Mardi 21 Octobre 2014
1:30

setal


ECOUTEZ RFM EN DIRECT

 cheikhtalkfu
Mardi 11 Décembre 2012

Notez [Ignorer]
Nous recrutons dans plus de 150 pays !! Dans le cadre de son expansion notre Compagnie Leader Mondial est à la recherche de personnes motivées, animées par la volonté de réussir et développer une affaire mondiale !! Opportunité inédite dans le monde de la vidéo communication et du network marketing .Point Fort : paiements immédiats !!
Contactez-moi par mail : chesidiakado@yahoo.fr
ou via skype : cheikh.diallo98
Ou par téléphone 2213178859
 dianga
Dimanche 30 Décembre 2012

Notez [Ignorer]
slt vous tous je veus ecoute mon singeul beyby vakhma
 dianga
Dimanche 30 Décembre 2012

Notez [Ignorer]
je mappelle dianga diallo a guediavaye
 ibrahima sow maitre tailleure broderie.
Vendredi 8 Février 2013

Notez [Ignorer]
liza beguenala foulla ack fonk heure d la fin . mais beuggue nagnoula djiss nack a la televition
 ibrahima sow maitre tailleure broderie dep touba
Vendredi 8 Février 2013

Notez [Ignorer]
liza beggananouladjis. je t aime donnez ns rv a la televition.
 diaw ousseynou
Dimanche 17 Mars 2013

Notez [Ignorer]
continuez vous etes sur la bonne voie
 tapha mbengue tttttooouuubbbaaa
Dimanche 7 Avril 2013

Notez [Ignorer]
Ok a rrrrrrrrrrrrrrffffffffffffffffffffffmmmmmmmmmmm
 dia
Mardi 9 Avril 2013

Notez [Ignorer]
Affaire biiii groupes futurs médiats la
 Gendarmerie
Mardi 23 Avril 2013

Notez [Ignorer]
Le mutisme des éléments des forces armées sénégalaises dont la gendarmerie nationale est partie intégrante et des forces paramilitaires (la police, les sapeurs pompiers, les agents des eaux et forêts et la douane) est une aberration.
La grande muette est notre sobriquet parce que nous n’avons pas le droit de parler à la presse sans autorisation de l’autorité hiérarchique. Nous n’avons pas le droit de syndiquer. Cependant nous avons le droit de vote qui ne nous permet pas d’étaler nos griefs au grand jour. Nous sommes des citoyens à part entière. Nous souffrons des mêmes maux que nos concitoyens sénégalais. Notre statut spécial ne nous dispense pas de vivre les mêmes réalités quotidiennes surtout avec ce régime que le peuple a honni odieusement.
La majorité des sénégalais croient, hélas ! que nous avons été très choyés durant le règne de celui qui, dans son arrogance, avait dit :«il faut diriger l’Afrique avec un despotisme éclairé.» Il n’en est rien du tout, absolument rien. Au contraire, nous avons été dépouillés de notre argent. Les exemples pour étayer ces écrits sont nombreux.
Les militaires sénégalais en théâtre d’opération à l’étranger sont moins payer que les militaires des autres nations. Nous percevons la moitié par rapport à ces derniers. Le paradoxe est que nous sommes meilleurs et les plus sollicités en théâtre d’opération.
Au niveau de la Gendarmerie nationale les subterfuges ne manquent jamais. Par exemple, les différents primes que nous recevons au sein de nos formations durant notre séjour en territoire étranger sont grignotés sans vergogne. Auparavant, avant de quitter le pays nous sommes en regroupement sans bénéficier de tous nos droits.
Lors des regroupements antérieurs en préparation pour la FPU (Force Police Unit) en République démocratique du Congo l’alimentation n’était pas pris en compte. Telle n’est pas le cas pour celui en cours. Où sont donc passés les droits des contingents précédents.
Autre exemple récent. Pendant le premier tour des élections présidentielles 2012, les éléments de la gendarmerie qui ont assurés la sécurité des lieux de vote ont reçu chacun 10000fCFA et pour le deuxième tour 15000fCFA. C’est le cas pour les élections antérieures. En résumé, pour tous les services (événements religieux, conférences internationales, manifestations diverses etc) où l’Etat décaisse de l’argent pour les primes globaux d’alimentation (PGA) les ayant droits sont lésés sans état d’âme. Le nombre d’éléments employés pour l’exécution de ces services est toujours inférieur au nombre déclaré aux autorités afin d’empocher le manque à gagner. L’expression employée pour résumer ce paragraphe est clair et sans équivoque. « Ils (les officiers) mangent le beurre et l’argent du beurre » rouspétons-nous dans les rangs et les bureaux.
En ce qui concerne le budget annuel alloué à cette institution, il est grand temps de mener régulièrement des missions de contrôle outre celles effectuées par l’Inspection Générale des Forces Armées (IGFA). L’IGFA est tout simplement protectrice car les officiers sont solidaires entre eux quelques soient les malversations. D’ailleurs rares sont les officiers qui peuvent jurer de leur probité en matière d’argent.
Ce qui se passe dans la gendarmerie n’est pas du tout sérieux et c’est honteux. Pour ce cas précis, le Centre Professionnel de la Gendarmerie Mobile logé dans l’École Nationale de la Gendarmerie est dans un état lamentable dés que la gestion est passée entre les mains des officiers sénégalais aussi bien sur le plan de l’entretien et de l’administration financière du centre.
La masse du casernement destinée aux travaux des camps est un moyen de détourner l’argent tout simplement. L’état dérisoire des casernes et brigades de gendarmerie à travers le pays, surtout dans les régions, ne laisse personne indifférent. Les brigades sont en général entretenues volontairement par le commandant de brigade. Pourtant les états-major des compagnies ou des légions où logent les commandants sont meilleurs malgré les détournements opérés.
Le téléphone est utilisé à outrance par les officiers qui, dotés d’un téléphone portable, utilisent aussi leurs téléphones fixes et les centraux téléphoniques. Consulter la facture au niveau de la SONATEL pour en avoir le cœur net.
Nos salaires sont l’objet de ponction sans l’avis du personnel. Un bon nombre de gendarmes ont vu leurs salaires prélevées injustement de la somme de 37000FCFA pour redresser la groupement d’achat de la gendarmerie sans leurs avis. Le commandement ne l’ignore pas et ne fait rien pour rendre à César son dû. Certains ont été rémunéré après avoir fait la réclamation alors le remboursement devrait être automatique.
A défaut d’avoir des volontaires pour le fond de solidarité de la gendarmerie créé récemment, ils ont tout simplement commencé à ponctionné mensuellement les cotisations sur nos salaires. Ceci pour dire que l’abus d’autorité et de pouvoir est la chose la mieux partagée par les officiers de cette gendarmerie.
La mutuelle de cette institution hormis les remboursements de frais médicaux (analyses médicales, hospitalisation, échographie, décès etc) pourrait jouer ce rôle. D’ailleurs à ce niveau l’obtention d’un prêt n’est pas simple pour tout le personnel non officier exceptés les officiers.
Les retenues sur nos salaires sont nombreuses avec la cotisation pour l’ASFA, le Mess, la Mutuelle et maintenant ce fond qui n’a pas rencontré l’adhésion de tout le personnel.
Après toutes les soirées organisées au mess de la gendarmerie l’argent atterrit dés le lendemain entre les mains du Général Haut Commandant de la boite alors que tous les services sont effectués par les gendarmes. La gendarmerie n’est pas son propriété, il faut réorienter la destination de cette argent vers des objectifs beaucoup plus nobles et collectifs. Il peut constituer les fonds de cette de solidarité. La dotation d’un matériel adéquat, aux infirmeries du corps surtout les maternités laissées en rade, est une urgence même si nous sommes la basse classe de la gendarmerie au lieu d’effectuer des dépenses de prestiges inutiles pour maquiller le vol. Les femmes d’officiers, la classe bourgeoise, se consultent dans les meilleures cliniques du pays.
L’école nationale de la gendarmerie facture les fiches d’instruction faisant partie de la dotation des élèves gendarmes. Le summum de la désolation est qu’il y a des promotions qui terminent leur formation et sont affectées sans en avoir malgré l’achat. Dans ces conditions comment recevoir une bonne formation et avoir une bonne trajectoire professionnelle.
Leur alimentation est aussi payante contrairement à celle de la police. En plus, les cotisations exorbitantes imposées pour la confection de blousons, de maillots et pour le bal de fin de formation sont la source d’arnaque qui prolétarisent ces jeunes recrues de l’administration publique. Quand on sait le deal sur la commande des équipements sportifs et la dépense dérisoire pour cette fête aussi mémorable la déception est grande. Ceci est valable pour les élèves gradés en stage de formation professionnelle au Diplôme de Qualification des Élèves Gradés (DQEG). Pendant toute la durée du stage et longtemps après leur sortie du centre, Ils sont déficitaires en tant que responsables de famille.
Sur le plan purement professionnel le favoritisme est de mise chez nos officiers supérieurs. Au moment de la délibération pour être d’admis au stage du DQEG, ils font passer d’office leurs poulains quelques soient leurs résultats. Pour exemple, un a été admis après délibération sachant qu’il a été exclu de la salle d’examen pour tricherie. Pour cette année un autre est reçu sans avoir effectué les épreuves physiques. Ils tous des chauffeurs d’officiers (colonel).
Des notes de service taillées sur mesure pour privilégier leurs fils, leurs frères, leurs sœurs, leurs neveux et autres dans leurs parcours professionnel au détriment des sans parents officiers. C’est le cas du recrutement des officiers civils qui nous viennent de l’université et des sous officiers civils soient disant qu’ils ont spécialités. Ces spécialités existent déjà chez les pandores et pour une institution digne de ce nom la formation de ses membres est obligatoire. Certains d’entre eux affirment ne pas maîtriser la spécialité pour laquelle ils ont été recrutés. Nous avons sacrifié nos études pour effectuer deux dans l’armée avant de subir des concours pour être admis dans la gendarmerie. Par conséquent pourquoi chercher des raccourcis pour des sénégalais comme nous. Les affectations suivent la même logique accentuée par l’arbitraire.
Avant de conclure Monsieur le Président, dites-vous que votre sécurité et celle de la population sont liées au respect que vous aurez à notre égard. Les hommes du régime de Wade que vous avez écrasé et humilié par le biais du peuple sénégalais au soir de 25 mars 2012 (une date à retenir) n’ont jamais accordé de la considération pour les hommes de tenue. Nous avons toujours été victime de leur incorrection, leurs menaces donc des mutations arbitraires en connivence avec nos officiers. Ceci n’épargne pas leurs serviteurs au palais de la république, leurs députés, leurs parents, leurs amis et leurs protégés.
Cet article n’est que la face cachée de l’iceberg. J’en prend pour témoin les braves messieurs de votre garde qui ont bravé toutes sortes de danger pour les honneurs de ce pays. Ils savent mieux que moi ce dont je parle.
Permettez-moi d’attirer votre attention sur une chose pas du tout clair inscrit dans les habitudes du régime brigand que vous venez d’écrabouiller. Au retour des missions diplomatiques, les nombreux bagages des délégations officielles quittent directement le tarmac avec une fourgonnette de la présidence sans contrôle de la Douane. Comprenez par là le trafic de drogue, d’or, et de devise à l’allée qui peu se faire en toute sécurité.
Monsieur le Président de la République, chef suprême des forces armées, après vous avoir écouté le 03 et le 04 avril 2012, nous osons espérer que des corrections idoines et immédiates seront apportées à l’injustice que subit tous nos frères d’arme (militaires, policiers, sapeurs pompiers etc). Je peux vous assurer que 90% des militaires ont voté pour l’opposition au 1er tour comme au 2ième tour car ils ne voulaient plus de cette république d’arrogants voleurs, et de corrompus.
Dans cette 4ième république, les procédés de ce genre doivent être éradiqués. Monsieur le Président de la République du Sénégal,, nous ne doutons point de votre volonté de bien faire, de votre détermination à réussir mais travailler sans lorgner un autre mandat ne vous sera que très bénéfique. Dites-vous donc que vous avez un seul mandat à remplir. Dites-vous que l’échec ne vous est pas permis. Dites-vous que ne vous serez pas tolérés. Dites-vous que votre seul ami est le sacrifice de soi et celui qui est dans la même posture. Ce n’est ni un parent, ni un ami d’enfance, un coalisé à fortiori un frère de parti. Vous n’êtes redevables d’aucune de ces personnes. Vous n’êtes redevables que du peuple sénégalais qui vous a élu.

Pour mieux comprendre la relation entre le subordonné et son chef, il faut avoir un aperçu sur la réalité des textes qui les régissent. Article 1: Le chef a toujours raison. Article 2 : Le chef a raison. Article 3 : Même s’il n’a pas raison l’article 1 un s’applique. Fort de cela les maîtres de ce système oppressif concluent tout simplement que le règlement c’est le chef. Il faut comprendre par chef le corps des officiers.
Ainsi, l’utilisation vulgaire du mot subordonné est toujours en vigueur dans les textes. Dans l’armée tout le monde est subordonné sauf le Général. Les autres officiers sont appelés grands subordonnés car très fidèles au principe d’ancienneté sous peine de moisir sous le même galon durant des années. Les exemples sont nombreux donc ils sont obligés d’afficher un profil bas devant le plus ancien pour protéger leurs intérêts au détriment de la bonne marche et de l’harmonie de l’armée. Toutefois ceux qui sont dans les bonnes grâces du général oseront défier leurs anciens en toute licence. Le colonel commandant la légion d’ouest très à l’aise dans son rôle de grand subordonné est la manifestation concrète de ce prototype de larbin. Rappelez-vous que le pur-sang du général est général. Il a toujours été à coté de monsieur le général depuis la légion de sud. Jeunes officiers il faut refuser ce comportement indigne.
Par ailleurs, les militaires de la gendarmerie subissent un dictât chronique qui dure depuis les colons. Dans les corporations militaires, le commandement traduit une relation entre maître et esclave. Le statut du subordonné est pire parce que l’esclave est conscient de son rôle d’esclave cautionné par la société. Tandis que dans le cadre du commandement, l’apparence de cette fierté avec la poitrine bombée dans les rues est autre à l’intérieur. Dans la caserne, cette allure est autre. Elle renvoie à cet image du chien craintif de son maître et fait du rouh guene ( la queue entre les pattes ) ou du mbithie ( agitation de la queue ) pour lui plair. Le règlement c’est le chef oblige.
En outre, la discipline militaire telle que conçue par Napoléon et accommodée par les monarques militaires de nos pays n’est rien d’autre qu’un autoritarisme institutionnalisé. Le subordonné n’ose pas se permettre d’être retard ou absent sinon bonjour les dégâts. Pour un oui ou un non le subordonné est foutu en tôle, recalé ou ajourné pour les examens, les stages et les missions à l’eau.
D’ailleurs, un langage particulier traduit cette relation. Le chef ne dort pas il se repose. Le chef ne boit pas il goutte. Le chef n’est pas en retard il est retenu donc le retard long ou pas, l’absence illégale du chef est devenue chose banale. Ils viennent au service toujours après l’heure sans état d’âme car le règlement c’est le chef.
Par conséquent, l’utilisation des moyens de la gendarmerie ( véhicules, carburant, téléphone ) à des fins personnelles est tout aussi naturelle que normale. C’est pour ainsi dire que le règlement c’est le chef. L’article 1 s’appliquera toujours.
Ces comportements dérisoires ne sont en rien comparables aux vols planifiés digne d’un feuilleton de grands bandits wade/idy. Ils se partagent le butin. Le butin c’est es recettes de la salle de spectacle et celle du mess versées directement au général. C’est les pots de vin obtenus grâce aux marchés de gré à gré dont les heureux gagnants sont l’épouse, les parents, sa propre entreprise ou un malheureux entrepreneur qui peinera pour entrer en possession de son investissement. C’est aussi les enveloppes empoisonnés donnés par certains groupements, c’est encore les rançons sur les routes et les colis vivants ( moutons, chevres, bœufs, poulets..) envoyées par les commandants de brigades. Pourquoi ? Le règlement c’est le chef. C’est une catastrophe morale incompatible avec l’entière franchise qui caractérise la gendarmerie.
Cette forme de razzia explique la richesse de ces chefs insatiables chasseurs de primes. Par exemple, il y a ce général fermier devenu subitement riche à cause de son troupeau situé dans la foret de Keur, composé exclusivement de vaches brésiliennes pour des lactées de lait avoisinant 2O à 25 litres par bovine. Il se moque des conditions de travail des gendarmes et surtout nous qui sommes en Casamance où il avait servi lamentablement. Il y a cet autre colonel arrogant qui n’a jamais accordé de considération à ses subordonnés. Depuis sa retraite, il gère ses intérêts en imputant la somme de 60000f aux stagiaires frac ( stage pour obtenir le permis de conduire). Combien de génération d’officiers et jusqu’à présent ont obtenu leurs permis de conduire sans bourse délier ? Bien sûr que c’est en connivence avec le général au dépens des subordonnés. Malgré primes de tenue inclus dans leur salaires ils sont les premiers et les mieux servis gratuitement sur la dotation des subordonnés. Tout cela parce que le règlement c’est le chef. Ces tableaux ne sont qu’une maquette parmi les gaffes entretenues par cette race d’officiers impuissants devant dieu argent. Pourtant le paradoxe est que bon nombre d’officiers subissent le revers de la médaille une fois à la maison devant leurs épouses audacieuses qui adoptent devant les subordonnés des postures incorrects. Un général qui affirme haut et fort qu’à la maison c’est sa femme qui commande. La femme d’un autre général qui giflé un officier en toute liberté sans inquiétude. C’est ça être subordonné j’allais esclave déguisé pressé comme un citron et blessé jusqu’au plus profond de son âme.
C’est pour ainsi dire qu ces oppresseurs ne sont jamais inquiétés. Ils vivent dans une impunité totale. Comme l’a si bien illustré Gérard Haddad, conseiller de la rédaction en chef du journal, dans son analyse sur DSK. «On a le bras assez long pour impressionner et réduire au silence ceux qui oseraient vous critiquer. Ils vivent comme des intouchables. Ils font leur la maxime d’un des frères Karamazov « Si Dieu est mort tout est permis ». Peut-être que la stupidité de la mort de Dieu a-t-elle atteint ses limites. » Fin de citation. Cette boulimie financière a une puissante force de contamination qui phagocyte de façon impressionnante la jeune génération d’officiers. Mes jeunes, il faut lutter contre le Virus de l’Immunomorale Humain (VImH) en prenant les AntiRetréDig (ARD) qui lutte contre le retrait de la dignité humaine.
En tout cas le NTG est né pour prouver cette stupidité avec l’appui des journalistes, du forum civil, des rappeurs précurseurs de ce concept. Journalistes faites des investigations et publiez vos articles. Membres du forum civil parlez en lors des débats. Organisations des droits l’homme et syndicats n’oubliez pas nos pancartes lors des manifestations. Rappeurs inspirez vous de nos articles pour défendre ce concept qui est votre.
Oh! Mes chers officiers saisissez cette opportunité pour prendre les mesures idoines. Prenez le train de l’histoire en marche. Dites vous la vérité et acceptez la. Ne vous voilez pas la face. Ne vous caressez dans le sens des poils. En bon combattants adaptez vous rapidement à ce nouveau concept NTG. Braves officiers rarissimes qui confirment l’exception à la règle la perche vous est tendue.
Pour rappel, le concept NTG est d’abord un état d’esprit, un comportement patriotique. Le concept NTG, NTS, NTD, NTP et tant d’autres NT manifeste cette tendance mondiale d’affirmation de la personnalité dont le point départ du printemps arabe en est l’extériorisation la plus concrète..
Acte 1 : Le NTG érige en règle le culte du mérite, de la dignité, de l’honneur, de la droiture, de la loyauté, du travail bien fait, d’un esprit citoyen en somme être vertueux.
Acte 2 : Le siège du NTG est virtuel car les membres n’ont pas besoin de se connaître ou de se rencontrer. Ils communiquent par le biais de leurs adresses e-mail ou des réseaux sociaux, lieux de prédilection des échanges d’idées et de convictions. Chacun peut poster un article au nom du NTG sans demander l’avis d’aucun membre.
Acte 3 : Le NTG signe ses articles au bas de la page et au milieu avec CONCEPT.NTG
Acte 4 : Le NTG utilise le net pour lancer un single à travers les réseaux sociaux, youtube (bientôt). Guettez youtube car le single sera incessamment posté
Acte 5 : Le NTG sensibilise avec des t-shirt exhibant un slogan puissant
Acte 6 : Le NTG encourage l’aile dure de l’AGR
Le NTG se félicite du Nouveau Type Douanier (NTD) qui vient de publier un article dans le journal «le quotidien» du 28 avril 2012. Aussi le nouveau type de policier (NTP) à travers le GIR qui a publié un article dans le journal « walfadjri » du 09 mai 2012.
Prochainement pour le complément des actes.
.
CONCEPT.NTG
ntgconcept@gmail.fr
 Magor Fall
Dimanche 7 Juillet 2013

Notez [Ignorer]
il faut apprendre a la dame qui passe les avis de décès a prononcer MON-SIEUR et non moussé !! svp!!

Votre nom :


Votre email :
 (non publié)


Message
Balise embed   Annuler ou
Votre vidéo sera affichée en dessous de votre post.