Bfem : "Il n'y a pas de fuites, mais une tricherie organisée"


 Bfem : "Il n'y a pas de fuites, mais une tricherie organisée"
Certains médias ont annoncé ce samedi 15 juillet 2017 des cas de « fuites » au niveau de l’organisation du BFEM dans un des jurys à l’IEF de Saint-Louis Commune. Les autorités scolaires tiennent à apporter des précisions sur ces prétendues fuites afin d’éclairer l’opinion sur l’incident et éviter toute confusion de nature à jeter le discrédit sur l’organisation de l’examen. En effet, il ne s’agit nullement de fuites mais plutôt d’une tricherie organisée, la fuite supposant plutôt la détention par des tiers des épreuves et/ou de leurs corrigés hors de leur circuit d’intégrité et avant leur administration", dément l'inspection d'Académie de Saint-Louis, dans un communiqué pavenu à Seneweb. 
Selon les services de Serigne Mbaye Thiam, ministre de l'Education nationale, "les faits recueillis sur le terrain révèlent qu’il s’agit de candidats qui, dès réception d’une épreuve dans la salle d’examen, s’évertuaient à la photographier pour certains et pour d’autres à rédiger des messages texte (SMS) relatifs à des questions du sujet, pour les transmettre à des camarades élèves constitués en réseaux et situés hors des centres d’examen. Ces derniers, dès réception du message, s’attelaient en retour à envoyer au fur et à mesure des fragments de corrigés, toujours via le téléphone, à leurs amis candidats. Autrement dit, les élèves incriminés ne détenaient pas par devers eux, avant l’administration, des épreuves, ni sujets, ni corrigés-types. C’est de l’extérieur que les complices traitaient eux-mêmes les questions reçues pour les renvoyer par messages. Donc il s’agit réellement de tricherie et non de fuites comme le laisse entendre une certaine presse".
 Par ailleurs, font-ils savoir, "l’enquête diligentée par les services compétents de l’Etat n’a jusque-là pas révélé l’implication d’enseignants dans ce qu’il convient d’appeler une tricherie en bande organisée qui, grâce au dispositif de contrôle et de surveillance mis en place, a été vite démasquée". 
 


Dimanche 16 Juillet 2017 - 15:46

















Mon désarroi

Google+


Partager ce site