REGARDEZ. Rallonger ses lèvres vaginales pour plus de plaisir?

En Afrique, certaines pratiques sexuelles persistent malgré l'évolution des sociétés. L’une d’elle est l’étirement des petites lèvres vaginales.


«J’aimerais bien vivre avec une fille qui a fait le Gukuna», souhaite Eugène, Rwandais d’une trentaine d’années. Malgré son ton nuancé, Eugène veut tout de même rencontrer une fille d’origine rwandaise qui est passée par là.
Le Gukuna (lire Goukouna) est une pratique traditionnelle observée au Rwanda. Elle consiste, pour les filles, à étirer les petites lèvres vaginales pour les rallonger.
Cette pratique initiatique se comprend comme une préparation de la jeune fille à sa vie de femme adulte et à sa sexualité dans le couple.
C’est aussi un moyen de socialisation pour les filles qui sont intégrées parmi les grandes personnes qui leurs en parlent. Par le Gukuna, la fille développe ses petites lèvres qui au final débordent la fente de la vulve.
«Les lèvres rallongées deviennent comme des oreilles, une sorte de couverture au dessus de l’appareil génital », explique Jeanne. «C’était perçu comme une sorte de parure intime, une sorte de rideaux pour voiler la porte d’entrée».
Une conception qui persiste encore aujourd’hui auprès de certaines personnes.

Gukuna, tradition rwandaise

Il y a quelques années, cette tradition avait la côte.
Pour les femmes de l’époque, être passé par le Gukuna augmentait les chances de rencontrer ou de plaire à un homme, d’autant plus que les hommes appréciaient les femmes au chapeau vulvaire.
«Aujourd’hui, il y a de moins en moins de filles qui le font, alors qu’il y a quelques années passées, cela se faisait plus souvent et naturellement. Au Rwanda, certaines filles des campagnes continuent à le faire, mais, discrètement. En ville, la pratique du Gukuna recule», déplore François, qui apprécie les filles aux grosses et longues lèvres.
Il arrivait aussi qu’un homme puisse poser des problèmes à sa belle-famille et à sa femme si elle n’a pas les petites lèvres développées, signe extérieur de maturité sexuelle.
Un travail de longue haleine tout de même pour en arriver à ce résultat. L’étirement des petites lèvres commence avant que la fille ne puisse voir ses premières menstruations. C’est ainsi que certaines filles y sont initiées autour de l’âge de 12 ou 13 ans pour éviter qu’elles ne souffrent davantage si cela se fait à l’âge adulte.
Au début de cette pratique, «il y a tout de même une douleur», précise François. «Mais, comme cela commence tôt, les filles avaient le temps de s’habituer à le faire aussi souvent et à avoir des lèvres bien en évidence à temps».
C’est de fait une préparation de la fille à ce qu’il convient d’appeler pudiquement responsabilité conjugale, la sexualité.
A la différence des mutilations sexuelles où une partie du corps est coupée pour inhiber le plaisir sexuel féminin, le Gukuna, cherche à le développer.
«C’est ainsi que malgré la douleur, la femme supporte parce qu’elle sait le bien qu’elle va en tirer dans son intimité sexuelle», confie une dame.

Nombreuses idées reçues

Beaucoup d’idées reçues circulent aussi autour du Gukuna, même si elles ne sont pas toujours éprouvées.
L’une d’elles est liée à la jouissance sexuelle réciproque dans le couple.
«Pendant l’acte sexuel, le Gukuna procure plus de plaisir, à l’homme et à la femme. Parce que, ce ne sont pas seulement les petites lèvres qui sont rallongées, mais, aussi le clitoris. C’est ainsi que la femme jouit facilement. Comme ses longues lèvres couvrent la verge de l’homme, elle lui procure aussi plus de plaisir en même temps», explique François, tout sourire.
Un avis que nuance Eugène.
«J’ai l’impression que le plaisir que l’on ressent entre une fille qui a fait le Gukuna et celle qui ne l’a pas fait est pareil. Mais, psychologiquement, je crois que celle qui l’a fait, procure plus de plaisir, parce que ses longues lèvres gardent plus longtemps le contact sur l’homme.»
Ces petites lèvres bien rallongées  peuvent atteindre la longueur de l’index ou du majeur dans certains cas.
Les arguments en faveur du rallongement des lèvres vaginales ne manquent pas.
«En plus du plaisir que cela procure, on dit que pendant l’accouchement, cette parure est comme une couverture sur la tête de l’enfant lorsqu’il vient au monde», avance Eugène. «Aussi, les filles qui l’ont fait, mouillent mieux que celles qui ne l’ont pas fait. Donc, on risque de se blesser pendant l’acte sexuel».
Mélissa (le prénom a été modifié) n’est pas de cet avis. Elle estime que le tout dépend d’une personne à l’autre.
«Certains hommes au Rwanda par exemple, aiment les filles qui sont passées par le Gukuna et qui mouillent trop comme un robinet ou une fontaine. Mais, les congolais aiment les filles qui ne sont pas passées par le Gukuna et qui sont moins humides», nuance-t-elle.
Et pour avoir chacun des états, humide ou sec, les filles font preuves d’imaginations. «Certaines mangent les bananes pour être plus humides, et celles qui en veulent moins recourent aux arachides. Mais, je ne crois pas que cela a vraiment une grande importance», se convainc Mélissa, qui a autour d’elle des filles qui recourent à ces diverses pratiques.

Changement des mentalités

Le Gukuna était perçu autre fois comme un signe de fierté familiale et féminine. «Avant on se moquait des filles qui n’avaient pas les lèvres débordantes», se souvient Jeanne.
«Aujourd’hui, la tendance change. On se moque plutôt des filles qui ont des telles choses». Autres temps, autres mœurs.
Malgré tout, certaines filles continuent à le faire «pour plaire aux hommes qu’elles rencontreront, s’ils en sont friands», raconte Mélissa, qui n’apprécie pas forcément le Gukuna.
«Je peux le faire un peu seulement. Ça me paraît joli lorsqu’il y a un peu de volume sur les petites lèvres. Pas trop. Si ça devient énorme, cela dérange parfois quand on porte le pantalon, surtout en tissu. Ça gène!»

Le Gukuna à la congolaise

Cette pratique n’est pas seulement observée au Rwanda.
Dans certaines villes de la République Démocratique du Congo, l’on recourt aussi à la modification de la taille des petites lèvres vaginales. Toujours presque avec la même conception d’initier des filles à leur vie de future épouse où l’acte sexuel revêt une grande importance.
Dans la province du Kasaï par exemple, c’est autour de l’âge de 11 ou 12 ans que les filles commençaient cette initiation, assurée souvent par les grand-mères. Comme les filles se mariaient tôt, il fallait qu’elles apprennent comment se comporter une fois qu’elles seront femmes, observe Angélique.
A Goma, dans la province du Nord-Kivu, les filles s’adonnent aussi à cette pratique, connue sous le nom de Misuti.
Dans cette région à l’Est de la RDC, par précaution, certaines filles préfèrent avoir quant même un début de développement des petites lèvres que pas du tout. «C’est au cas où tu tombes sur un homme qui aime ça», prévient Jeanne.
Mais, cette pratique du rallongement des lèvres souffre de plus en plus de sa perception archaïque.
«Ce sont des choses qu’on faisait au village. Aujourd’hui, je ne peux pas le faire ou le recommander à mes filles. Je veux qu’elles soient naturelles, affirme Angélique, mère de six filles. Je n’encourage pas cette pratique, parce que parfois, dès que cela devient trop long, certaines femmes veulent les couper pour raccourcir. Pourquoi alors les avoir allongées?»
«Je préfère que mes enfants restent naturels, au lieu de se rallonger. Ou comme je vois certaines filles d’aujourd’hui se percer les lèvres pour porter des bijoux.»

Mode opératoire

Pour parvenir à rallonger les petites lèvres vulvaires, plusieurs moyens sont utilisés. Certaines filles préfèrent l'huile de vache.
«Chaque soir après la douche, avec cette huile entre les mains et les doigts, tu prends les deux lèvres et commence à les rallonger tout doucement. Au fur et a mesure que les jours passent elles se rallongent», détaille Mélissa. Si l’on arrête avant une certaine période, les efforts risquent d’être vains et les lèvres se rétracter.
Il y a aussi des plantes que l’on trouve dans la forêt que les filles appliquent pour ramollir leurs lèvres, afin de mieux les tirer. Parfois, «ce sont les grand-mères ou les tantes qui amenaient les filles dans la brousse, où elles tiraient leurs lèvres».
Dans la province du Katanga, en RDC, par exemple, c’est une farine que l’on peut prendre dans la bouillie qui produit les mêmes effets, avec la douleur en moins.
Une chose revient tout de même, c'est que la jeune génération prend de plus en plus ses distances avec cette pratique pour des raisons esthétiques.
«Ce n’est pas souvent beau à voir, Tu as l’impression d’avoir une peau fanée qui pend par moment ou bien des grandes cloques posées sur la peau. Je déteste», tranche Jeanne, une femme qui jure ne pas transmettre cette tradition à ses enfants.
Jacques Matand’ et Ley Uwera

Source: Slateafrique.com

 


Vendredi 15 Juin 2012 - 11:22

















Google+


Partager ce site




Les vidéos de Setal

02/09/2014 08:06

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants
Quelques membres de la douane Sénégalaise ont été formés la semaine dernière, sur la convention relative aux polluants organiques persistants (Pop) et autre textes sur les produits chimiques. L’intérêt selon Aïta Sarr Seck, chef de la Division prévention et contrôle des pollutions et nuisances à la Direction de l’environnement et des établissements classés, et de restreindre puis éliminer totalement la production, l’utilisation, l’écoulement et le stockage des Pop. 
«Le Sénégal a ratifié la convention de Stockholm depuis 2003, mais il y a d’autres polluants organiques inscrits sur l’ancienne liste et c'est pour cela qu’il est nécessaire de former les agents des douanes sur ces polluants qui sont néfastes pour l’environnement et les êtres humains ». 
Habib Ampa Dieng, chef du bureau du recrutement à la division de la formation, a expliqué qu’il s’agissait lors de cette formation, de sensibiliser sur la convention relative aux polluants, de présenter la convention, ses aspects juridiques les engagements des Etats et plus particulièrement les agents des douanes. Ceci dans le souci que « les agents des douanes sachent reconnaître les polluants lorsqu’ils se présentent à nos frontières et qu’ils aient les bonnes attitudes pour le respect des engagements du Sénégal à l’égard de cette convention internationale » dira t-il. 
Aïta Sarr Seck a signalé que les POP « sont particulièrement préoccupants, en raison de leur persistance et leur grande capacité à se déplacer sur de longues distances...
22/08/2013 23:39

Une Grande Société de la Place recrute : Le Directeur Projets, Formulation, Qualite, Hygiene et Securite Alimentaire

 
                                MISSIONS ET PRINCIPALES RESPONSABILITES
 
Missions :
Construire un projet d’avenir pour le pôle alimentaire. Donner la direction et la maintenir dans les rubriques suivantes :
Conception de nouveau produit
Formulation et biochimie
Qualité
Sécurité alimentaire
Production de produits alimentaires

 
  • Elaborer les stratégies liées à la formulation, création, développement, analyses et caractérisation de produits, ainsi que sur les procédés de production et de conservation des aliments. 
  • Effectuer différentes analyses microbiologiques et biochimiques des composants des produits afin de t’assurer de leur qualité. 
  • Contrôler et de superviser la qualité des aliments transformés ou fabriqués afin qu’ils répondent aux normes gouvernementales et aux politiques de l’entreprise en matière de qualité.
  • Faire appliquer les règlements et les politiques en matière d’hygiène et de salubrité au sein de l’usine et d’en implanter de nouvelles afin de maximiser le processus de qualité des produits.
  • Mettre les processus en conformité à la législation, la réglementation, la toxicité, l'innocuité, et propose des orientations pour utiliser ces avantages pour la stratégie marketing. 
 
Responsabilités :
 
Le Directeur Projets, Formulation, Qualité, Hygiène et Sécurité alimentaire est responsable des points listés ci-après :
 
  • Construire des recettes en fonction des besoins des clients
  • Etude de nouveaux produits, la définition des gammes et de leur évolution, notamment lors des changements importants de composition des formules
  • Contrôle microbiologique des matières premières et produits fabriqués
  • Contrôle qualité sur toute la chaîne de production
  • Construire le plan de nettoyage et désinfection
  • Construire le plan de traçabilité des lots de production
  • Mettre en place un protocole de rappel des produits et de gestion de crise
  • Mettre en place un plan pour la gestion des allergies potentielles
  • Mettre en place un plan de prévention des risques phytosanitaires
  • Mettre en place la démarche HACCP
  • Assurer une veille législative
  • Participer au processus de gestion des réclamations clients
  • Mettre en place protocole de détermination des DLC et DLUO
  • Mettre en place dispositifs et protocoles pour garder les échantillons de produits
  • Mettre en place méthodologie d’analyse sensorielle et tests organoleptiques
  • Mettre en place les procédures de contrôle qualité et s’assurer de leur application
  • S’assurer de la calibration des instruments de mesure-
  • Plan en place un plan d’audit interne processus
  • Participer aux Comités de Pilotage du pôle alimentaire
  • Entretenir des relations régulières avec les partenaires du pôle alimenatire et organismes de recherches extérieures
  • Travailler en étroite collaboration avec la direction commerciale et développement ainsi que le(s) chef(s) produits
  • Travailler en étroite collaboration avec le responsable de la fabrication afin de prendre en compte, dans sa formulation, les contraintes technologiques propre à l’usine.
  • Communiquer en continu avec le responsable des achats
 
Compétences Requises :
Technologie alimentaire, biologie appliquée a la nutrition et alimentation
Technologie des emballages et emballeuses
Gestion des usines alimentaires et performance industrielle
Gestion des processus
Hygiène
Gestion des assets
Innovation et propriété intellectuelle
Gestion des coûts de production
 
Niveau formation
- Ingénieur Bac+4/5 Food processing – Quality - biochimie
- Expérience Professionnelle : 10 ans
 
Langues
- Français : Courant
- Anglais : Courant
 
Veuillez envoyer par E-mail votre dossier de candidature : CV + lettre de motivation en mentionnant le titre du poste à l’objet du courriel à recruteonesn@gmail.com
 
Bamba Toure
28/07/2013 00:40

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute
TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

 

Bamba Toure
13/06/2013 09:14

Une Grande Société de la Place recrute

Une Grande Société de la Place recrute
Bamba Toure
18/05/2013 01:13

COMMUNIQUE DE PRESSE ARTP

L’ARTP ACCOMPAGNE LE PELERINAGE DE POPENGUINE POUR ASSURER UNE BONNE QUALITE DE SERVICE DE TELECOMMUNICATIONS
 
L’ARTP met à la disposition du public :
 
1. Un Numéro Vert : le 800 200 200 
 
Ce numéro vert est destiné aux utilisateurs des services de la téléphonie mobile et Internet  présents à Popenguine durant le Pèlerinage  2013, pour leur permettre de saisir l’ARTP, en cas de dysfonctionnements ou de perturbations sur les réseaux des opérateurs Orange, Tigo ou Expresso.

Vous pourrez appeler gratuitement au 800 200 200 si vous êtes confrontés aux problèmes suivants :
  • difficultés à émettre ou recevoir des appels ;
  • difficultés à envoyer ou recevoir des SMS ;; 
  • difficultés d’accès à Internet à partir de votre téléphone portable ou clé Internet ;
  • coupures de communications ;
  • ou tout autre dysfonctionnement ou perturbation constaté sur les réseaux de téléphonie mobile.
Pour toute autre réclamation (aspects commerciaux, carte de recharge, facturation, restriction d’appel, etc.), veuillez contacter le service client de votre opérateur.  
 
Le numéro 800 200 200 sera opérationnel  du  samedi 18 mai 2013 à partir de 00h au lundi 20 mai 2013 2013 à 23h59mns.
 
2. Une équipe technique de l’ARTP sera également présente en permanence à Popenguine:

Pour s’assurer de la qualité des services offerts par Orange, Tigo et Expresso, l’équipe de l’ARTP effectuera régulièrement des tests qualitatifs à Popenguine et ses environs et sera en contact permanent avec les opérateurs pour veiller à ce qu’ils apportent des solutions adaptées si des perturbations sont constatées. 
 
L’ARTP souhaite un bon pèlerinage marial à la communauté catholique.
 
Abou Lo, Directeur général 
 
Bamba Toure
10/04/2013 22:32

VIP NEWS N°4

VIP NEWS N°4
VIP NEWS N°4
Bamba Toure
25/03/2013 22:48

Communiqué Rewmi

Communiqué Rewmi
Bamba Toure
14/03/2013 23:00

Office National de Formation Professionnelle

Office National de Formation Professionnelle
Bamba Toure
11/03/2013 12:04

RECRUTEMENT ASSISTANT IMMOBILIER

FICHE DE POSTE
 
MISSION

Il aura pour mission d’assister les cadres dirigeants et les consultants du groupe en charge du développement ou de la gestion de projets immobiliers.
Son rôle sera, entre autre de :
  • Organiser, à la demande des chefs de projets, les réunions de travail et de décisions nécessaires à l’avancement des projets, tant en interne au groupe qu’avec des participants extérieurs,
  • Contrôler la bonne exécution des plannings et assurer les relances nécessaires,
  • Veiller à la bonne circulation de l’information,
  • Représenter le groupe à toute réunion organisée par un prestataire extérieur ou sa présence serait souhaitée. Rendre compte de ces réunions,
  • Procéder, à la demande des chefs de projets, à la recherche d’information de toute nature.
 
Il aura également en charge d’entreprendre et de faire aboutir  l’ensemble des démarches administratives et juridiques nécessaires à l’avancement des projets : baux, dossiers d’autorisation de construire, constitution de SCI, relations avec les services fiscaux…
 
Il assurera  enfin la liaison entre le groupe et les notaires et avocats susceptibles d’intervenir sur les projets. 
 
FORMATION/EXPERIENCE
 
De formation juridico /économique, il aura 4 à 5 ans d’expérience professionnelle.
Cette expérience lui aura permis d’acquérir une bonne connaissance du secteur immobilier sénégalais : promoteurs, architectes et bureaux d’études, commercialisateurs,  entreprises de bâtiment, administrations …
 
Le poste est basé à Dakar mais demande une grande disponibilité.
 
Après une période d’activité probante, une évolution de carrière vers des responsabilités accrues pourra être envisagée.
 
Envoyez votre CV : recruteonesn@gmail.com
 
 
Bamba Toure
05/03/2013 23:16

CŒUR DE KAOLACK

CŒUR DE KAOLACK


Bamba Toure