2018 - 08:15





Actualité en Afrique : environnement, énergies renouvelables, climat


Setal People - 21/02/2018 - 0 Commentaire

Liban, Fodé Kaba 1 et 2, Casamance… : Les guerres qui ont marqué Mbaye Loum

Simon Sène fait danser la République : Mbaye Ndiaye chauffe encore le podium

20/02/2018 - 0 Commentaire

Thione Ballago Seck chez Youssou Ndour

20/02/2018 - 0 Commentaire

Coulisses du combat Ama / Papa Sow : La voiture de Moustapha Guèye de Fass volée

19/02/2018 - 0 Commentaire

AFFAIRE DE SA CONVOCATION À LA DIC : El Hadj Ousseynou Diouf se lâche et se prononce sur la préparation des Lions

19/02/2018 - 0 Commentaire








Google+


Partager ce site




11/04/2017 08:33

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement

Après la présidence de la Commission de l’UEMOA jusqu’en 2021 par le Niger : Le Sénégal à la tête de la Commission définitivement
Abdallah Boureima est le nouveau président de la commission de l'UEMOA. Le Nigérien a été désigné, ce matin, en Côte d'Ivoire, par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA, réunis en session extraordinaire.
 
Mais selon une note de la Présidence, c’est le Président de la République Macky Sall qui « dans un esprit de solidarité et de fraternité et dans le souci de permettre la poursuite du bon fonctionnement de l’Union » qui a répondu favorablement à la sollicitation de ses pairs pour l’attribution jusqu’en 2021, de la Présidence de la Commission de l’UEMOA au Niger, soit pour un mandat unique.
 
La Conférence a décidé aussi, selon la même source, qu’à la fin du mandat du Niger, en 2021, le Sénégal reprendra de manière définitive la Présidence de la Commission de l’UEMOA.
 
D’autre part, lit-on sur la note, dans le sens de rééquilibrer la répartition des postes, la Conférence a attribué, avec effet immédiat, « le poste de la présidence du Conseil Régional de l’Epargne publique et des Marchés Financiers au Sénégal. En plus, en octobre 2018, le Sénégal occupera le poste de Vice-Gouverneur de la BCEAO pour un mandat unique ».
 
Pour finir, poursuit la source, la Conférence a enfin salué l’esprit d’ouverture du Président Macky SALL et son leadership dans la sous-région.
02/09/2014 08:06

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants
Quelques membres de la douane Sénégalaise ont été formés la semaine dernière, sur la convention relative aux polluants organiques persistants (Pop) et autre textes sur les produits chimiques. L’intérêt selon Aïta Sarr Seck, chef de la Division prévention et contrôle des pollutions et nuisances à la Direction de l’environnement et des établissements classés, et de restreindre puis éliminer totalement la production, l’utilisation, l’écoulement et le stockage des Pop. 
«Le Sénégal a ratifié la convention de Stockholm depuis 2003, mais il y a d’autres polluants organiques inscrits sur l’ancienne liste et c'est pour cela qu’il est nécessaire de former les agents des douanes sur ces polluants qui sont néfastes pour l’environnement et les êtres humains ». 
Habib Ampa Dieng, chef du bureau du recrutement à la division de la formation, a expliqué qu’il s’agissait lors de cette formation, de sensibiliser sur la convention relative aux polluants, de présenter la convention, ses aspects juridiques les engagements des Etats et plus particulièrement les agents des douanes. Ceci dans le souci que « les agents des douanes sachent reconnaître les polluants lorsqu’ils se présentent à nos frontières et qu’ils aient les bonnes attitudes pour le respect des engagements du Sénégal à l’égard de cette convention internationale » dira t-il. 
Aïta Sarr Seck a signalé que les POP « sont particulièrement préoccupants, en raison de leur persistance et leur grande capacité à se déplacer sur de longues distances...
22/08/2013 23:39

Une Grande Société de la Place recrute : Le Directeur Projets, Formulation, Qualite, Hygiene et Securite Alimentaire

 
                                MISSIONS ET PRINCIPALES RESPONSABILITES
 
Missions :
Construire un projet d’avenir pour le pôle alimentaire. Donner la direction et la maintenir dans les rubriques suivantes :
Conception de nouveau produit
Formulation et biochimie
Qualité
Sécurité alimentaire
Production de produits alimentaires

 
  • Elaborer les stratégies liées à la formulation, création, développement, analyses et caractérisation de produits, ainsi que sur les procédés de production et de conservation des aliments. 
  • Effectuer différentes analyses microbiologiques et biochimiques des composants des produits afin de t’assurer de leur qualité. 
  • Contrôler et de superviser la qualité des aliments transformés ou fabriqués afin qu’ils répondent aux normes gouvernementales et aux politiques de l’entreprise en matière de qualité.
  • Faire appliquer les règlements et les politiques en matière d’hygiène et de salubrité au sein de l’usine et d’en implanter de nouvelles afin de maximiser le processus de qualité des produits.
  • Mettre les processus en conformité à la législation, la réglementation, la toxicité, l'innocuité, et propose des orientations pour utiliser ces avantages pour la stratégie marketing. 
 
Responsabilités :
 
Le Directeur Projets, Formulation, Qualité, Hygiène et Sécurité alimentaire est responsable des points listés ci-après :
 
  • Construire des recettes en fonction des besoins des clients
  • Etude de nouveaux produits, la définition des gammes et de leur évolution, notamment lors des changements importants de composition des formules
  • Contrôle microbiologique des matières premières et produits fabriqués
  • Contrôle qualité sur toute la chaîne de production
  • Construire le plan de nettoyage et désinfection
  • Construire le plan de traçabilité des lots de production
  • Mettre en place un protocole de rappel des produits et de gestion de crise
  • Mettre en place un plan pour la gestion des allergies potentielles
  • Mettre en place un plan de prévention des risques phytosanitaires
  • Mettre en place la démarche HACCP
  • Assurer une veille législative
  • Participer au processus de gestion des réclamations clients
  • Mettre en place protocole de détermination des DLC et DLUO
  • Mettre en place dispositifs et protocoles pour garder les échantillons de produits
  • Mettre en place méthodologie d’analyse sensorielle et tests organoleptiques
  • Mettre en place les procédures de contrôle qualité et s’assurer de leur application
  • S’assurer de la calibration des instruments de mesure-
  • Plan en place un plan d’audit interne processus
  • Participer aux Comités de Pilotage du pôle alimentaire
  • Entretenir des relations régulières avec les partenaires du pôle alimenatire et organismes de recherches extérieures
  • Travailler en étroite collaboration avec la direction commerciale et développement ainsi que le(s) chef(s) produits
  • Travailler en étroite collaboration avec le responsable de la fabrication afin de prendre en compte, dans sa formulation, les contraintes technologiques propre à l’usine.
  • Communiquer en continu avec le responsable des achats
 
Compétences Requises :
Technologie alimentaire, biologie appliquée a la nutrition et alimentation
Technologie des emballages et emballeuses
Gestion des usines alimentaires et performance industrielle
Gestion des processus
Hygiène
Gestion des assets
Innovation et propriété intellectuelle
Gestion des coûts de production
 
Niveau formation
- Ingénieur Bac+4/5 Food processing – Quality - biochimie
- Expérience Professionnelle : 10 ans
 
Langues
- Français : Courant
- Anglais : Courant
 
Veuillez envoyer par E-mail votre dossier de candidature : CV + lettre de motivation en mentionnant le titre du poste à l’objet du courriel à recruteonesn@gmail.com
 
Bamba Toure
28/07/2013 00:40

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute
TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

 

Bamba Toure
13/06/2013 09:14

Une Grande Société de la Place recrute

Une Grande Société de la Place recrute
Bamba Toure
18/05/2013 01:13

COMMUNIQUE DE PRESSE ARTP

L’ARTP ACCOMPAGNE LE PELERINAGE DE POPENGUINE POUR ASSURER UNE BONNE QUALITE DE SERVICE DE TELECOMMUNICATIONS
 
L’ARTP met à la disposition du public :
 
1. Un Numéro Vert : le 800 200 200 
 
Ce numéro vert est destiné aux utilisateurs des services de la téléphonie mobile et Internet  présents à Popenguine durant le Pèlerinage  2013, pour leur permettre de saisir l’ARTP, en cas de dysfonctionnements ou de perturbations sur les réseaux des opérateurs Orange, Tigo ou Expresso.

Vous pourrez appeler gratuitement au 800 200 200 si vous êtes confrontés aux problèmes suivants :
  • difficultés à émettre ou recevoir des appels ;
  • difficultés à envoyer ou recevoir des SMS ;; 
  • difficultés d’accès à Internet à partir de votre téléphone portable ou clé Internet ;
  • coupures de communications ;
  • ou tout autre dysfonctionnement ou perturbation constaté sur les réseaux de téléphonie mobile.
Pour toute autre réclamation (aspects commerciaux, carte de recharge, facturation, restriction d’appel, etc.), veuillez contacter le service client de votre opérateur.  
 
Le numéro 800 200 200 sera opérationnel  du  samedi 18 mai 2013 à partir de 00h au lundi 20 mai 2013 2013 à 23h59mns.
 
2. Une équipe technique de l’ARTP sera également présente en permanence à Popenguine:

Pour s’assurer de la qualité des services offerts par Orange, Tigo et Expresso, l’équipe de l’ARTP effectuera régulièrement des tests qualitatifs à Popenguine et ses environs et sera en contact permanent avec les opérateurs pour veiller à ce qu’ils apportent des solutions adaptées si des perturbations sont constatées. 
 
L’ARTP souhaite un bon pèlerinage marial à la communauté catholique.
 
Abou Lo, Directeur général 
 
Bamba Toure
10/04/2013 22:32

VIP NEWS N°4

VIP NEWS N°4
VIP NEWS N°4
Bamba Toure
25/03/2013 22:48

Communiqué Rewmi

Communiqué Rewmi
Bamba Toure
14/03/2013 23:00

Office National de Formation Professionnelle

Office National de Formation Professionnelle
Bamba Toure
11/03/2013 12:04

RECRUTEMENT ASSISTANT IMMOBILIER

FICHE DE POSTE
 
MISSION

Il aura pour mission d’assister les cadres dirigeants et les consultants du groupe en charge du développement ou de la gestion de projets immobiliers.
Son rôle sera, entre autre de :
  • Organiser, à la demande des chefs de projets, les réunions de travail et de décisions nécessaires à l’avancement des projets, tant en interne au groupe qu’avec des participants extérieurs,
  • Contrôler la bonne exécution des plannings et assurer les relances nécessaires,
  • Veiller à la bonne circulation de l’information,
  • Représenter le groupe à toute réunion organisée par un prestataire extérieur ou sa présence serait souhaitée. Rendre compte de ces réunions,
  • Procéder, à la demande des chefs de projets, à la recherche d’information de toute nature.
 
Il aura également en charge d’entreprendre et de faire aboutir  l’ensemble des démarches administratives et juridiques nécessaires à l’avancement des projets : baux, dossiers d’autorisation de construire, constitution de SCI, relations avec les services fiscaux…
 
Il assurera  enfin la liaison entre le groupe et les notaires et avocats susceptibles d’intervenir sur les projets. 
 
FORMATION/EXPERIENCE
 
De formation juridico /économique, il aura 4 à 5 ans d’expérience professionnelle.
Cette expérience lui aura permis d’acquérir une bonne connaissance du secteur immobilier sénégalais : promoteurs, architectes et bureaux d’études, commercialisateurs,  entreprises de bâtiment, administrations …
 
Le poste est basé à Dakar mais demande une grande disponibilité.
 
Après une période d’activité probante, une évolution de carrière vers des responsabilités accrues pourra être envisagée.
 
Envoyez votre CV : recruteonesn@gmail.com
 
 
Bamba Toure