Le scandale des prisons africaines


Le scandale des prisons africaines
L’amélioration des conditions de détention dans les prisons en Afrique est une question majeure. Les prisons en Afrique, comme partout ailleurs, font face pour la plupart à des problèmes croissants : surpopulation, conditions de vie insalubres, insécurité et violence… Les efforts conjoncturels entrepris par les gouvernements pour régler ces problèmes restent jusqu’à présent sans résultats patents. Ce qui pose alors nécessairement la question de l’adéquation de ces mesures.
 

Un constat alarmant : Une double peine.


A la peine prononcée par les juridictions, les détenus des prisons en Afrique doivent aussi subir la peine infligée par les difficultés du milieu carcéral. En effet, les difficultés rencontrées dans les prisons en Afrique constituent une « double peine » qui alourdit foncièrement la peine judiciaire et entrave également les fonctions de resocialisation des prisons.


Problème majeur : la surpopulation carcérale systématique. La déclaration de Kampala jugeait déjà en 1996 d’inhumain le niveau de surpopulation dans les prisons africaines [1], enjoignant les États à faire des réformes pour remédier à la situation. Mais depuis lors, aucune évolution notable n’a été enregistrée. Le taux de surpopulation carcérale reste élevé, se situant en 2002 dans une moyenne de 141% dans 16 pays d’Afrique [2]. En 2009 elle était de l’ordre de 139,9% [3] en Afrique du Sud. En 2003 au Kenya, dans la prison de Nairobi-Remand construite en 1911 pour accueillir 600 personnes on dénombrait près de 3000 prévenus [4]. Au Cameroun la prison centrale de Douala, créée avant les indépendances était supposée accueillir 800 détenus. Ses pensionnaires sont estimés en 2012 à plus de 3000 [5]. Du coté du Bénin, la prison de Cotonou compte quelques 1937 détenus pour 666 places, soit une surpopulation de 290% [6]. Les conséquences de cette surpopulation carcérale sont les multiples difficultés de gestion des prisons. Dans bien des cas, le rôle de l’administration pénitentiaire se résume à la simple surveillance des détenus. Les autres aspects de la gestion des prisons étant laissés aux soins des détenus qui s’organisent selon la loi du « plus fort ». De ce terreau, se développe conséquemment une culture de la violence qu’entretiennent les conditions d’insalubrités, de précarité alimentaire et sanitaire qui sévissent à l’intérieur de ces milieux.


Ce phénomène est encore fortement accentué par le fait qu’il n’existe plus de distinction dans certaines prisons entre petits délinquants ou grands criminels, tous étant logés à la même enseigne. Tout ceci débouche généralement sur des protestations ou des mutineries réprimées brutalement par l’administration déficiente. On se rappelle encore ici de la mutinerie de la prison de Douala en 2005 ayant entrainé morts et blessés [7], ou des 19 décès enregistrés en 2012 dans la prison de Lomé en l’espace de 6 mois.


Quelles possibles solutions ?


Les difficultés des prisons en Afrique restent largement tributaires des dysfonctionnements conjoncturels et structurels des appareils judiciaires et des administrations pénitentiaires. Force est de constater un recours excessif, légitime ou fantaisiste, à la détention provisoire qui se transforme souvent en détention définitive par l’oubli judiciaire ou les prolongements. La détention provisoire atteint généralement les 80% dans certains États. Elle est estimée à 65% en 2012 au Togo. Régler ce problème nécessite, entre autres, des mesures conjoncturelles qui consistent à revoir les différentes entorses faites au droit par les acteurs de l’appareil judiciaire. Il s’agit ici d’éliminer les abus de divers ordres qui participent à la surpopulation carcérale : lenteur judiciaire, personnalisation du droit etc. Il ne serait pas exagéré de dire que, dans certains Etats les règlements de compte par les moyens de l’emprisonnement au mépris du droit, sont monnaie courante. Dans ce sens, les réformes érigeant la liberté en principe et la détention en exception doivent effectivement être appliqués et cesser d’être de simples paravents de modernité.


En ce qui concerne les mesures structurelles, il est nécessaire d’opérer des investissements dans l’aménagement et la construction des milieux carcéraux pouvant effectivement permettre aux prisons de jouer leur rôle de réhabilitation. Car la plupart des prisons en Afrique datent généralement d’avant les indépendances et ne correspond plus aux réalités actuelles. Enfin, il faudrait aussi réfléchir à l’introduction de mesures alternatives à l’emprisonnement. L’intérêt de ces mesures est qu’elles permettent d’éviter le recours systématique à l’emprisonnement et contribuent au désengorgement, et à la réduction des couts financiers de la gestion des prisons. L’expérience de l’introduction du travail d’intérêt général au Zimbabwe, en Tanzanie ou son introduction en 2012 au Burundi reste édifiante à cet égard.


En vérité les problèmes des prisons en Afrique ne peuvent être résolus qu’avec une certaine audace permanente des politiques judiciaires, bien articulées. Le Nigéria, malgré une relative réussite de son comité présidentiel ad hoc sur la réforme pénitentiaire et de la décongestion des prisons de 1998, qui a permis à plus de 8000 détenus d’être libérés entre 1998 et 2000, a eu à montrer tant soi peu la voie à emprunter. Sali Bouba Oumarou est doctorant en droit et analyste sur www.LibreAfrique.org.


[1] Déclaration de Kampala sur les conditions de détention en Afrique 1996. Adoptée lors de la sixième session de la commission des Nations Unies sur la prévention du crime et la justice pénale, 28 avril-9 mai 1997. E/CN.15/1997/21.


[2] Cf "analyse des réponses aux questionnaires adressés aux administrations pénitentiaires, aux représentants du pouvoir judiciaire et aux ONG" préparé en vue de la conférence de Ouagadougou sur l’accélération des réformes pénales et pénitentiaires en Afrique, 2002 par Roy Walmsley, ICPS disponible sur le site www.penalreform.org. [3] Estimation réalisée par le centre international d’études pénitentiaires voir http://www.pfi.org/cjr/language-new... consulté le 17 décembre 2012.


[4] Voir le rapport Pour réduire la détention provisoire, Penal Reform International.


[5] Chiffre fourni par le Ministre de la Justice lors de son passage à l’Assemblée cf Journal L’épervier du 28 novembre 2012


Bamba Toure

Jeudi 24 Janvier 2013 - 13:13

















Google+


Partager ce site




Les vidéos de Setal

02/09/2014 08:06

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants

Produits chimiques : les agents de la douane formés sur les polluants organiques persistants
Quelques membres de la douane Sénégalaise ont été formés la semaine dernière, sur la convention relative aux polluants organiques persistants (Pop) et autre textes sur les produits chimiques. L’intérêt selon Aïta Sarr Seck, chef de la Division prévention et contrôle des pollutions et nuisances à la Direction de l’environnement et des établissements classés, et de restreindre puis éliminer totalement la production, l’utilisation, l’écoulement et le stockage des Pop. 
«Le Sénégal a ratifié la convention de Stockholm depuis 2003, mais il y a d’autres polluants organiques inscrits sur l’ancienne liste et c'est pour cela qu’il est nécessaire de former les agents des douanes sur ces polluants qui sont néfastes pour l’environnement et les êtres humains ». 
Habib Ampa Dieng, chef du bureau du recrutement à la division de la formation, a expliqué qu’il s’agissait lors de cette formation, de sensibiliser sur la convention relative aux polluants, de présenter la convention, ses aspects juridiques les engagements des Etats et plus particulièrement les agents des douanes. Ceci dans le souci que « les agents des douanes sachent reconnaître les polluants lorsqu’ils se présentent à nos frontières et qu’ils aient les bonnes attitudes pour le respect des engagements du Sénégal à l’égard de cette convention internationale » dira t-il. 
Aïta Sarr Seck a signalé que les POP « sont particulièrement préoccupants, en raison de leur persistance et leur grande capacité à se déplacer sur de longues distances...
22/08/2013 23:39

Une Grande Société de la Place recrute : Le Directeur Projets, Formulation, Qualite, Hygiene et Securite Alimentaire

 
                                MISSIONS ET PRINCIPALES RESPONSABILITES
 
Missions :
Construire un projet d’avenir pour le pôle alimentaire. Donner la direction et la maintenir dans les rubriques suivantes :
Conception de nouveau produit
Formulation et biochimie
Qualité
Sécurité alimentaire
Production de produits alimentaires

 
  • Elaborer les stratégies liées à la formulation, création, développement, analyses et caractérisation de produits, ainsi que sur les procédés de production et de conservation des aliments. 
  • Effectuer différentes analyses microbiologiques et biochimiques des composants des produits afin de t’assurer de leur qualité. 
  • Contrôler et de superviser la qualité des aliments transformés ou fabriqués afin qu’ils répondent aux normes gouvernementales et aux politiques de l’entreprise en matière de qualité.
  • Faire appliquer les règlements et les politiques en matière d’hygiène et de salubrité au sein de l’usine et d’en implanter de nouvelles afin de maximiser le processus de qualité des produits.
  • Mettre les processus en conformité à la législation, la réglementation, la toxicité, l'innocuité, et propose des orientations pour utiliser ces avantages pour la stratégie marketing. 
 
Responsabilités :
 
Le Directeur Projets, Formulation, Qualité, Hygiène et Sécurité alimentaire est responsable des points listés ci-après :
 
  • Construire des recettes en fonction des besoins des clients
  • Etude de nouveaux produits, la définition des gammes et de leur évolution, notamment lors des changements importants de composition des formules
  • Contrôle microbiologique des matières premières et produits fabriqués
  • Contrôle qualité sur toute la chaîne de production
  • Construire le plan de nettoyage et désinfection
  • Construire le plan de traçabilité des lots de production
  • Mettre en place un protocole de rappel des produits et de gestion de crise
  • Mettre en place un plan pour la gestion des allergies potentielles
  • Mettre en place un plan de prévention des risques phytosanitaires
  • Mettre en place la démarche HACCP
  • Assurer une veille législative
  • Participer au processus de gestion des réclamations clients
  • Mettre en place protocole de détermination des DLC et DLUO
  • Mettre en place dispositifs et protocoles pour garder les échantillons de produits
  • Mettre en place méthodologie d’analyse sensorielle et tests organoleptiques
  • Mettre en place les procédures de contrôle qualité et s’assurer de leur application
  • S’assurer de la calibration des instruments de mesure-
  • Plan en place un plan d’audit interne processus
  • Participer aux Comités de Pilotage du pôle alimentaire
  • Entretenir des relations régulières avec les partenaires du pôle alimenatire et organismes de recherches extérieures
  • Travailler en étroite collaboration avec la direction commerciale et développement ainsi que le(s) chef(s) produits
  • Travailler en étroite collaboration avec le responsable de la fabrication afin de prendre en compte, dans sa formulation, les contraintes technologiques propre à l’usine.
  • Communiquer en continu avec le responsable des achats
 
Compétences Requises :
Technologie alimentaire, biologie appliquée a la nutrition et alimentation
Technologie des emballages et emballeuses
Gestion des usines alimentaires et performance industrielle
Gestion des processus
Hygiène
Gestion des assets
Innovation et propriété intellectuelle
Gestion des coûts de production
 
Niveau formation
- Ingénieur Bac+4/5 Food processing – Quality - biochimie
- Expérience Professionnelle : 10 ans
 
Langues
- Français : Courant
- Anglais : Courant
 
Veuillez envoyer par E-mail votre dossier de candidature : CV + lettre de motivation en mentionnant le titre du poste à l’objet du courriel à recruteonesn@gmail.com
 
Bamba Toure
28/07/2013 00:40

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute : TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

Une Grande Société de la Place recrute
TECHNICO-COMMERCIAL EN INFORMATIQUE

 

Bamba Toure
13/06/2013 09:14

Une Grande Société de la Place recrute

Une Grande Société de la Place recrute
Bamba Toure
18/05/2013 01:13

COMMUNIQUE DE PRESSE ARTP

L’ARTP ACCOMPAGNE LE PELERINAGE DE POPENGUINE POUR ASSURER UNE BONNE QUALITE DE SERVICE DE TELECOMMUNICATIONS
 
L’ARTP met à la disposition du public :
 
1. Un Numéro Vert : le 800 200 200 
 
Ce numéro vert est destiné aux utilisateurs des services de la téléphonie mobile et Internet  présents à Popenguine durant le Pèlerinage  2013, pour leur permettre de saisir l’ARTP, en cas de dysfonctionnements ou de perturbations sur les réseaux des opérateurs Orange, Tigo ou Expresso.

Vous pourrez appeler gratuitement au 800 200 200 si vous êtes confrontés aux problèmes suivants :
  • difficultés à émettre ou recevoir des appels ;
  • difficultés à envoyer ou recevoir des SMS ;; 
  • difficultés d’accès à Internet à partir de votre téléphone portable ou clé Internet ;
  • coupures de communications ;
  • ou tout autre dysfonctionnement ou perturbation constaté sur les réseaux de téléphonie mobile.
Pour toute autre réclamation (aspects commerciaux, carte de recharge, facturation, restriction d’appel, etc.), veuillez contacter le service client de votre opérateur.  
 
Le numéro 800 200 200 sera opérationnel  du  samedi 18 mai 2013 à partir de 00h au lundi 20 mai 2013 2013 à 23h59mns.
 
2. Une équipe technique de l’ARTP sera également présente en permanence à Popenguine:

Pour s’assurer de la qualité des services offerts par Orange, Tigo et Expresso, l’équipe de l’ARTP effectuera régulièrement des tests qualitatifs à Popenguine et ses environs et sera en contact permanent avec les opérateurs pour veiller à ce qu’ils apportent des solutions adaptées si des perturbations sont constatées. 
 
L’ARTP souhaite un bon pèlerinage marial à la communauté catholique.
 
Abou Lo, Directeur général 
 
Bamba Toure
10/04/2013 22:32

VIP NEWS N°4

VIP NEWS N°4
VIP NEWS N°4
Bamba Toure
25/03/2013 22:48

Communiqué Rewmi

Communiqué Rewmi
Bamba Toure
14/03/2013 23:00

Office National de Formation Professionnelle

Office National de Formation Professionnelle
Bamba Toure
11/03/2013 12:04

RECRUTEMENT ASSISTANT IMMOBILIER

FICHE DE POSTE
 
MISSION

Il aura pour mission d’assister les cadres dirigeants et les consultants du groupe en charge du développement ou de la gestion de projets immobiliers.
Son rôle sera, entre autre de :
  • Organiser, à la demande des chefs de projets, les réunions de travail et de décisions nécessaires à l’avancement des projets, tant en interne au groupe qu’avec des participants extérieurs,
  • Contrôler la bonne exécution des plannings et assurer les relances nécessaires,
  • Veiller à la bonne circulation de l’information,
  • Représenter le groupe à toute réunion organisée par un prestataire extérieur ou sa présence serait souhaitée. Rendre compte de ces réunions,
  • Procéder, à la demande des chefs de projets, à la recherche d’information de toute nature.
 
Il aura également en charge d’entreprendre et de faire aboutir  l’ensemble des démarches administratives et juridiques nécessaires à l’avancement des projets : baux, dossiers d’autorisation de construire, constitution de SCI, relations avec les services fiscaux…
 
Il assurera  enfin la liaison entre le groupe et les notaires et avocats susceptibles d’intervenir sur les projets. 
 
FORMATION/EXPERIENCE
 
De formation juridico /économique, il aura 4 à 5 ans d’expérience professionnelle.
Cette expérience lui aura permis d’acquérir une bonne connaissance du secteur immobilier sénégalais : promoteurs, architectes et bureaux d’études, commercialisateurs,  entreprises de bâtiment, administrations …
 
Le poste est basé à Dakar mais demande une grande disponibilité.
 
Après une période d’activité probante, une évolution de carrière vers des responsabilités accrues pourra être envisagée.
 
Envoyez votre CV : recruteonesn@gmail.com
 
 
Bamba Toure
05/03/2013 23:16

CŒUR DE KAOLACK

CŒUR DE KAOLACK


Bamba Toure